Parcs et jardins

Journée d’étude

organisée dans le cadre du programme URBANATURE

de l’I-Site FUTURE (Université Gustave Eiffel)

 Zürich – juin 2022

Appel à communication

Depuis la fin du XVIIe siècle, les médecins se sont convaincus de l’utilité de la promenade et de l’exercice physique, du loisir en plein air, le corps étant capable de se régénérer grâce à la force vitale. Au XVIIIe siècle, le célèbre médecin de la société élégante, le docteur Tronchet, préconise la marche, tandis que le jardin devient aussi un lieu de sociabilité élégante. Au XIXe siècle, l’hygiénisme médical, soucieux de salubrité urbaine, rejoint la volonté du pouvoir, qui mène depuis Napoléon Ier une politique de plus en plus volontariste pour moderniser et maîtriser la ville. Les considérations sont tout à la fois hygiénistes, esthétiques et politiques, à une époque où la ville a de plus en plus mauvaise réputation parce qu’elle semble accroître les risques de dépravation morale et de révolte. Les jardins, parcs, bois et guinguettes à la frontière des villes doivent offrir des loisirs sains et convenables à toutes les couches de la société. Il n’est donc pas étonnant de voir que sous le Second Empire, dont on connaît le volontarisme en matière d’aménagement urbain et de contrôle social, le baron Haussmann s’adjoint un service des promenades et jardins, dirigé par Jean-Charles Alphand pour faire de Paris un modèle de ville moderne aux avenues bordées d’arbres, avec des squares et des jardins qui ponctuent son espace (et dont certains sont alors créés comme celui des Buttes-Chaumont) et bordée à l’ouest et à l’est de deux grands bois de plus en plus aménagés (Boulogne et Vincennes). Au XIXe siècle, l’ouverture plus grande de l’Europe au reste du monde suscite une curiosité pour les plantes exotiques, la création de jardins d’acclimatation en particulier dans les villes du bord de la Méditerranée, qui accueillent l’élite parisienne et étrangère, tandis que la classe ouvrière qui n’a pas accès à ces plaisirs trop lointains, ni les moyens de s’offrir des escapades vers une campagne éloignée, satisfait ses besoins de nature et de loisir dans les jardins familiaux qui se développent à la fin du XIXe siècle aux abords des villes.

Il faut tenir compte aussi de l’évolution des sensibilités et des coutumes, sous l’influence de la littérature et de la philosophie à partir du XVIIIe siècle. La vogue du rousseauisme puis du romantisme et leur impact sur les sensibilités, déjà bien analysés par Michelet, ont eu une incidence sur les désirs des citadins et l’engouement durable pour les jardins et promenades diverses, qui ne décroît pas au XIXe siècle.

 Cette journée d’étude sera centrée sur la littérature car elle rend compte des évolutions de la conception du jardin, de l’importance qu’il prend dans la vie urbaine. Elle a été aussi l’initiatrice d’une évolution majeure, en diffusant de nouvelles idées sur les relations de l’homme et de la nature, en transformant les sensibilités, en favorisant aussi la naissance d’une société des loisirs. Par la valorisation de comportements, par la diffusion de représentations, elle a contribué à donner au jardin un rôle non seulement dans la sociabilité urbaine mais aussi dans le développement individuel. Agent d’une transformation importante des sensibilités et des mentalités, la littérature est aussi le miroir des évolutions en cours. Dès la fin du XVIIIe siècle, en Angleterre comme en France, les jardins ont inspiré les poètes (Erasmus Darwin, Delille, ou bien plus tard Hugo dans son « Poème du Jardin des Plantes ») et, avec les parcs et les bois, ils servent de plus en plus souvent depuis le préromantisme de décor à l’action ou à la méditation de nombreux personnages. Ils jouent parfois un rôle effectif dans l’intrigue des romans, même dans la période naturaliste.

Les communications porteront sur la fin du XVIIIe siècle et le XIXe siècle et pourront aborder, à partir de la littérature, des aspects différents du rôle des jardins et de leur développement, tant sur le plan social, politique que culturel et esthétique voire scientifique lorsque le jardin devient un lieu de savoir. Elles pourront aussi proposer une comparaison du jardin romantique et du jardin naturaliste voire, en contrepoint, une réflexion sur le refus du jardin et de la flore naturelle, s’accompagnant d’un éloge de l’artificialité dans la littérature fin-de-siècle.

Les propositions de communication, de 2000 signes espaces comprises maximum, sont à envoyer à benedicte.percheron@univ-eiffel.fr au plus tard le 31 octobre 2021. Elles seront accompagnées d’une courte bio-bibliographie.

Responsable : Gisèle Séginger (Université Gustave Eiffel)

Bibliographie

Allain, Yves-Marie, D’où viennent nos plantes ?, Paris, Calmann-Lévy, 2004. 

Apter, Emily, « The Garden of Scopic Perversion from Monet to Mirbeau », October, n° 47, 1988, p. 91-115.

Baratay, Éric et Hardouin-Fugier, Élisabeth, Histoire des jardins zoologiques (xvie– xxe siècles), Paris, La Découverte, 1998.

Choulot,  Paul de Lavenne de, L’Art des jardins, Nevers, I.-M.-Fay, 1863.

Erasmus Darwin, The Botanic Garden, London, J. Johnson, 1791, 2 vol.

Delille, Jacques, Les Jardins ou l’Art d’embellir les paysages, 1782.

Dellile, Jacques, Les Jardins ou l’art d’embellir les paysages, poème en quatre chants, Paris, Levrault, 1801.

Ernouf, Alfred-Auguste, De l’art des jardins. Traité pratique et didactique, Paris, Rotschild, 1868.

Hugo, Victor, « Le Poème du Jardin des Plantes », L’Art d’être grand-père, Paris, Calmann,Lévy, 1877, p. 63-108.

Gothein, Marie Luise, A History of Garden Art, Cambridge, Cambridge University Press, 2014.

Limido Luisa, L’art des jardins sous le Second Empire, Ceyzérieu, éditions Champ Vallon, 2002.

Pigeaud, Jacquie, Barbe, Jean-Paul, Histoire de jardins, lieux et imaginaires, Paris, PUF, 2015.

Rachilde, Les Hors-Nature (1897), dans Romans fin-de-siècle 1890-1900, textes établis, présentés et annotés par G. Ducrey, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1999, p. 617-844.

Santos, José, « Réalité et imaginaire des parcs et des jardins dans la deuxième moitié du XIXe siècle », Nineteenth-Century French Studies, vol. 31, n° 3-4, printemps-été 2003, p. 278-296.

Thacker, Christopher, The History of gardens, Kent, Croom Helm ltd, 1979.

Vacherot, Jules, Les parcs et jardins au commencement du xxe siècle, Paris, Octave Doin, 1908.  

Illustration : Le bal Mabille, Champs-Elysées, Paris, 1850,  Bibliothèque publique de New York

Savoirs et cultures de la biodiversité urbaine (XIXe siècle-XXIe siècle)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search