Archives de catégorie : Événements scientifiques

Entre instantanéité et temps cosmique : représentations urbaines de la nature dans le roman du XIXe siècle

Le Boulevard de Montmartre, matinée de printemps, Camille Pissarro

Cette conférence portera sur différentes temporalités liées à la représentation de la nature au sein de la ville – et issue de la ville – telle que le roman réaliste la met en scène. À l’aide d’exemples tirés des œuvres de Zola et des frères Goncourt, il s’agira d’examiner les moyens par lesquelles ces temporalités sont produites et les usages que le roman en fait, que ce soit en termes de composition, d’intrigue ou d’atmosphère.

Contacts :
Isabelle Daunais : isabelle.daunais@mcgill.ca
Gisèle Séginger : gisele.seginger@univ-eiffel.fr

Temps du vivant, temps de la vie, temps de l’histoire – Mesures du monde dans le roman du XIXe siècle

Allégorie du temps , Luc-Olivier Merson

Journée d’étude coorganisée par le laboratoire Littératures, SAvoirs et Arts (Université Gustave Eiffel), l’équipe BIOHUMANITIES (FMSH) et la Chaire de recherche du Canada sur l’esthétique et l’art du roman (Université McGill, Montréal).

Matin
9 h–12 h 30

Éléonore Reverzy (Sorbonne-Nouvelle)
Crises, rythmes, cycles : la petite musique de La Joie de vivre 

Étienne Poirier (Université McGill)
Conjoncture historique et mesure du temps vécu dans le roman réaliste

Damien Zanone (Université Paris-Est Créteil)
La vie en désordre de la femme romanesque. Leçons du XIXe siècle sur l’existence féminine

Kathia Huynh (Université de Valenciennes)
« Plus fort de jour en jour ». Quotidien et mesure de l’intensité dans La Comédie humaine

Après-midi
14 h 30–17 h30

Aude Déruelle (Université d’Orléans) 
Le temps épidémique : sur le choléra de 1832 

Grégoire Tavernier (Université d’Orléans)
Les “âges de la vie” en crise : réglages et dérèglements de l’horloge des passions dans le personnel romanesque masculin (1830-1870)

Paule Petitier (Université Paris-Diderot) et Frédéric Brahami (EHESS)
La Montagne, laboratoire du temps

17 h 30 : Conférence
Isabelle Daunais (université McGill, professeure invitée Université Gustave Eiffel)
Raconter une vie dans quand le temps s’accélère : le roman et ses mesures

Fin de la journée : 19 h

Contacts :
Isabelle Daunais : isabelle.daunais@mcgill.ca
Gisèle Séginger : gisele.seginger@univ-eiffel.fr

Un herbier des villes (cinéma, photographie, arts visuels)

The Secret Garden, Nour Ouayda

Journée d’étude organisée dans le cadre du programme Urbanataure par Alice Leroy et Diane Arnaud

9h : Accueil des participants 

9h30 : Présentation du programme URBANATURE et de la journée d’études 

10h-11h30 : Jardin des futurs
Modération : Diane Arnaud 

Projection : Maisons avocats de Marie Ouazzani et Nicolas Carrier (11 mn)

Marie Ouazzini et Nicolas Carrier (artistes en résidence à Taiwan),
“Fiction climatique, jardin des futurs”

Discussion 

11h30 : Pause café 

11h45-13h15 : L’écocritique à l’œuvre
Modération : Alice Leroy 

Teresa Castro (MCF, Université Sorbonne-Nouvelle),
“Cinéma et plantes rudérales : pour d’autres écologies affectives”

Elise Domenach (PR, Ecole Louis-Lumière), 
« Still Life (Jia Zhang-ke, 2006) et L’homme sans nom (Wang Bing, 2009) deux points de départ pour l’écocinéma chinois »

Discussion 

13h15 :  Pause déjeuner 

14h30-16h : L’esthétique au vert
Modération : Diane Arnaud

Carole Aurouet (MCF HDR, Université Gustave Eiffel), 
“La nature dans la ville prévertienne. Promenade buissonnière en images fixes et animées”

Corinne Maury (MCF HDR, Université Toulouse Jean Jaurès),
“Ethique de la relation et esthétique de l’exposition. Regards pluriels sur le vivant dans les villes”

Discussion 

16h : Pause café 

16h15-17h45 : Les lumières de la ville
Modération : Alice Leroy 

Jérémie Brugidou (Cinéaste et post-doctorant à l’Institut d’études avancées d’Aix-Marseille Université – Iméra),
“Les avatars rêvent-ils de photons électriques ? : phylogénies hérétiques de la bioluminescence”

Projection The Secret Garden, de Nour Ouayda (27 min.) 

Discussion 

Mot de la fin

Les animaux dans la ville

Jeudi 30 novembre 2023 | Université Gustave Eiffel
9h15 : Accueil café

Gisèle SÉGINGER, Patrick MATAGNE
Introduction

9h45-11h45 : Cohabitations
Rebecca SCHUPPERT
Penser la cohabitation au quotidien : vaches et porcs de Dijon
à la Belle Époque

Valérie CHANSIGAUD
Les pauvres, les riches et leurs animaux : Biodiversité et inégalités sociales en milieu urbain

Jean ESTEBANEZ
Relations entre humains et animaux à Pondichéry

11h55-13h15 : L’animal et ses territoires urbains
Frédéric FORTUNEL, Clara LYONNAIS-VOUTAZ
Géographie historique de la poule en zones urbaines

Emmanuel PORTE
L’animal au temps du choléra (Madrid, 1833-1840)

14h30-15h10
Nowenn VEILLARD
Réintégrer l’« animal martyr » dans la ville : une action collective antispéciste en France et au Québec

15h10-17h10 : L’animal au service de l’homme
Morgane LERAY
L’animal à l’école de la vie/ville

Sylvain LEDDA
Des animaux aux portes de Paris : réflexions sur la Barrière du Combat

Jérôme LOUIS
Les animaux dans l’assiette des Parisiens assiégés (1870-1871)


Vendredi 1er décembre 2023 | FMSH

9h00 – 11h00 : L’animal au service de l’homme
Florian MOULLARD
La cognition animale à l’épreuve de la ville : vers une révolution épistémologique

François JARRIGE
Lever l’eau grâce aux bêtes ? L’obsolescence des manèges de chevaux sur les quais de Seine au début du xixe siècle

11h15 – 12h15 : Le sauvage et le domestique
Davide VAGO
Colette : félins des villes et bêtes humaines

Veronika STUDER-KOVACS
Les bêtes sauvages et les animaux domestiques dans Regenschatten (2020) de Seraina Kobler

14h15 – 16h15 : la marchandisation de l’animal
Laura VALLS
Le goût du sauvage : artefacts d’animaux à Paris (xixe siècle)

Oriane PORET
Une catégorie à part ? Les animaux à « usages » artistiques

16h15 – 17h00
Présentation de La Nature dans Paris au xixe siècle (éditions QUAE) et de l’application numérique sur les lieux de biodiversité dans Paris (Philippe Gambette)


Responsable du programme : Gisèle Séginger
Site internet : urbanature.hypotheses.org

Animaux dans la ville (XIXe siècle – XXIe siècle)

Dans le cadre du programme URBANATURE
I-Site FUTURE de l’université Gustave Eiffel

Appel à communication

COLLOQUE : Animaux dans la ville (XIXe siècle – XXIe siècle)

Date : 30 novembre et 1er décembre 2023

Lieu : Fondation Maison des Sciences de l’Homme, 54 Bd Raspail, 75006 Paris.

Organisation : Patrick Matagne, Gisèle Séginger.

Comité scientifique : Juliette Azoulai, Nicolas Baron, Nathalie Blanc, Patrick Matagne, Violette Pouillard, Gisèle Séginger, Virginie Tahar.

Ce colloque se propose d’interroger la place des animaux dans l’espace urbain du XIXe siècle au XXIe siècle, les relations individuelles et collectives entre l’animal et l’humain, à l’épreuve de la ville.

Les résumés des communications, de 2000 caractères maximum (espaces compris), accompagnés d’un titre et d’une courte bio-bibliographie, sont à envoyer à patrick.matagne@univ-poitiers.fr pour le 20 septembre 2023.

Au XIXe siècle plusieurs catégories d’animaux se développent, notamment « les animaux ouvriers urbains » et les « animaux d’élevages industrialisés » (MICOUD, 2009).

Les communications formeront la base de la publication des actes du colloque.

La ville fait couler « le sang des bêtes » (AGULHON, 1981). En même temps, les citadins veulent s’épargner le spectacle d’animaux qui souffrent (FAURE, 1997). Maltraitances envers les chevaux, combats de coqs, attelages de chiens – les chevaux du pauvre –, mise à mort en pleine rue d’animaux de boucherie provoquent, en retour, la création de sociétés protectrices des animaux et la loi Grammont (1850). Le sort des animaux devient un des enjeux de la morale républicaine, il est inscrit en 1882 dans les programmes de l’école laïque (FEDI, 2008), des écrivains et des hommes politiques défendent la cause animale dès le XIXe siècle (Hugo, Zola, Clemenceau…). À partir de la fin du siècle, les accidents dont les animaux sont les causes ou les victimes menacent l’ordre urbain (LÓPEZ, 2015). Les chiens enragés puis, au XXe siècle, les renards urbains, deviennent des calamités (BARON, 2023).

À la fin du XIXe siècle, les abattoirs construits à la limite des villes invisibilisent des pratiques jugées barbares, à l’instar de l’expérimentation animale dans les laboratoires. Mais les antivivisectionnistes – dans un contexte d’émergence de la cause animale – sont souvent considérés comme des ennemis du progrès de la science. « La littérature s’empare des questionnements moraux posés par la vivisection » (AZOULAI, 2018). L’expérimentation animale, encadrée sur le plan législatif à partir de la fin du siècle, se développe fortement au XXe siècle. Aujourd’hui, des directives européennes soumettent les projets de recherche utilisant le modèle animal à un comité d’éthique.

Certains insectes subissent aussi les cruautés humaines, par ignorance ou manque de « civilisation » (BLATIN, 1867 ; MICHELET 1858). Par contre il faut lutter contre les blattes. Introduites en Europe de l’ouest et en Amérique dans les années 1850, elles envahissent les logements occupés, qui répondent à leurs exigences écologiques. Les cafards véhiculent encore des images de pauvreté, de manque d’hygiène, d’une vie nocturne dans une ville mal gérée dont la saleté pénètre dans les lieux privés (BLANC, 1995, 2009).

À la Belle Époque, médecins, pharmaciens, architectes et ingénieurs édictent des principes d’hygiène contre les insectes (poux, mouches, moustiques) et les rats. Les citadins assainissent les habitations, les lieux collectifs, les hôpitaux et les commerces. La lutte passe par la désinfection et l’usage de produits chimiques, par l’éducation de la population urbaine. À partir des années 1960-1970 seront ciblés les pigeons et les étourneaux (FRIOUX, 2009).

Non exploités pour leur force de travail ou l’alimentation, les animaux des jardins zoologiques qui se multiplient en Europe au XIXe siècle (Paris 1793, Londres 1828, Anvers 1843, etc.) attirent un public nombreux. L’aristocratie, la bourgeoisie aisée puis moyenne et petite, les artisans, les ouvriers, découvrent des animaux exotiques (girafe et orang-outang à Paris, hippopotame à Londres, gorille à Berlin). Les guides, les récits de visites de zoos ou d’évasions de fauves et de singes, connaissent un grand succès. Une forme de zoologie populaire classe les animaux encagés et enclos en « méchants » ou « gentils », « bon » ou « mauvais ». D’autres sont soumis à des critères esthétiques. Des comportements humains leur sont attribués : paisibles, débonnaires, espiègles et même lubriques (des singes). La dangerosité de certains animaux, exposés aux visiteurs qui les nourrissent ou les agressent est source d’émois (BARATAY, 2009). De leur création au XIXe siècle jusqu’à nos jours les fonctions des zoos sont complexes, entre « impérialisme, contrôle, conservation » (POUILLARD, 2015, 2019).

Regroupées au Muséum de Paris pendant la Révolution française, avec la réouverture progressive des musées à partir des années 1820, les villes de province présentent des collections d’histoire naturelle, notamment d’animaux, de squelettes, de coquilles, visitées par un public savant, universitaire ou scolaire. Aujourd’hui, les « musées de France » conservent et présentent un « patrimoine constitué par la diversité des espèces et de leurs environnements ». (VAN PRAËT, 2008).

La catégorie des animaux de compagnie se répand avec l’urbanisation (BLANC, 2000). Leur nombre et leur diversité s’accroît depuis la seconde moitié du XXe siècle (les N.A.C. : nouveaux animaux de compagnie). Leurs bienfaits sont reconnus (sociabilité interspécifique, domaines psychoaffectif et thérapeutique), ils nourrissent des réflexions écologiques, économiques, éthiques (êtres vivants doués de sensibilité), tandis que se manifeste un intérêt renouvelé pour les représentations animales littéraires et artistiques (COIFFET, POUILLARD, 2022). L’acceptabilité d’animaux dits « sauvages » qui peuplent les villes parfois temporairement – on l’a vu lors des confinements sanitaires récents – fait débat. Sont-ils nuisibles, indésirables, utiles, aliens ? Sont-ils intégrés à la politique de la ville, à sa biodiversité et ses écosystèmes ? « Quelle place occupe l’animal dans le champ d’une écologie urbaine ? » (BLANC, 2021)

Ce colloque centré sur les animaux dans la ville et ouvert à des disciplines variées (histoire, littérature, histoire de l’art, écologie, histoire des sciences), accueillera des communications qui aborderont des situations anciennes ou des évolutions significatives, du XIXe siècle à nos jours. Nous tiendrons compte à la fois des réalités et des représentations (artistiques ou littéraires), ainsi que des enjeux (économiques, idéologiques…).

Bibliographie indicative

AGULHON Maurice, « Le sang des bêtes. Le problème de la protection des animaux en France au XIXe siècle », Romantisme, 1981, 11(31), p. 81–110.

AZOULAI, Juliette, « Mise en scène littéraire de la vivisection chez Flaubert », dans : SÉGINGER Gisèle (dir.), Animalhumanité : Expérimentation et fiction : l’animalité au cœur du vivant, Champs sur Marne, LISAA éditeur, 2018, p. 193-203. DOI : https://doi.org/10.4000/books.lisaa.903

BARATAY Éric, « Un instrument symbolique de la domestication : le jardin zoologique aux XIXe-XXe siècles (L’exemple du parc de la Tête d’Or à Lyon) », Cahiers d’histoire, 42(3/4), 1997. URL : http://journals.openedition.org/ch/314

BARATAY Éric, Et l’homme créa l’animal. Histoire d’une condition, Paris, Odile Jacob, 2003.

BARATAY Éric, « La visite au zoo. Regards sur l’animal captif 1793-1950 », dans : FRIOUX Stéphane, PÉPY, Émilie-Anne (dir.), L’animal sauvage entre nuisance et patrimoine : France, XVIe-XXIe siècle, Lyon, ENS Éditions, 2009, p. 165-175.

BARATAY Éric, Bêtes de somme : Des animaux au service des hommes, Paris, Éditions du Seuil, Point Histoire 2011.

BARATAY Éric, « Le frisson sauvage : les zoos comme mise en scène de la curiosité », dans : BLANCHARD Pascal (éd.), Zoos humains et exhibitions coloniales. 150 ans d’inventions de l’Autre. Paris, La Découverte, « Poche / Sciences humaines et sociales », 2011, p. 77-84.

BARATAY Éric, Le Point de vue animal, une autre version de l’histoire, Paris, Éditions du Seuil, 2012.

BARATAY Éric, Cultures félines (XVIIIe-XXIe siècle). Les chats créent leur histoire, Paris, Le Seuil, 2021.

BARATAY Éric et HARDOUIN-FUGIER Élisabeth, Zoos. Histoire des jardins zoologiques en Occident (XVIe-XXe siècle), Paris, La Découverte, 1998.

BARON Nicolas, Enragés ! : une histoire animale : France, fin XVIIIe-fin XXe siècles, Presses Universitaires de Valencienne, Collection animalités, 2023.

BLANC Nathalie, La nature dans la cité. Géographie. Université Panthéon-Sorbonne – Paris I, 1995.

BLANC Nathalie, Les animaux et la ville, Paris, Odile Jacob, 2000.

BLANC Nathalie, « La blatte, ou le monde en images », dans : FRIOUX Stéphane, PÉPY, Émilie-Anne (dir.), L’animal sauvage entre nuisance et patrimoine : France, XVIe-XXIe siècle, Lyon, ENS Éditions, 2009, p. 103-114.

BLANC Nathalie, « L’animal dans le viseur de l’écologie urbaine », dans : SALOMON CAVIN Joëlle, GRANJOU Céline (dir.), Quand l’écologie s’urbanise, collection Ecotopiques, UGA Editions, Grenoble, 2021, p. 79-101. https://doi.org/10.4000/books.ugaeditions.26524

BLATIN Henry, Nos cruautés envers les animaux au détriment de l’hygiène, de la fortune publique et de la morale, Paris, Hachette et Cie, 1867.

BOUCHET Ghislaine, Le cheval à Paris de 1850 à 1914, Mémoires et documents de l’École des Chartes, 37, Genève/Paris, Librairie Droz, 1993.

CHAMPOUTHIER Georges, Au bon vouloir de l’homme, l’animal, Paris, Denoël, 1990.

COIFFET Anne-Sophie et POUILLARD Violette, « Animaux et figurations animales », Captures, 7(2), 2022.

ESTEBANEZ Jean, « Les animaux et la ville. Une histoire sociale, politique et affective à poursuivre », Histoire urbaine, 2016/3 (47), p. 125-129. https://www.cairn.info/revue-histoire-urbaine-2016-3-page-125.htm

FAURE Olivier, « Le bétail dans la ville au XIXe siècle : exclusion ou enfermement ? », Cahiers d’histoire, 42(3/4), 1997. URL : http://journals.openedition.org/ch/309

FEDI Laurent, « Pitié pour les animaux : une leçon de morale laïque et ses antécédents philosophiques », Romantisme, 142, 2008, p. 25-40.

FRANJU Georges, Le sang des bêtes, Documentaire consacré aux abattoirs parisiens de Vaugirard et de la Villette dans les années d’après-guerre, 1949, 21 mn.

FRIOUX Stéphane, « Les insectes, menace pour la ville à la Belle Epoque ? », dans : FRIOUX Stéphane, PÉPY Émilie-Anne (dir.), L’animal sauvage entre nuisance et patrimoine : France, XVIe-XXIe siècle, Lyon, ENS Éditions, 2009, p. 115-130.

GARNIER Bernard, « Les marchés aux bestiaux : Paris et sa banlieue », Cahiers d’histoire, 42(3/4), 1997, URL : http://journals.openedition.org/ch/310

LEBLEU Olivier, Les avatars de Zarafa première girafe de France. Chronique d’une girafomania, 1826-1845, Paris, Arléa, 2006.

LÓPEZ Laurent, « Quand les ” vaches ” des villes de la Belle Époque n’étaient pas encore des ” poulets ” », Animaux et forces de l’ordre à la fin du XIXe siècleHistoire urbaine, 44(3), 2015, p. 61-79.

MICHELET Jules, L’insecte, Paris, Hachette et Cie, 1858.

MICOUD André, « Mais qu’ont-ils donc tous à s’occuper des animaux ? », dans : FRIOUX Stéphane et PÉPY Émilie-Anne (dir.) L’animal sauvage entre nuisance et patrimoine. France, XVIe-XXIe siècle, Lyon, ENS éditions, 2009, p. 177-187.

PERCHERON Bénédicte, « Les hommes face aux animaux à Rouen au XIXe siècle. Représentations, études zoologiques et perceptions », Histoire urbaine, 2016/3 (47), p. 87-105. URL : https://www.cairn.info/revue-histoire-urbaine-2016-3-page-87.htm

PIERRE Éric, « La zoophilie dans ses rapports à la philanthropie, en France, au XIXe siècle », Cahiers d’histoire, 42(3/4), 1997. URL : http://journals.openedition.org/ch/313

PORCHER Jocelyne, Vivre avec les animaux. Une utopie pour le XXIe siècle, Paris, La Découverte, « Textes à l’Appui – Bibliothèque du MAUSS », 2011 (réédition 2014).

PORTE Emmanuel, POUILLARD Violette, « Sauvages domestiqués, domestiques ensauvagés. Une approche du concept de sauvage à hauteur animale », dans : BARATAY Éric (dir.), L’animal désanthropisé. Interroger et redéfinir les concepts, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2021, p. 93-102.

POUILLARD Violette, « Entre affections et violences. Visiteurs et animaux de zoo du XIXe siècle à nos jours », Revue semestrielle de droit animalier (Université de Limoges-Université de Montpellier), 2, 2015, p. 309-325.

POUILLARD Violette, « Quelques éclairages sur l’histoire des relations entre hommes et animaux de zoo, issus du jardin zoologique de Londres (1828-vers 2000) », Histoire urbaine, 44(3), 2015, p. 125-138.

POUILLARD Violette, Histoire des zoos par les animaux : Impérialisme, contrôle, conservation, Paris, Champ Vallon, 2019.

RÉMY Catherine, La Fin des bêtes : une ethnographie de la mise à mort des animaux, Paris, Economica, « Études sociologiques », 2009.

TRAÏNI Christophe, La Cause animale, 1820-1980 : essai de sociologie historique, Paris, Presses universitaires de France, 2010.

VAN-PRAËT Michel, « Muséums et collections d’histoire naturelle : quelle place dans l’histoire des musées ? », Histoire de l’art, 62, 2008. Musées, collections, collectionneurs, 62, 2008, p. 11-18. https://www.persee.fr/doc/hista_0992-2059_2008_num_62_1_3216

VINCENT Jean-Christophe, « La mise à mort des animaux de boucherie : un révélateur des sensibilités à l’égard des bêtes à l’époque contemporaine », Cahiers d’histoire, 42(3/4), 1997. URL : http://journals.openedition.org/ch/311

ZASC Joëlle, Zoocities. Des animaux sauvages dans la ville, Paris, Premier Parallèle, 2020.

Les natures de Paris – colloque


Jeudi
 25 mai 
(Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, site Panthéon, salle 216)
13h : Accueil 
Introduction (Julien Vincent)

13h30-15h : Enjeux d’une nature en révolution

Clara Delannoy
« Un luxe devenu utile : les jardins des hôtels particuliers pendant la Terreur »
Jean-Luc Chappey
« Nature et civilisation. De la promenade mondaine à la promenade anthropologique (1780-1803) »

15h-16h30 Sols et sous-sols parisiens
Julien Vincent
« La nature en cadastre ? Une histoire parisienne »
Stéphane Van Damme
« Métropole minérale : enjeux d’une histoire physique de Paris (1750-1850) »

16h40-18h Le ciel de Paris
Benjamin Bothereau
« Une histoire oubliée de la protection du ciel parisien face à l’éclairage public : la nuit-capital(e), fin XVIIIe-début XIXe siècle »
Régis Briday et Catherine Radka
« Le ciel et l’air parisiens de la Belle époque : objets scientifiques, lieux d’expression de la civilisation moderne et présence d’une « nature » à voir et à sentir »

Vendredi
 26 mai 
Université Gustave-Eiffel, Champs-sur- Marne
Bâtiment Copernic, Salle de la recherche (3V071)

9h30-10h : Accueil
10h15-12h30 : Conflits autour de la nature parisienne
Thomas Le Roux
« Aux franges urbaines, les carrières à plâtre de Belleville : la conflictualité ville/campagne, 1770-1800 »
Romain Mainieri
« Les pollutions des usines parisiennes : à propos de deux conflits du XIXe siècle »
Léo Grillet 
« Naturiens des villes et/ou Naturiens des champs ? Pour une histoire environnementale (et politique) de la nature à Montmartre »

14h-15h30 La nature mise en spectacle (1)
Stéphanie Barioz-Aquilon
« Les orangers d’ornement des grands jardins parisiens au XIXe siècle : une nature traversée par l’histoire politique, économique, technique, sociale et culturelle »
Léo Becka
« Rendre visible la nature boréale à Paris sous la monarchie de Juillet »

16h-17h30 : La nature mise en spectacle (2)
Aliénor Samuel-Hervé
« Les expositions d’horticulture à Paris au XIXe siècle »
Pierre-Louis Poyau
« Les Latins ont conquis la Gaule : les Halles de Paris, théâtre de la marchandisation des fleurs du Midi (1880-1914) »

Journée d’étude – Habiter les villes futures – Nature et urbanisme à l’épreuve des fiction d’anticipation

Dans le cadre du programme URBANATURE
I-site FUTURE
Université Gustave Eiffel
Amphithéâtre et bibliothèque Georges Perec 

Vendredi 20 janvier 2023
Journée d’étude à 9 h 30 et visite de l’exposition Regards sur la nature en ville à 17 h

Organisateurs de la journée d’étude : Claire Barel-Moisan (CNRS, UMR IHRIM) et Kevin Pelladeaud (Université Grenoble Alpes)

Exposition du Musée national de l’Education
Commissaire de l’exposition: Béatrice Allais

Responsable du programme URBANATURE : Gisèle Séginger


Programme de la journée d’étude

9h30 Introduction

Kevin Pelladeaud (Université Grenoble Alpes) et Claire Barel-Moisan (CNRS. ENS-Lyon)

10h-10h50

Juliette Azoulai (Université Gustave Eiffel)
« Nemo, ou le rêve de la cité aquatique »

10h50-11h40

Kevin Pelladeaud (Université Grenoble Alpes)
« Les fictions d’anticipation et l’expérimentation de l’espace : quel “ milieu ” pour la ville future ? »

Pause : 11h45- 11h55
11h55-12h45

Valérie Stiénon (Université Sorbonne Paris Nord)
« De la ville menacée à la cité perdue : quand les infrastructures urbaines précipitent la dystopie »

12h45 : déjeuner
14h-14h50

Laurent Bazin
« Par-delà nature et culture ? Architectures imaginaires et urbanisme éco-poétique dans les fictions d’anticipation pour adolescents »

14h50-15h40

Claire Barel-Moisan (CNRS. ENS-Lyon)
Les villes tentaculaires : conquêtes urbaines sur la nature dans la littérature d’anticipation

Pause : 15h40-15h55
15h55-16h45

Christèle Couleau (Université Sorbonne Paris Nord)
« Ville et nature chez Alain Damasio : une dialectique créatrice »

17h

Visite de l’exposition « Regards sur la nature en ville »
Bibliothèque Georges Perec

Cette journée d’étude sera publiée dans la revue Arts et Savoirs.

Contact pour la journée d’étude: claire.barel-moisan@ens-lyon.fr
Contact pour le programme URBANATURE: gisele.seginger@orange.fr

 

 

Les natures de Paris (1770-1914)

 

Jeudi 25 mai
(Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, site Panthéon, salle 216)
13h : Accueil
Introduction (Julien Vincent)
13h30-15h : Enjeux d’une nature en révolution

Clara Delannoy
« Un luxe devenu utile : les jardins des hôtels particuliers pendant la Terreur »
Jean-Luc Chappey
« Nature et civilisation. De la promenade mondaine à la promenade anthropologique (1780-1803) »

15h-16h30 : Sols et sous-sols parisiens

Julien Vincent
« La nature en cadastre ? Une histoire parisienne »
Stéphane Van Damme
« Métropole minérale : enjeux d’une histoire physique de Paris (1750-1850) »

16h40-18h : Le ciel de Paris

Benjamin Bothereau
« 
Une histoire oubliée de la protection du ciel parisien face à l’éclairage public : la nuit-capital(e), fin XVIIIe-début XIXe siècle »
Régis Briday et Catherine Radka
« Le ciel et l’air parisiens de la Belle époque : objets scientifiques, lieux d’expression de la civilisation moderne et présence d’une « nature » à voir et à sentir »

Vendredi 26 mai
Université Gustave-Eiffel, Champs-sur- Marne
Bâtiment Copernic, Salle de la recherche (3V071)
9h30-10h : Accueil
10h15-12h30 : Conflits autour de la nature parisienne

Thomas Le Roux
« Aux franges urbaines, les carrières à plâtre de Belleville : la conflictualité ville/campagne, 1770-1800 »
Romain Mainieri
« Les pollutions des usines parisiennes : à propos de deux conflits du XIXe siècle »
Léo Grillet
« Naturiens des villes et/ou Naturiens des champs ? Pour une histoire environnementale (et politique) de la nature à Montmartre »

14h-15h30 : La nature mise en spectacle (1)

Stéphanie Barioz-Aquilon
« Les orangers d’ornement des grands jardins parisiens au XIXe siècle : une nature traversée par l’histoire politique, économique, technique, sociale et culturelle »
Léo Becka
« Rendre visible la nature boréale à Paris sous la monarchie de Juillet »

16h-17h30 : La nature mise en spectacle (2)

Aliénor Samuel-Hervé
« Les expositions d’horticulture à Paris au XIXe siècle »
Pierre-Louis Poyau
« Les Latins ont conquis la Gaule : les Halles de Paris, théâtre de la marchandisation des fleurs du Midi (1880-1914) »

 

Continuer la lecture de Les natures de Paris (1770-1914)

Sociétés savantes, pratiques naturalistes et nature en ville (XIXe-XXIe siècles)

Journée d’étude
Appel à communication 

22 octobre 2021

Fondation Maison des Sciences de l’Homme

54 Boulevard Raspail, 75006 Paris

Plus d’un millier de sociétés savantes sont créées en France au cours du XIXe siècle (Chaline, 1995 ; Fox, Weisz, 1980). Environ un tiers pratiquent l’histoire naturelle, souvent dans un cadre pluridisciplinaire (sciences, lettres, histoire, archéologie, arts, etc.). Des sociétés spécialisées dans différents domaines de l’histoire naturelle sont fondées, surtout à partir de la seconde moitié du siècle (entomologie, mycologie, malacologie, géologie, botanique, zoologie, minéralogie, etc.). Leurs publications répondent aux attentes d’un lectorat hétérogène. Elles sont animées par des « amateurs », une catégorie dont les contours sont difficiles à saisir. Jusqu’à aujourd’hui, « amateurs » ou « profanes » pratiquent des sciences de « plein air », nécessitant du temps mais peu de matériel et de prérequis. On peut alors se demander comment se négocient les rapports entre profanes et scientifiques, avec la montée en puissance des professionnels (Charvolin, Micoud, Nyhard, 2007).

Au XIXe siècle, les naturalistes arpentent leur « petite patrie locale », ceux des plaines découvrent la montagne (Pont, Lacki, 2000). Les excursions laissent une place importante à la collecte et la collection, à l’observation et à l’érudition. Les données s’accumulent, publiées dans des bulletins périodiques, des catalogues, des monographies, des guides, des Flores et des Faunes. Des travaux sont impulsés et diffusés par le Comité des Travaux Historiques et scientifiques (fondé en 1834), circulent au sein du réseau des sociétés locales, nationales et des colonies, parfois des sociétés étrangères.

Les comptes rendus d’activités, les séances publiques, les célébrations et autres rituels académiques assurent aussi la promotion d’une forme de sociabilité à dominante masculine, d’un certain mode de vie français (gastronomie, convivialité, humour, exploits sportifs, etc.). Les querelles à propos de découvertes locales, la valorisation excessive du singulier, l’accumulation et la confiscation de données, la culture de l’entre soi, seraient symptomatiques d’une forme d’idiosyncrasie propre à ces groupes constitués, tantôt courtisés, tantôt dévalorisés par des savants professionnels (Claude Bernard par exemple) et par les institutions centralisées. Ces représentations ont longtemps fait considérer leurs productions comme indigentes, sur le plan scientifique.

La prise en compte de la diversité des productions et des activités des sociétés savantes : littérature naturaliste, participations à des manifestations scientifiques, gestion et création de jardins botaniques, musées, bibliothèques, conduit à interroger leur caractère savant, leur visibilité dans l’espace public, leur ancrage culturel local. Si leurs productions sont importantes, les institutions centralisées les ont longtemps considérées comme indigentes, sur le plan scientifique. Elles suscitent pourtant l’intérêt d’écrivains, plus ou moins célèbres, comme Hector Malot, Ernest Cotty ou encore Maurice Maindron.

Dans les sciences du vivant, des sociétés savantes manifestent l’appropriation de concepts scientifiques : fixisme de Cuvier, transformisme de Lamarck, évolutionnisme de Darwin, concepts taxinomiques, phytogéographiques, zoogéographiques et écologiques, etc. En phytogéographie, elles construisent des programmes qui développent des problématiques écologiques ancrées dans des territoires (Matagne, 1999).

Au XIXe siècle, les données relatives à la faune et la flore rurale et sylvestre sont abondantes. À la fin du siècle naît une tradition naturaliste qui s’intéresse à la nature en ville. Il semblerait que pour la France les recherches les plus nombreuses concernent la capitale. En Province, des sociétés savantes contribuent à introduire ou à maintenir la nature en ville par le biais de jardins botaniques, qui présentent des espèces indigènes, exotiques, cultivées. Ce sont des terrains d’expérimentations (acclimatation, sélection, hybridation), qui rendent visible les références des concepteurs dans les domaines de la systématique (système de Linné, méthode de Jussieu, etc.), de la géographie botanique et de l’écologie (Fischer, 1999). Ouverts au public, les jardins de ville ont un rôle scientifique, culturel, pédagogique (visites-conférences, leçons pour les enfants des écoles, pour les étudiants en médecine et pharmacie), économique (pour les agriculteurs, agronomes et industriels). Ils s’inscrivent dans un plan d’urbanisme marqué par le courant hygiéniste, par le modèle des cités jardins à l’anglaise pensées en réaction à une forte urbanisation et industrialisation.

En zoologie, un essor des publications est relevé dans les années 1930-1950, notamment sur les mammifères de Paris et de sa banlieue. Jusqu’à aujourd’hui, les Rencontres naturalistes d’Île-de-France mobilisent le réseau associatif aux côtés d’institutions et de laboratoires (CNRS, MNHN, universités). À la fin du siècle, Paris Espace Nature passe commande de travaux sur des classes de vertébrés (oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles).

Le succès des publications ornithologiques peut être corrélé avec la multiplication des associations fédérées par la Ligue pour la protection des oiseaux (fondée en 1912) et la Société d’études ornithologiques de France (fondée en 1993). Une partie des études concernent l’avifaune urbaine. Pour les invertébrés, les travaux sont plus rares (notons ceux de l’Association des Coléoptéristes de la Région Parisienne, fondée en 1923) (Maurin, Henry, 1997).

Le congrès international de botanique (Paris, 1954) valorise les amateurs et les contributions des sociétés savantes. Les actes recensent des publications de l’après-guerre qui s’inscrivent dans une tradition des « herborisations parisiennes », qui remonterait à la fin du XIXe siècle. L’herbier parisien de Paul Jovet, actif dans plusieurs sociétés savantes, contient des espèces banales – des mauvaises herbes – et exotiques collectées pendant des décennies dans les friches, décharges, terrains de construction, rues, voies de chemin de fer et du métro aérien, ruines de la dernière guerre. Ses observations sur la flore urbaine de Paris et sur l’anthropisation des milieux interrogent la validité de certains concepts écologiques dans des milieux particulièrement sélectifs (Jovet, 1954 et Lizet, Wolf, Celecia, 1999).

Dans le dernier tiers du XXe siècle, une impulsion est donnée à l’étude de la nature dans des capitales (Paris, Chicago, Londres, Berlin, Bruxelles), dans le contexte d’émergence d’une nouvelle demande sociale en matière d’écologie, de structuration de la biologie de la conservation et du concept de biodiversité. En France se met en place le réseau des villes durables.

Des citoyens sont initiés, voire formés à des pratiques naturalistes. Excursions, séances de détermination et stages sont régulièrement proposés par des associations, parfois par des universités à destination des étudiants. Les amateurs d’aujourd’hui, profanes, bénévoles, investissent des terrains délaissés par les professionnels. Comme leurs prédécesseurs du XIXe siècle, leurs découvertes visent à combler un défaut de connaissance de la biodiversité. Ils réalisent des inventaires, mettent à l’épreuve les hypothèses scientifiques des chercheurs (sciences participatives). À la connaissance s’ajoute la vigilance collective, citoyenne, permettant d’appréhender la dynamique complexe de la biodiversité urbaine, de documenter la recherche, de médiatiser des demandes sociales et culturelles en matière de santé (maladies vectorielles, allergies dues aux pollens), d’influer sur les choix opérés (espèces patrimoniales, invasives, notions controversées d’espèces utiles ou nuisibles etc.). Des décisions en matière d’aménagement urbain intègrent des données naturalistes et écologiques : trames vertes et bleues passant par des zones urbaines pensées dans le cadre de l’écologie du paysage, éco-quartiers et éco-villes, jardins en mouvement, jardins publics et privés qui valorisent un patrimoine naturel urbain et périurbain. On assisterait à un renouveau des pratiques naturalistes et de la systématique, utilisatrice des derniers développements de la génomique et des technologies informatiques, à un renouvellement de l’expertise des amateurs (Bonneuil, Joly, 2013 ; Mauz, 2011 et Péty, 2020).

Des publications de vulgarisation destinées à un public familial sont consacrées à la faune urbaine – sauvage et domestique – aux petites bêtes de la maison, à la fabrication de nichoir, à l’implantation de ruches, etc.

La nature en ville dispense des aménités aux citadins, elle fait l’objet de multiples usages, rend des services écologiques (Mathis, Pépy, 2017). La ville met à l’épreuve des concepts scientifiques, renouvelle les savoirs et les pratiques naturalistes, qui dépassent les domaines de la biologie et de l’écologie scientifique. L’écologie urbaine associée à l’école de Chicago du début du XXe siècle, la ville écologique (années 1960), la ville durable (années 1990) interrogent les évolutions des relations ville-nature et des dynamiques des systèmes urbains, avec leurs composantes sociales, culturelles, biologiques (Blanc, 1998 ; Rudolf, 2008).

Les termes : sociétés savantes, pratiques naturalistes, nature en ville, ont été retenus comme éléments d’articulation de communications qui s’inscriront dans un cadre chronologique commençant au XIXe siècle.

Ces journées d’étude ont pour objectif d’interroger la production, la diffusion et la médiation des savoirs par les réseaux savants, d’aborder le rôle des sociabilités savantes à partir du XIXe siècle, les transformations opérées aux XXe et XXIe siècles, les nouveaux enjeux relatifs aux savoirs naturalistes, à l’écologie et à la biodiversité urbaine, à la diversité des formes de demande sociale et culturelle de nature en ville.

Les questionnements pourront s’organiser autour de plusieurs thématiques :

– L’évolution de la figure de l’amateur, de ses terrains et pratiques naturalistes, en lien avec les transformations du modèle historique de sociabilité construit autour des sociétés savantes. La négociation des rapports entre amateurs/profanes et scientifiques, avec la montée en puissance des professionnels. La présence des femmes et leurs catégories socio-professionnelles.

– L’émergence de nouveaux centres d’intérêt et de nouveaux territoires pour l’étude de la nature. La naissance et l’évolution d’une tradition des excursions naturalistes urbaines. L’introduction, la conservation et la gestion de la nature en ville. Les naturalistes à l’épreuve de la ville : enjeux scientifiques, culturels, démocratiques, sociétaux.

– La nouvelle image de modernité, le renouveau des inventaires de la biodiversité lié à l’utilisation de technologies numériques et à l’implication des amateurs ou profanes dans des programmes de recherche collaborative ou participative. Légitimité, expertise.

– Les acteurs de la médiation scientifique, pédagogique et culturelle. Pratiques et discours, inclusion sociale et culturelle. Les relations entre les réseaux associatifs, les pouvoirs politiques, les décideurs, les professionnels et les profanes. Interactions avec le monde littéraire ; participation aux travaux des sociétés ; réception de l’action des sociétés savantes.

Les réponses à l’appel prendront la forme de propositions (titre, 20 lignes, mots-clés) adressées avant le 30 juin 2021 à patrick.matagne@univ-poitiers.fr et à benedicte.percheron@univ-eiffel.fr pour une annonce du programme début juillet et la tenue de journées d’étude l’après-midi du 21 et le 22 octobre 2021.

Responsable : Patrick Matagne

Comité scientifique
Pascal Duris (Université de Bordeaux), Patrick Matagne (Université de Poitiers), Bénédicte Percheron (Université Gustave Eiffel), Gisèle Séginger (Université Gustave Eiffel) et Julien Vincent (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

Bibliographie
BLANC Nathalie, « 1925-1990 : l’écologie urbaine et le rapport ville-nature », in Espace géographique, tome 27, n°4, 1998.p. 289-299.

BONNEUIL Christophe, JOLY Pierre-Benoît, Sciences, techniques et société, La Découverte, coll. « Repères Sociologie », 2013.

CHALINE Jean-Pierre, Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France, Éditions du CTHS, 1995.

CHARVOLIN Florian, MICOUD André, NYHART Lynn K., Des sciences citoyennes ? La question de l’amateur dans les sciences naturalistes, Éditions De L’aube Aube Essai, 2007.

FISCHER Jean-Louis (dir.), Le jardin entre science et représentation, Éditions du CTHS, 1999.

FOX Robert, WEISZ George, The organization of Science and Technology in France, 1808-1914, Cambridge University Press, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 1980.

JOVET Paul, « Flore et phytogéographie de la France », Histoire de la botanique en France, 8e congrès international de botanique, Paris-Nice, 1954, p. 243-268.

LIZET Bernadette, WOLF Anne-Elisabeth, CELECIA John, Sauvages dans la ville : de l’inventaire naturaliste à l’écologie urbaine : hommage à Paul Jovet (1896-1991), Muséum national d’histoire naturelle, 1999.

MATAGNE Patrick, Aux origines de l’écologie. Les naturalistes en France de 1800 à 1914, Paris, éditions du CTHS, 1999.

MATHIS Charles-François, PEPY Emilie-Anne, La ville végétale. Une histoire de la nature en milieu urbain (France, XVIIe – XXIe siècle), Champ Vallon, 2017.

MAURIN Hervé, HENRY Jean-Pierre, « Les inventaires du patrimoine naturel en milieu urbain », in Sauvages dans la ville. De l’inventaire naturaliste à l’écologie urbaine, Journal d’agriculture traditionnelle et de botanique appliquée, 39ᵉ année, bulletin n°2, 1997, p. 333-355.

MAUZ Isabelle, « Le renouveau des inventaires naturalistes au début du XXIe siècle », Quaderni [En ligne], Automne 2011.

PÉTY Dominique, « Le rôle de l’amateur dans la construction des savoirs (XIXe-XXIe siècles) : du collectionneur à l’internaute », in MEYNARD Cécile, LEBARBÉ Thomas, COSTA Sandra (dir.) (2020), Patrimoine et Humanités numériques, Éditions des archives contemporaines, 2020, p. 29-38.

PONT Jean-Claude, LACKI, Jan, Une cordée originale. Histoire des relations entre science et montagne, Georg éditeur, 2000.

RUDOLF Florence, Les glissements de sens de l’écologie dans ses associations avec la ville : écologie urbaine, ville écologique et ville durable. Penser le développement durable urbain : Regards croisés, 2008.

Crédits photographiques: photographie de la Société mycologique de France et de la Société des amis des Sciences naturelles de Rouen, excursion à Louviers (Eure), le 18 octobre 1891. Collection du Muséum de Rouen, album photographique, inv. 5692.