Archives de catégorie : Flore et faune des villes : réalités et fictions

COLLOQUE

Flore et Faune des villes : réalités et fictions

20 et 21 mai 2022
 

  Lieu : Muséum national d’Histoire naturelle
57 rue Cuvier, 75005 Paris
 

 Vendredi 20 mai 2022
Amphithéâtre de Paléontologie et d’Anatomie comparée


 Séance 1 – Penser et imaginer la nature
9h-10h 30 – Présidence : Nathalie Machon

Frédéric DUCARME (Muséum national d’Histoire naturelle)
La ville: anti-nature ou seconde nature ?

Pascal DURIS (Université de Bordeaux)
Tournefort, Linné ou Jussieu ? Le dilemme des jardins botaniques autour de 1800

Sara WELLMAN (Université du Mississippi)
Sébastien Mercier : tableau de la nature en ville avant 1789

Séance 2 – Nature spontanée, nature inventée
10h 45-11 h 45 – Présidence : Frédéric Ducarme

Jérôme MATHIEU (Sorbonne Université)
La faune du sol dans les villes

Xavier LAGURGUE et Flavie MAYRAND (CESCO, Muséum d’Histoire naturelle)
La végétalisation du bâti
 

Visite des Grandes Serres du Jardin des Plantes
14 h – 15h 20

Séance 3 – Acclimater et exploiter la nature en ville
15h 30- 17h – Présidence de séance : Patrick Matagne

Émilie-Anne PEPY (Université Savoie Mont Blanc)
Paris au tournant des XVIIIe et XIXe siècles : arbres étrangers et exotiques

Marine BELLÉGO (Université de Paris): La jungle et le jardin : domestiquer la nature urbaine à Calcutta au XIXe siècle

Bénédicte PERCHERON (Université Gustave Eiffel)
L’histoire naturelle au secours de l’industrie et du commerce citadins

 

Samedi 21 mai 2022
Auditorium de la Grande Galerie de l’Évolution

 Séance 4 – Regards sur la faune des villes
10h-11h 30 – Présidence : Bénédicte Percheron

Rémi GRISAL (Université Aix-Marseille)
Les invasions de sauterelles à Marseille (1803-1834)

Catherine RADTKA (HT2S – Conservatoire national des arts et métiers)
Le pigeon parisien, du héros militaire à la nuisance 

Aude LALIS et Benoit PISANU (PatriNat, Muséum d’Histoire Naturelle)
Le rat en ville

Séance 5 – Paris : reconstitutions imaginaires
             11h 45-12h 45 – Présidence de séance : Gisèle Séginger

Tristan Tailhades (LISAA, Université Gustave Eiffel)
Paris avant Paris : la faune préhistorique parisienne dans la littérature du XIXe siècle

Virginie TAHAR (LISAA, Université Gustave Eiffel)
“Fientaisies” animales et végétales dans le Paris des oulipiens (Queneau et Roubaud)

Séance 6 – Nature éternelle, villes modernes
14h 15-15h 45 – Présidence : Juliette Azoulai

Carmen HUSTI (Université Gustave Eiffel)
Flore des villes : la bonne nature dans la trilogie des Trois villes d’Émile Zola

Gisèle SÉGINGER (Université Gustave Eiffel)
Serres littéraires et jardins d’hiver au XIXe siècle

Yohann RINGUEDÉ (Université Gustave Eiffel)
Le « Poëme du Jardin des Plantes » : (Hugo) l’animal sauvage au cœur de la ville

Séance 7 – Documenter la biodiversité urbaine
16h-17h 30 – Présidence : Jérôme Mathieu

Guillaume BAGNOLINI (Université de Montpellier)
Science participative et émotions ou le développement d’une préoccupation pour la nature en ville

Patrick MATAGNE (Université de Poitiers)
Joseph Vallot : la flore de Paris à l’épreuve de l’écologie

Nathalie MACHON et Nathan HAINE (CESCO, Muséum national d’Histoire naturelle)
Les 10 ans de « Sauvages de ma rue »

17h 40-18h
Lecture de Pierre SENGES

18h
Remise des prix du concours littéraire La nature en ville

 

Organisatrices du colloque : Nathalie Machon (CESCO – Muséum national d’Histoire naturelle) et Gisèle Séginger (LISAA – Université Gustave Eiffel)

Contact : benedicte.percheron@univ-eiffel.fr

Photographie : Gregory Hayes, Unsplash

Flore et faune des villes : réalités et fictions

Dans le cadre du programme URBANATURE
I-Site FUTURE de l’université Gustave Eiffel

Appel à communication

COLLOQUE

20-21 mai 2022

Lieux : Fondation Maison des Sciences de l’Homme de Paris (20 mai) et Auditorium de la Galerie de l’évolution du Muséum national d’histoire naturelle de Paris (21 mai)

Au début des années 2000, le Muséum d’histoire naturelle a lancé un vaste programme de science citoyenne, « Vigie-Nature », afin de documenter les modifications de la biodiversité, puis un projet de science participative avec Tela Botanica, l’observatoire « Sauvages de ma rue », en 2011, qui documente la flore dans les rues des villes. Ce programme a rapidement connu un grand succès avec plus de 100 000 données enregistrées entre 2011 et 2019. Dans Paris, d’autres programmes recensent avec précision les espèces qui vivent dans les espaces publics parisiens. Les données ainsi recueillies doivent pouvoir être confrontées à des données anciennes, grâce à des sources multiples, dans les ouvrages d’histoire naturelle (C.-A. Walckenaer, Faune parisienne. Insectes, 1802 ; E. Cosson et Germain de Saint Pierre, Flore des environs de Paris, 1871 ; Nérée Quépat, Ornithologie parisienne, 1874 ; Joseph Vallot Essai sur la flore du trottoir parisien, 1883, etc), ou bien dans les descriptions qu’en ont fait les auteurs de romans, de poèmes et de nouvelles. Afin de mieux appréhender les phénomènes sur le long terme, il serait en effet intéressant de compléter les données scientifiques par des données littéraires. Les sources peuvent être multiples : Mémoires du baron Haussmann (qui nous renseignent sur la place accordée à la nature dans les grands travaux menés entre 1853 et 1870), « promenades urbaines » de l’ingénieur Alphand (associé aux projets d’Haussmann), du poète Léon-Paul Fargue (Le piéton de Paris en 1939), de Perec (Tentative d’épuisement d’un lieu parisien), « reportages urbains » de Kessel ou d’Henri Béraud (Le flâneur salarié, 1927).  Du XIXe siècle à nos jours, la biodiversité parisienne a connu des évolutions en fonction de critères esthétiques, médicaux, utilitaires, mais aussi scientifiques. Si les données scientifiques du XIXe siècle sont parfois lacunaires, elles peuvent être complétées par des sources connexes, notamment littéraires, qui apportent de précieuses informations sur la perception de la nature en ville.

L’urbanisme haussmannien a fait une place à la nature (arbres le long des avenues, création de nombreux squares et parcs), mais en la domestiquant. À l’imitation de Hyde Park, le bois de Boulogne, aménagé à l’anglaise sous la houlette de l’ingénieur Alphand et de l’horticulteur Barillet-Deschamps, est conçu comme un lieu de promenade, de détente, mais aussi d’acclimatation d’espèces animales avec la création du Jardin d’acclimatation en 1854. Toutefois la volonté de maîtriser la nature même dans les grands bois parisiens et de sélectionner les plantes dans les jardins aménagés, de les organiser selon des critères esthétiques, pour offrir une nature transformée a parfois été critiquée : ne crée-t-on pas ainsi une fausse nature, une nature trop esthétique, travaillée pour produire des effets de nature tout à fait artificiels ? On a même pu soupçonner les fondements idéologiques de cette volonté de soumettre la faune et la flore, de tailler les volumes, de délimiter les bandes, d’immobiliser le vivant, d’éradiquer les plantes dites « sauvages » : les squares haussmanniens seraient liés à une conception de l’autorité et de la régulation sociale. La faune n’est pas en reste : domestiquée, elle doit servir autant l’industrie locale, que les activités économiques et agricoles. Considérée comme dangereuse, elle est surveillée, pour éviter les épidémies, comme la rage. Quant aux espèces exotiques, autrefois exhibées dans des foires ambulantes ou des parcs zoologiques, elles sont désormais protégées ou interdites dans les spectacles.

Pour ce qui est de la flore, certaines tendances des jardins à la française ont perduré bien au-delà de la période classique, ressurgissant après la période romantique et l’influence du jardin à l’anglaise, jusque dans les jardins contemporains. Un mouvement de « guerrilla gardening » conteste depuis quelques décennies une manière de jardiner qui dénature la nature et éradique ce qui échappe à un plan préconçu. Mousses et herbes folles entre les pavés retrouvent alors leur dignité, surtout lorsque les considérations scientifiques sur la biodiversité semblent aller aussi dans le sens d’une préservation de variétés, qui se plient moins bien à des critères esthétiques traditionnels, mais qui contribuent sur un autre plan à la richesse du vivant.

Les communications porteront sur la fin du XVIIIe siècle et le XIXe siècle et pourront aborder, à partir des données scientifiques et des textes littéraires, la présence animale et végétale à Paris au XIXe siècle, leurs représentations, leurs perceptions et les conséquences des différents jugements de valeurs assignés à sa biodiversité. Des interventions de spécialistes de littérature, d’historiens, d’écologues permettront de rendre compte à la fois de l’évolution de la biodiversité parisienne et de ses représentations dans la littérature.

Les propositions de communication, de 2000 signes espaces comprises maximum, sont à envoyer à benedicte.percheron@univ-eiffel.fr au plus tard le 31 octobre 2021. Elles seront accompagnées d’une courte bio-bibliographie.

Contacts

Nathalie Machon (muséum d’histoire naturelle) : nathalie.machon@mnhn.fr

Gisèle Séginger (université Gustave Eiffel) : gisele.seginger@univ-eiffel.fr

Bibliographie

Béraud, Henri, Le Flâneur salarié, Paris, Les éditions de France, 1927.

Bernard-Griffiths, Simone, Ville, campagne et nature dans l’œuvre de George Sand, Clermont-Ferrand, PU Blaise Pascal, 2002.

Blanc, Nathalie, Chartier, Denis et Pughe, Thomas, « Littérature et écologie : vers une écopoétique », Écologie & politique, n° 36, 2008, p. 15-28.

Cazalas, Inès (dir.) et Froidefond, Marik (dir.), Le Modèle végétal dans l’imaginaire contemporain, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 2014.

Chansigaud, Valérie, Histoire des fleurs, Paris, Delachaux et Niestlé, 2014.

Cosson, Ernest et Germain de Saint Pierre, Ernest, Flore des environs de Paris, Paris, Victor Masson et fils, 1871.

Desaegher, James, Nadot, Sophie, Machon, Nathalie et Colas, Bruno, « How does urbanization affect the reproductive characteristics and ecological affinities of street plant communities ? », Ecology and Evolution, 2019.

Fargue, Léon-Paul, Le Piéton de Paris, Paris, Gallimard, 1939.

Haussmann, Georges-Eugène, Mémoires du baron Haussmann, Paris, Victor-Havard, 1890.

Kern, Matthias, « La ville contre la nature », Trajectoires, [En ligne], 12/2019.

Kondratyeva, Anna, Knapp, Sonja, Durka, Walter, Kühn, Ingolf, Vallet, Jeanne, Machon, Nathalie, Martin, Gabrielle, Motard, Éric, Grandcolas, Philippe et Pavoine, Sandrine, « Urbanization Effects on Biodiversity Revealed by a Two-Scale Analysis of Species Functional Uniqueness vs. Redundancy»,Frontiers in Ecology and Evolution, 2020.

Machon, Nathalie, Sauvages de ma rue, Paris, MNHN, 2012.

Mathis, Charles-François et Pépy, Émile-Anne, La ville végétale. Une histoire de la nature en milieu urbain (France, XVIIe – XXIe siècle), Ceyzérieu, Champ Vallon, 2017.

Omar, Mona, Al Sayed, Nazir, Barré, Kevin, Halwani, Jalal et Machon, Nathalie, « Drivers of the distribution of spontaneous plant communities and species within urban tree bases« , Urban Forestry & Urban Greening, 2018.

Omar, Mona, Barré, Kevin, Al Sayed, Nazir, Halwani, Jalal et Machon, Nathalie, « Colonization and extinction dynamics among the plant species at tree bases in Paris (France) »,Ecology and Evolution, 2019.

Perec, Georges, « Tentative d’épuisement d’un lieu parisien» [1975], Cause commune, Paris, Christian Bourgeois, 1982.

Quépat, Nérée, Ornithologie parisienne, Paris, Hachette, 1874.

Schoentjes, Pierre, Ce qui a lieu : essai d’écopoétique, Marseille, éditions Wildproject, 2015.

Vallot, Joseph, Essai sur la flore du trottoir parisien [1883], Paris, J. Lechevalier, 1884.

Walckenaer, Charles-Athanase, Faune parisienne. Insectes, Paris, Dentu, 1802.

Zapf, Hubert, Literature as cultural ecology, London,  Bloombury Publishing, 2016.

Photographie : Gregory Hayes sur Unsplash

 

Flore et faune des villes : réalités et fictions

Responsables : Nathalie Machon (écologie), Gisèle Séginger.

Au début des années 2000, le vaste programme de science citoyenne « Vigie-Nature » a été lancé par le Muséum national d’histoire naturelle, dans l’objectif était de documenter les modifications de la biodiversité à travers les changements globaux. Ces données actuelles doivent pouvoir être confrontées à des données anciennes dont les sources ne manquent pas (Cosson et Germain de Saint Pierre, Flore des environs de Paris, 1871 ; Joseph Vallot Essai sur la flore du trottoir parisien, 1883, etc). L’analyse des caractéristiques biologiques et écologiques des espèces végétales mentionnées au fil des ouvrages permettra d’expliquer les variations de communautés de plantes en réponse aux changements environnementaux à Paris, et également permettre de définir des lois générales en écologie scientifique (Cadotte et al. 2011) ainsi que le contexte du changement climatique mondial (McGill et al. 2006, Cadenasso, et al., 2007). Sur ce point compléter les données scientifiques par des données plus littéraires permettra de mieux appréhender les phénomènes sur le long terme (voir les « promenades urbaines », d’Alphand, Le piéton de Paris de L-P. Fargue ou Tentative d’épuisement d’un lieu parisien de Perec ainsi que les reportages urbains comme ceux de Kessel ou Le flâneur salarié de Béraud en 1927).

Parallèlement, les textes littéraires pourront aussi, de même que certains mémoires, comme ceux du Baron Haussmann, nous renseigner sur la place faite à la nature dans les grands projets d’urbanisme et sur l’évolution des attentes. Les grands travaux menés à Paris par le préfet de la Seine de 1853 à 1870 ont modelé un nouveau paysage urbain. La nature y a été réintroduite (arbres le long des avenues, création de nombreux squares et parcs). À l’imitation de Hyde Park, le bois de Boulogne, aménagé à l’anglaise sous la houlette de l’ingénieur Alphand et de l’horticulteur Barillet-Deschamps, est conçu comme un lieu de promenade et de détente. On pourra se demander comment ces mutations se répercutent dans l’histoire des arts et des sensibilités. La biodiversité urbaine devient parfois elle-même un révélateur existentiel (voir l’exemple des arbres, comme le platane des Invalides, dont Barrès fait l’ami et l’alter-ego de Monsieur Taine dans Les Déracinés (1897), ou le marronnier de Sartre dans La Nausée).

Cet axe tiendra compte du développement tout à fait actuel de l’écologie sonore (qui porte une attention à ce qu’on appelle depuis Shafer (1977) les « paysages sonores » (soundscape), aussi présents dans la littérature. Le confinement récent et l’arrêt des activités a particulièrement attiré l’attention sur cette dimension moins connue de l’écologie.

Photo : Florian Olivo, La petite ceinture, Unsplash