Archives de catégorie : événements scientifiques

La nature à Rouen, littérature et arts plastiques

Rouen – 17 septembre 2021

 

  • 10 h 30 – 12 h – Balade urbaine : « Biodiversité urbaine, littérature et arts plastiques » par Bénédicte Percheron (docteur en histoire, Université Gustave Eiffel)

Rendez-vous au Square Verdrel, devant l’entrée du Musée des Beaux-Arts de Rouen, esplanade Marcel Duchamp, Rouen – sur réservation

  • 14 h – Conférence : « De l’ornementation à l’urbanisme, les vertus de la nature chez l’architecte-illustrateur Jules Adeline (1845-1909)»  par Stéphane Rioland (docteur en histoire, École Nationale Supérieure d’Architecture de Normandie)

Auditorium des Sociétés savantes, 190 rue Beauvoisine, Rouen – sur réservation – jauge : 60 personnes)

  • 15 h 30 – Visite commentée: « La biodiversité urbaine dans les collections du Muséum d’histoire naturelle de Rouen » par Bénédicte Percheron (docteur en histoire, Université Gustave Eiffel)

Rendez-vous à l’entrée du Muséum d’histoire naturelle – sur réservation

Passeport sanitaire valide pour la conférence et la visite du Muséum d’histoire naturelle

Pour les réservations : benedicte.percheron@univ-eiffel.fr

La littérature et les arts plastiques ont laissé de nombreux témoignages de la place et de la perception de la nature à Rouen au XIXe siècle. Une balade urbaine commentée, entre le square Verdrel et le Jardin de l’Hôtel-de-ville, évoquera des grands textes ou écrits plus obscurs, témoins d’un urbanisme bouleversé par la réintroduction de la nature en ville. L’histoire de la faune et de la flore rouennaises sera abordée à travers des décors sculptés de plusieurs édifices remarquables. La conférence « De l’ornementation à l’urbanisme, les vertus de la nature chez l’architecte-illustrateur Jules Adeline (1845-1909 » donnée par Stéphane Rioland s’intéressera à la part de la nature au sein des utopies urbaines du dessinateur et graveur Jules Adeline, ainsi qu’à sa conception des jardins urbains et d’intérieur. Enfin, la journée s’achèvera par une visite consacrée à la biodiversité urbaine au sein des collections du Muséum d’histoire naturelle de Rouen.

Programme Urbanature (responsable : Gisèle Séginger) – Urbanature | Savoirs et cultures de la biodiversité urbaine (XIXe siècle-XXIe siècle) (hypotheses.org)

Université Gustave Eiffel – Laboratoire LISAA

Organisation : Bénédicte Percheron

En collaboration avec le Muséum d’histoire naturelle de Rouen

Illustration : Jules Adeline, XVIII – La Ville vieille et la Ville neuve, 1900. Gallica/bnf

La nature dans la cité : émotions et représentations

Colloque. Appel à communication 

20, 21 et 22 avril 2022

Université d’Oxford 

L’idée que la ville peut avoir des effets délétères sur la santé des citadins ne date pas du XIXe siècle. Les médecins du XVIIe siècle et surtout du XVIIIe siècle, se référant au Traité des airs, des eaux et des lieux d’Hippocrate, préconisent déjà les promenades dans la nature et la recherche de l’air pur. Au XVIIIe siècle, la noblesse investit l’ouest de la capitale, moins urbanisé, pour essayer de concilier la vie urbaine avec les plaisirs de la nature. Les belles demeures ont toujours un jardin privé et certains nobles, comme le duc de Chartes avec son jardin anglo-chinois (à Monceau) ou le comte d’Artois à Bagatelle, affirment leur magnificence en faisant aménager de manière exceptionnelle des jardins à fabriques. Dans le même temps, écrivains et philosophes développent un nouveau sentiment de la nature. Le goût d’une sociabilité élégante dans les jardins se répand mais aussi plus largement, dans toutes les couches de la société, la pratique de la promenade en groupe ou solitaire et l’expérience des émotions liées à la nature sont en vogue.

Cependant l’expansion inévitable des villes modifie de plus en plus les rapports entre la ville et la campagne : des espaces ruraux disparaissent, d’autres se trouvent en contact direct avec la ville, tandis que l’aménagement urbain, surtout à partir du XIXe siècle, s’accompagne de la création d’espaces verts publics (bois, jardins), réintroduisant en ville la nature en la domestiquant. Mais, par ailleurs, l’urbanisme industriel suscite des craintes et le sentiment d’un divorce. Les médecins hygiénistes, préoccupés par les questions d’insalubrité, sont parmi les premiers à avoir réfléchi sur la nécessité de réintroduire la nature en ville. Les défenseurs d’un urbanisme moderne – comme Hausmann à Paris – qui détruisent les vieux quartiers historiques aux rues tortueuses mettent souvent en avant le bien-être des habitants et la nécessité d’aérer la ville. Mais si les beaux quartiers ou les nouveaux secteurs urbanisés bénéficient de cet effort, d’autres espaces urbains subissent les inconvénients de l’industrialisation : pollution et surpopulation. Bien des représentations du monde urbain évoquent au XIXe siècle la misère des villes coupées de la nature. La ville devient le milieu de toutes les violences dans l’imaginaire conservateur, tandis que les socialistes perçoivent le monde urbain comme un univers hostile à l’homme. Les pensées libertaires, quant à elles, intègreront très vite des réflexions sur le rapport de l’homme et de la nature, faussé par la domination économique et sociale. Les premières revendications pré-écologiques sur l’aménagement urbain se trouveront ainsi fortement associées à une mise en cause des rapports sociaux.

En dépit de représentations souvent très négatives de la ville, la documentation historique et les textes littéraires témoignent d’une situation contrastée. Il existe en effet dans de nombreuses villes en pleine croissance, une omniprésence de la nature dont l’historiographie et les études littéraires se sont peu occupées. Les grands travaux menés à Paris dès le début du siècle sous l’impulsion de Napoléon 1er (percée de la rue de Rivoli), puis sous la direction du préfet Rambuteau après le choléra de 1832, et enfin sous le Second Empire par le baron Haussmann, ont modelé un nouveau paysage urbain : il s’agit à la fois de récréer les yeux et de purifier l’air. Si les grands jardins privés tendent à disparaître dans les villes, l’espace public se végétalise tandis que la bourgeoisie fait entrer le vivant dans l’espace privé avec les jardins d’intérieur et les animaux domestiques. La destruction des remparts dans de nombreuses villes au XIXe siècle libère aussi de l’espace pour des jardins.

Toutefois l’écologie, esquissée d’abord par Haeckel, en 1866, dans un contexte scientifique évolutionniste, ne conquiert sa place dans la science que tardivement, au début du XXe siècle, et il faut attendre les années 1960 pour qu’elle s’impose à la conscience du grand public, tout en se politisant progressivement. L’écologie proprement urbaine est encore plus récente. Si on ne peut donc parler de conscience écologique et de défense de la biodiversité urbaine avant le XXe siècle, toutefois les architectes de la ville (les futurs urbanistes), les médecins, les penseurs politiques portent incontestablement une attention de plus en plus grande au rapport de l’homme et de la nature dans la cité à partir du XIXe siècle. Les mutations de la ville se répercutent dans les sensibilités et la littérature en rend compte, mettant en scène l’homme urbain et ses émotions au contact d’une nature à la fois plus proche au cœur de la ville et plus dominée ou menacée. Le citadin éprouve alors parfois le besoin de renouer avec la nature, entre ville et campagne, dans un espace intermédiaire, comme celui de la forêt domaniale de Fontainebleau, ni agricole, ni aussi sauvage que les bois plus lointains. Le ressenti des citadins alimente des rêves, des utopies, un imaginaire du jardin sauvage au cœur de la ville ou le désir de brèves échappées à portée de calèche, mais aussi des réflexions  plus concertées ou des expériences dont certaines sont encore d’actualité : création de jardins ouvriers et maraîchage urbain, construction de cités-jardins (dont le modèle théorisé par Howard en Angleterre a gagné la France), recherche d’une symbiose entre architecture et nature (façades végétalisées…), imitation de la nature jusque dans l’art décoratif.

Ce colloque sera attentif aux changements de sensibilité, il portera à la fois sur des émotions et des représentations – individuelles ou collectives – dont rend compte la littérature, sans oublier les réalités historiques et la dimension politique de certaines aspirations qui se font jour dans les imaginaires utopistes ou les idéologies de la ville résiliente. Si la littérature aura une place importante, il s’agira aussi de confronter les représentations littéraires aux situations réelles et aux évolutions. Les propositions de communication pourront donc émaner d’autres disciplines : histoire des sensibilités, histoire urbaine, histoire de l’art, écologie urbaine, histoire de l’écologie.

Les propositions de communication, de 2000 signes espaces comprises maximum, sont à envoyer à benedicte.percheron@univ-eiffel.fr au plus tard le 15 octobre 2021. Elles seront accompagnées d’une courte bio-bibliographie.

Responsables : Gisèle Séginger et Catriona Seth

Comité scientifique :

Juliette Azoulai : Université Gustave Eiffel
Claire Barel-Moisan : CNRS Lyon
Bénédicte Percheron : Université Gustave Eiffel
Gisèle Séginger : Université Gustave Eiffel
Catriona Seth : All Souls college, Oxford

Bibliographie

Barles, Sabine, La ville délétère : médecins et ingénieurs dans l’espace urbain (XVIIIe-XXe siècles), Ceyzérieu, Champ Vallon, 1999.

Beatley, Timothy, Biophilic Cities. Integrating Nature Into Urban Design and Planning, Washington, Island Press, 2011.

Calonne, Alphonse de, « Les transformations de Paris », La Revue contemporaine, mai-juin 1866.

Choay, Françoise, L’urbanisme, utopies et réalités, Paris, Seuil, 1965.

Emery, Malcolm John, Promoting Nature in Cities and Towns. A Practical Guide, Kent, Croom Helm, 1986.

Forestier, Jean-Claude-Nicolas, Grandes villes et systèmes de parcs, Paris, Hachette, 1908.

Gourdon, Édouard, Le Bois de Boulogne, Paris, Bourdilliat, 1861.

Hénard, Eugène, Études sur les transformations de Paris, Paris, L’Équerre, 1982.

Heynen, Nik, Kaika, Maria et Swyngedouw, Erik, In the Nature of Cities : Urban Political Ecology and the Politics of Urban Metabolism, Londres, Routledge, 2006.

Isenberg, Andrew C. (dir.), The Oxford Handbook of Environmental History, Oxford, Oxford University Press, 2013.

Lefay, Sophie, Se promener au XVIIIe siècle : rituels et sociabilités, Paris, Garnier, 2019.

Limido, Luisa, L’art des jardins sous le Second Empire, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2002.

Mathis, Charles-François et Pépy, Émilie-Anne, La ville végétale. Une histoire de la nature en milieu urbain (France, XVIIe – XXIe siècle), Ceyzérieu, Champ Vallon, 2017.

Pigeaud, Jacquie et Barbe, Jean-Paul, Histoire de jardins, lieux et imaginaires, Paris, PUF, 2015.

Rambuteau, Comte de, Mémoires du comte de Rambuteau publiés par son petit-fils, Paris, Calmann-Lévy, 1905.

Santos, José, « Réalité et imaginaire des parcs et des jardins dans la deuxième moitié du XIXe siècle », Nineteenth-Century French Studies, vol. 31, n° 3-4, printemps-été 2003, p. 278-296.

Synowiecki, Jan, Paris en ses jardins, Nature et culture urbaine au XVIIIe siècle, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2017.

Turcot, Laurent, Le promeneur à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 2007.

Photographie de couverture : Oxford University Museum of Natural History, B. Percheron.

Sociétés savantes, pratiques naturalistes et nature en ville (XIXe-XXIe siècles)

Journée d’étude
Appel à communication 

22 octobre 2021

Fondation Maison des Sciences de l’Homme

54 Boulevard Raspail, 75006 Paris

Plus d’un millier de sociétés savantes sont créées en France au cours du XIXe siècle (Chaline, 1995 ; Fox, Weisz, 1980). Environ un tiers pratiquent l’histoire naturelle, souvent dans un cadre pluridisciplinaire (sciences, lettres, histoire, archéologie, arts, etc.). Des sociétés spécialisées dans différents domaines de l’histoire naturelle sont fondées, surtout à partir de la seconde moitié du siècle (entomologie, mycologie, malacologie, géologie, botanique, zoologie, minéralogie, etc.). Leurs publications répondent aux attentes d’un lectorat hétérogène. Elles sont animées par des « amateurs », une catégorie dont les contours sont difficiles à saisir. Jusqu’à aujourd’hui, « amateurs » ou « profanes » pratiquent des sciences de « plein air », nécessitant du temps mais peu de matériel et de prérequis. On peut alors se demander comment se négocient les rapports entre profanes et scientifiques, avec la montée en puissance des professionnels (Charvolin, Micoud, Nyhard, 2007).

Au XIXe siècle, les naturalistes arpentent leur « petite patrie locale », ceux des plaines découvrent la montagne (Pont, Lacki, 2000). Les excursions laissent une place importante à la collecte et la collection, à l’observation et à l’érudition. Les données s’accumulent, publiées dans des bulletins périodiques, des catalogues, des monographies, des guides, des Flores et des Faunes. Des travaux sont impulsés et diffusés par le Comité des Travaux Historiques et scientifiques (fondé en 1834), circulent au sein du réseau des sociétés locales, nationales et des colonies, parfois des sociétés étrangères.

Les comptes rendus d’activités, les séances publiques, les célébrations et autres rituels académiques assurent aussi la promotion d’une forme de sociabilité à dominante masculine, d’un certain mode de vie français (gastronomie, convivialité, humour, exploits sportifs, etc.). Les querelles à propos de découvertes locales, la valorisation excessive du singulier, l’accumulation et la confiscation de données, la culture de l’entre soi, seraient symptomatiques d’une forme d’idiosyncrasie propre à ces groupes constitués, tantôt courtisés, tantôt dévalorisés par des savants professionnels (Claude Bernard par exemple) et par les institutions centralisées. Ces représentations ont longtemps fait considérer leurs productions comme indigentes, sur le plan scientifique.

La prise en compte de la diversité des productions et des activités des sociétés savantes : littérature naturaliste, participations à des manifestations scientifiques, gestion et création de jardins botaniques, musées, bibliothèques, conduit à interroger leur caractère savant, leur visibilité dans l’espace public, leur ancrage culturel local. Si leurs productions sont importantes, les institutions centralisées les ont longtemps considérées comme indigentes, sur le plan scientifique. Elles suscitent pourtant l’intérêt d’écrivains, plus ou moins célèbres, comme Hector Malot, Ernest Cotty ou encore Maurice Maindron.

Dans les sciences du vivant, des sociétés savantes manifestent l’appropriation de concepts scientifiques : fixisme de Cuvier, transformisme de Lamarck, évolutionnisme de Darwin, concepts taxinomiques, phytogéographiques, zoogéographiques et écologiques, etc. En phytogéographie, elles construisent des programmes qui développent des problématiques écologiques ancrées dans des territoires (Matagne, 1999).

Au XIXe siècle, les données relatives à la faune et la flore rurale et sylvestre sont abondantes. À la fin du siècle naît une tradition naturaliste qui s’intéresse à la nature en ville. Il semblerait que pour la France les recherches les plus nombreuses concernent la capitale. En Province, des sociétés savantes contribuent à introduire ou à maintenir la nature en ville par le biais de jardins botaniques, qui présentent des espèces indigènes, exotiques, cultivées. Ce sont des terrains d’expérimentations (acclimatation, sélection, hybridation), qui rendent visible les références des concepteurs dans les domaines de la systématique (système de Linné, méthode de Jussieu, etc.), de la géographie botanique et de l’écologie (Fischer, 1999). Ouverts au public, les jardins de ville ont un rôle scientifique, culturel, pédagogique (visites-conférences, leçons pour les enfants des écoles, pour les étudiants en médecine et pharmacie), économique (pour les agriculteurs, agronomes et industriels). Ils s’inscrivent dans un plan d’urbanisme marqué par le courant hygiéniste, par le modèle des cités jardins à l’anglaise pensées en réaction à une forte urbanisation et industrialisation.

En zoologie, un essor des publications est relevé dans les années 1930-1950, notamment sur les mammifères de Paris et de sa banlieue. Jusqu’à aujourd’hui, les Rencontres naturalistes d’Île-de-France mobilisent le réseau associatif aux côtés d’institutions et de laboratoires (CNRS, MNHN, universités). À la fin du siècle, Paris Espace Nature passe commande de travaux sur des classes de vertébrés (oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles).

Le succès des publications ornithologiques peut être corrélé avec la multiplication des associations fédérées par la Ligue pour la protection des oiseaux (fondée en 1912) et la Société d’études ornithologiques de France (fondée en 1993). Une partie des études concernent l’avifaune urbaine. Pour les invertébrés, les travaux sont plus rares (notons ceux de l’Association des Coléoptéristes de la Région Parisienne, fondée en 1923) (Maurin, Henry, 1997).

Le congrès international de botanique (Paris, 1954) valorise les amateurs et les contributions des sociétés savantes. Les actes recensent des publications de l’après-guerre qui s’inscrivent dans une tradition des « herborisations parisiennes », qui remonterait à la fin du XIXe siècle. L’herbier parisien de Paul Jovet, actif dans plusieurs sociétés savantes, contient des espèces banales – des mauvaises herbes – et exotiques collectées pendant des décennies dans les friches, décharges, terrains de construction, rues, voies de chemin de fer et du métro aérien, ruines de la dernière guerre. Ses observations sur la flore urbaine de Paris et sur l’anthropisation des milieux interrogent la validité de certains concepts écologiques dans des milieux particulièrement sélectifs (Jovet, 1954 et Lizet, Wolf, Celecia, 1999).

Dans le dernier tiers du XXe siècle, une impulsion est donnée à l’étude de la nature dans des capitales (Paris, Chicago, Londres, Berlin, Bruxelles), dans le contexte d’émergence d’une nouvelle demande sociale en matière d’écologie, de structuration de la biologie de la conservation et du concept de biodiversité. En France se met en place le réseau des villes durables.

Des citoyens sont initiés, voire formés à des pratiques naturalistes. Excursions, séances de détermination et stages sont régulièrement proposés par des associations, parfois par des universités à destination des étudiants. Les amateurs d’aujourd’hui, profanes, bénévoles, investissent des terrains délaissés par les professionnels. Comme leurs prédécesseurs du XIXe siècle, leurs découvertes visent à combler un défaut de connaissance de la biodiversité. Ils réalisent des inventaires, mettent à l’épreuve les hypothèses scientifiques des chercheurs (sciences participatives). À la connaissance s’ajoute la vigilance collective, citoyenne, permettant d’appréhender la dynamique complexe de la biodiversité urbaine, de documenter la recherche, de médiatiser des demandes sociales et culturelles en matière de santé (maladies vectorielles, allergies dues aux pollens), d’influer sur les choix opérés (espèces patrimoniales, invasives, notions controversées d’espèces utiles ou nuisibles etc.). Des décisions en matière d’aménagement urbain intègrent des données naturalistes et écologiques : trames vertes et bleues passant par des zones urbaines pensées dans le cadre de l’écologie du paysage, éco-quartiers et éco-villes, jardins en mouvement, jardins publics et privés qui valorisent un patrimoine naturel urbain et périurbain. On assisterait à un renouveau des pratiques naturalistes et de la systématique, utilisatrice des derniers développements de la génomique et des technologies informatiques, à un renouvellement de l’expertise des amateurs (Bonneuil, Joly, 2013 ; Mauz, 2011 et Péty, 2020).

Des publications de vulgarisation destinées à un public familial sont consacrées à la faune urbaine – sauvage et domestique – aux petites bêtes de la maison, à la fabrication de nichoir, à l’implantation de ruches, etc.

La nature en ville dispense des aménités aux citadins, elle fait l’objet de multiples usages, rend des services écologiques (Mathis, Pépy, 2017). La ville met à l’épreuve des concepts scientifiques, renouvelle les savoirs et les pratiques naturalistes, qui dépassent les domaines de la biologie et de l’écologie scientifique. L’écologie urbaine associée à l’école de Chicago du début du XXe siècle, la ville écologique (années 1960), la ville durable (années 1990) interrogent les évolutions des relations ville-nature et des dynamiques des systèmes urbains, avec leurs composantes sociales, culturelles, biologiques (Blanc, 1998 ; Rudolf, 2008).

Les termes : sociétés savantes, pratiques naturalistes, nature en ville, ont été retenus comme éléments d’articulation de communications qui s’inscriront dans un cadre chronologique commençant au XIXe siècle.

Ces journées d’étude ont pour objectif d’interroger la production, la diffusion et la médiation des savoirs par les réseaux savants, d’aborder le rôle des sociabilités savantes à partir du XIXe siècle, les transformations opérées aux XXe et XXIe siècles, les nouveaux enjeux relatifs aux savoirs naturalistes, à l’écologie et à la biodiversité urbaine, à la diversité des formes de demande sociale et culturelle de nature en ville.

Les questionnements pourront s’organiser autour de plusieurs thématiques :

– L’évolution de la figure de l’amateur, de ses terrains et pratiques naturalistes, en lien avec les transformations du modèle historique de sociabilité construit autour des sociétés savantes. La négociation des rapports entre amateurs/profanes et scientifiques, avec la montée en puissance des professionnels. La présence des femmes et leurs catégories socio-professionnelles.

– L’émergence de nouveaux centres d’intérêt et de nouveaux territoires pour l’étude de la nature. La naissance et l’évolution d’une tradition des excursions naturalistes urbaines. L’introduction, la conservation et la gestion de la nature en ville. Les naturalistes à l’épreuve de la ville : enjeux scientifiques, culturels, démocratiques, sociétaux.

– La nouvelle image de modernité, le renouveau des inventaires de la biodiversité lié à l’utilisation de technologies numériques et à l’implication des amateurs ou profanes dans des programmes de recherche collaborative ou participative. Légitimité, expertise.

– Les acteurs de la médiation scientifique, pédagogique et culturelle. Pratiques et discours, inclusion sociale et culturelle. Les relations entre les réseaux associatifs, les pouvoirs politiques, les décideurs, les professionnels et les profanes. Interactions avec le monde littéraire ; participation aux travaux des sociétés ; réception de l’action des sociétés savantes.

Les réponses à l’appel prendront la forme de propositions (titre, 20 lignes, mots-clés) adressées avant le 30 juin 2021 à patrick.matagne@univ-poitiers.fr et à benedicte.percheron@univ-eiffel.fr pour une annonce du programme début juillet et la tenue de journées d’étude l’après-midi du 21 et le 22 octobre 2021.

Responsable : Patrick Matagne

Comité scientifique
Pascal Duris (Université de Bordeaux), Patrick Matagne (Université de Poitiers), Bénédicte Percheron (Université Gustave Eiffel), Gisèle Séginger (Université Gustave Eiffel) et Julien Vincent (Université Patris 1 Panthéon-Sorbonne).

Bibliographie
BLANC Nathalie, « 1925-1990 : l’écologie urbaine et le rapport ville-nature », in Espace géographique, tome 27, n°4, 1998.p. 289-299.

BONNEUIL Christophe, JOLY Pierre-Benoît, Sciences, techniques et société, La Découverte, coll. « Repères Sociologie », 2013.

CHALINE Jean-Pierre, Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France, Éditions du CTHS, 1995.

CHARVOLIN Florian, MICOUD André, NYHART Lynn K., Des sciences citoyennes ? La question de l’amateur dans les sciences naturalistes, Éditions De L’aube Aube Essai, 2007.

FISCHER Jean-Louis (dir.), Le jardin entre science et représentation, Éditions du CTHS, 1999.

FOX Robert, WEISZ George, The organization of Science and Technology in France, 1808-1914, Cambridge University Press, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 1980.

JOVET Paul, « Flore et phytogéographie de la France », Histoire de la botanique en France, 8e congrès international de botanique, Paris-Nice, 1954, p. 243-268.

LIZET Bernadette, WOLF Anne-Elisabeth, CELECIA John, Sauvages dans la ville : de l’inventaire naturaliste à l’écologie urbaine : hommage à Paul Jovet (1896-1991), Muséum national d’histoire naturelle, 1999.

MATAGNE Patrick, Aux origines de l’écologie. Les naturalistes en France de 1800 à 1914, Paris, éditions du CTHS, 1999.

MATHIS Charles-François, PEPY Emilie-Anne, La ville végétale. Une histoire de la nature en milieu urbain (France, XVIIe – XXIe siècle), Champ Vallon, 2017.

MAURIN Hervé, HENRY Jean-Pierre, « Les inventaires du patrimoine naturel en milieu urbain », in Sauvages dans la ville. De l’inventaire naturaliste à l’écologie urbaine, Journal d’agriculture traditionnelle et de botanique appliquée, 39ᵉ année, bulletin n°2, 1997, p. 333-355.

MAUZ Isabelle, « Le renouveau des inventaires naturalistes au début du XXIe siècle », Quaderni [En ligne], Automne 2011.

PÉTY Dominique, « Le rôle de l’amateur dans la construction des savoirs (XIXe-XXIe siècles) : du collectionneur à l’internaute », in MEYNARD Cécile, LEBARBÉ Thomas, COSTA Sandra (dir.) (2020), Patrimoine et Humanités numériques, Éditions des archives contemporaines, 2020, p. 29-38.

PONT Jean-Claude, LACKI, Jan, Une cordée originale. Histoire des relations entre science et montagne, Georg éditeur, 2000.

RUDOLF Florence, Les glissements de sens de l’écologie dans ses associations avec la ville : écologie urbaine, ville écologique et ville durable. Penser le développement durable urbain : Regards croisés, 2008.

Crédits photographiques: photographie de la Société mycologique de France et de la Société des amis des Sciences naturelles de Rouen, excursion à Louviers (Eure), le 18 octobre 1891. Collection du Muséum de Rouen, album photographique, inv. 5692.