Archives de catégorie : Actualités

Couleurs et odeurs de la biodiversité urbaine

Rouen – 23 mai 2022

    •  10h 30-12 h – Balade urbaine : « Couleurs et odeurs de la biodiversité urbaine » par Bénédicte Percheron (docteur en histoire, Université Gustave Eiffel)

Cette promenade urbaine, menée rue des Petites-Eaux-de-Robec, reviendra sur l’utilisation des ressources naturelles par les industries textiles, mais aussi par la parfumerie. Elle s’intéressera à la biodiversité locale et aux expériences de renaturation conduites sur ce territoire singulier, tant historiquement qu’écologiquement.

Rendez-vous dans la cour intérieure de la Clinique Saint-Hilaire au pied du séquoia.

    • 14h 30 : visite des réserves du Muséum national de l’Éducation par Béatrice Allais (chargée de conservation et de recherche, MUNAÉ) et Bénédicte Percheron (docteur en histoire, Université Gustave Eiffel).

Réservations obligatoires : benedicte.percheron@univ-eiffel.fr

Organisation : Bénédicte Percheron

En collaboration avec le Musée National de l’Éducation (MUNAÉ)

Illustration : l’auberge de jeunesse de Rouen (ancienne teinturerie Auvray), rue des Petites-Eaux de Robec, B. Percheron.

COLLOQUE

Flore et Faune des villes : réalités et fictions

20 et 21 mai 2022
 

  Lieu : Muséum national d’Histoire naturelle
57 Rue Cuvier, 75005 Paris
 

 Vendredi 20 mai 2022
Amphithéâtre de Paléontologie et d’Anatomie comparée


 Séance 1 – Penser et imaginer la nature
9h-10h 30 – Présidence : Nathalie Machon

Frédéric DUCARME (Muséum national d’Histoire naturelle)
La ville: anti-nature ou seconde nature ?

Pascal DURIS (Université de Bordeaux)
Tournefort, Linné ou Jussieu ? Le dilemme des jardins botaniques autour de 1800

Sara WELLMAN (Université du Mississippi)
Sébastien Mercier : tableau de la nature en ville avant 1789

Séance 2 – Nature spontanée, nature inventée
10h 45-11 h 45 – Présidence : Frédéric Ducarme

Jérôme MATHIEU (Sorbonne Université)
La faune du sol dans les villes

Xavier LAGURGUE et Flavie MAYRAND (CESCO, Muséum d’Histoire naturelle)
La végétalisation du bâti
 

Visite des Grandes Serres du Jardin des Plantes
14 h – 15h 20

Séance 3 – Acclimater et exploiter la nature en ville
15h 30- 17h – Présidence de séance : Patrick Matagne

Émilie-Anne PEPY (Université Savoie Mont Blanc)
Paris au tournant des XVIIIe et XIXe siècles : arbres étrangers et exotiques

Marine BELLÉGO (Université de Paris): La jungle et le jardin : domestiquer la nature urbaine à Calcutta au XIXe siècle

Bénédicte PERCHERON (Université Gustave Eiffel)
L’histoire naturelle au secours de l’industrie et du commerce citadins

 

Samedi 21 mai 2022
Auditorium de la Grande Galerie de l’Évolution

 Séance 4 – Regards sur la faune des villes
10h-11h 30 – Présidence : Bénédicte Percheron

Rémi GRISAL (Université Aix-Marseille)
Les invasions de sauterelles à Marseille (1803-1834)

Catherine RADTKA (HT2S – Conservatoire national des arts et métiers)
Le pigeon parisien, du héros militaire à la nuisance 

Aude LALIS et Benoit PISANU (PatriNat, Muséum d’Histoire Naturelle)
Le rat en ville

Séance 5 – Paris : reconstitutions imaginaires
             11h 45-12h 45 – Présidence de séance : Gisèle Séginger

Tristan Tailhades (LISAA, Université Gustave Eiffel)
Paris avant Paris : la faune préhistorique parisienne dans la littérature du XIXe siècle

Virginie TAHAR (LISAA, Université Gustave Eiffel)
“Fientaisies” animales et végétales dans le Paris des oulipiens (Queneau et Roubaud)

Séance 6 – Nature éternelle, villes modernes
14h 15-15h 45 – Présidence : Juliette Azoulai

Carmen HUSTI (Université Gustave Eiffel)
Flore des villes : la bonne nature dans la trilogie des Trois villes d’Émile Zola

Gisèle SÉGINGER (Université Gustave Eiffel)
Serres littéraires et jardins d’hiver au XIXe siècle

Yohann RINGUEDÉ (Université Gustave Eiffel)
Le « Poëme du Jardin des Plantes » : (Hugo) l’animal sauvage au cœur de la ville

Séance 7 – Documenter la biodiversité urbaine
16h-17h 30 – Présidence : Jérôme Mathieu

Guillaume BAGNOLINI (Université de Montpellier)
Science participative et émotions ou le développement d’une préoccupation pour la nature en ville

Patrick MATAGNE (Université de Poitiers)
Joseph Vallot : la flore de Paris à l’épreuve de l’écologie

Nathalie MACHON et Nathan HAINE (CESCO, Muséum national d’Histoire naturelle)
Les 10 ans de « Sauvages de ma rue »

17h 40-18h
Lecture de Pierre SENGES

18h
Remise des prix du concours littéraire La nature en ville

 

Organisatrices du colloque : Nathalie Machon (CESCO – Muséum national d’Histoire naturelle) et Gisèle Séginger (LISAA – Université Gustave Eiffel)

Contact : benedicte.percheron@univ-eiffel.fr

Photographie : Gregory Hayes, Unsplash

 

 

 

 

 

Colloque

La nature dans la cité : émotions et représentations

20, 21 et 22 avril 2022

 Université d’Oxford

 

Mercredi 20 avril 2022

Old Library, All Souls College

 Séance 1 – reconstruire la nature en ville

 14h 30-17h

Jan SYNOWIECKI (EHESS)

La nature urbaine à Paris au XVIIIe siècle, un enjeu politique et environnemental

 Bénédicte PERCHERON (Université Gustave Eiffel)

Les naturalistes français et la perception de la nature en ville au XIXe siècle

 Juliette AZOULAI (Université Gustave Eiffel)

Les citadins à l’aquarium : le « musée vivant de la mer » au XIXe siècle

Pierre SCHOENTJES (Université de Gand)

Pierre Gascar : du mal urbain à la conscience écologique

 18h-18h 30

 Lecture de Pierre SENGES

 

Jeudi 21 avril 2022

Maison française d’Oxford

 Séance 2 – sensibilités environnementales et modernisation des villes

 9h-10h 30

Gisèle SÉGINGER (Université Gustave Eiffel)

Maxime Du Camp et Paris : nature et modernité

Nathalie MACHON (Muséum national d’Histoire naturelle de Paris)

La nature à Paris dans le projet du Baron Haussmann

 Nacima BARON (Université Gustave Eiffel)

Embellissement des espaces ferroviaires et sensibilité environnementale (1920-2020)

11h-13 h

Visite du Oxford University Museum of Natural history et du Pitt Rivers Museum

 Séance 3 – Paris naturaliste 

 14h 30-18h  

 Alexandre FRONDIZI (Université de Neuchâtel)

« Les avantages réunis de la ville et de la campagne » : la villa Poissonnière, 1836-1876

 Carmen HUSTI (Université Gustave Eiffel)

Le rêve d’une nature féconde dans Paris d’Émile Zola

 Lucie GOURNAY (Université Paris-Est Créteil)

Les traductions anglaises de l’œuvre de Zola : le lexique de la nature en ville

 Francesca GUGLIELMI (Sorbonne Université)

Les jardins dans l’œuvre de Huysmans

  

Vendredi 22 avril 2022

Maison française d’Oxford

 Séance 4 – Pensées politiques de la nature en ville

 9 h-11 h

Christie MARGRAVE (Université d’East Anglia)

Enjeux de pouvoir : la nature urbaine des romancières du début du XIXe siècle

Azélie FAYOLLE (Université Gustave Eiffel)

La nature de la ville saint-simonienne

Claude RETAT (CNRS/Sorbonne Université)

Anarchisme, ville et retour à la nature au XIXe siècle

Patrick MATAGNE (Université de Poitiers)

L’eau dans « la grande ville industrielle » : la pensée écologique d’Élisée Reclus

 Séance 5 – Utopie et contre-utopie

 11h 15-13h

 Claire BAREL-MOISAN (CNRS. École Normale Supérieure de Lyon)

Les cités futures : rêves d’harmonie entre ville et nature dans les fictions d’anticipation

Kevin PELLADEAUD (Université Grenoble Alpes)

De la cité chimique et industrielle : ambiguïtés du lien entre ville et nature dans la littérature d’anticipation à la Belle-Époque (1880-1914)

Bertrand MARQUER (Université de Strasbourg)

Ordonner la nature : l’asile psychiatrique comme cité idéale

 Séance 6 – Ensauvager la ville ?

 14h 30-16h 30

Émilie FRÉMOND (Sorbonne-Nouvelle)

Le surréalisme, à la ville comme à la campagne

 Rémi GRISAL (Université Aix-Marseille)

Le monde agricole en ville : pratiques et représentations (Marseille au XIXe siècle)

Jonathan BARKATE (Université Gustave Eiffel)

De la mue animale à la mue auctoriale : l’homme et l’animal au cœur de la ville dans Gros-Câlin de Romain Gary

17h-17h 30

Lecture de Pierre SENGES

 

Programme Urbanature – Savoirs et cultures de la biodiversité urbaine (XIXe-XXIe siècle)

I-Site Future – Université Gustave Eiffel

en partenariat avec l’Université d’Oxford

Responsable du programme Urbanature : gisele.seginger@univ-eiffel.fr

Organisateurs : gisele.seginger@univ-eiffel.fr et catriona.seth@mod-langs.ox.ac.uk

Renseignements : benedicte.percheron@univ-eiffel.fr

Site internet : https://urbanature.hypotheses.org

 

 

Conférence

Suburban Canopy, ou comment la radicalisation du Slow Art peut conduire à la disparition de l’objet au profit de la biodiversité

Marion LAVAL-JEANTET (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) 

Mardi 12 avril 2022 – 17h 30

Maison des Sciences de l’Homme de Paris
54, boulevard Raspail – 75006 PARIS
Salle du conseil – sous-sol

En 1993, le duo d’artistes « Art Orienté Objet » écrit le Manifeste du Slow Art dans le cadre de l’exposition Pro-création ? à la Kunsthalle de Fribourg (Suisse), parallèlement il radicalise leur démarche slow dans un questionnement permanent du rapport artefact vs vivant, jusqu’à se poser la question d’un art naturaliste qui intègrerait la nature comme un élément de sa création même. Cette démarche va trouver son acmé dans l’œuvre Suburban Canopy (Canopée de banlieue) qui se réfère directement au désir des artistes naturalistes du 19e siècle de sacraliser la représentation de la vie forestière. Œuvre politique qui tient de l’action interdite, Suburban Canopy révèle les incohérences de notre société urbaine en matière de défense de la biodiversité, grâce à la force silencieuse de la nature. Et, plus que tout, elle interroge la capacité que nous aurions encore à rejoindre une pensée slow, une pensée de la lente observation, du respect des rythmes naturels au dépend de notre course technologique effrénée.

Photographie : Marion Laval-Jeantet, Prendre l’air – art orienté objet (wordpress.com)

Panel – Seeing Double / Voir Double

Conference of the Society of Dix-Neuviémistes

Seeing Double/Voir Double

Panel 

L’imitation de la nature en ville au XIXe siècle

vendredi 8 avril 2022

Queen’s University Belfast

 

Bénédicte Percheron
Université Gustave Eiffel

Michel Racine
Architecte-paysagiste

Carine Roucan
Université Le Havre-Normandie

Au début du XIXe siècle, les théoriciens des jardins et les naturalistes pensent une nature immuable et discutent peu de la qualité même de la nature[1]. Les jardiniers réfléchissent surtout sur la forme des jardins, s’inquiètent d’esthétisme, de goût ou encore de technique. Imiter la nature en ville au XIXe siècle consiste alors à la représenter, en copiant ses aspects les plus extérieurs. Les écrivains, comme Joris-Karl Huysmans, ont témoigné de ces imitations de la nature ou encore ont discuté de son artificialité. Dans La Bièvre[2], l’écrivain met en œuvre l’esthétique de des Esseintes, qui « Après les fleurs factices singeant les véritables fleurs, (…) voulait des fleurs naturelles imitant des fleurs fausses »[3]. Carine Roucan démontrera que, dans cette monographie, la rivière parisienne est décrite comme une jeune femme, irréelle, comme fausse. Par ailleurs, au-delà du goût fin-de-siècle pour l’artificiel, l’ouvrage  s’inscrit dans une réflexion sociale et politique, sur l’enfouissement de la Bièvre, sur l’hygiénisme, sur le recul de la population ouvrière loin du centre de Paris.

Les villes françaises du XIXe siècle ont vu de même l’imitation de milieux naturels, bien avant la compréhension des dynamiques écologiques, à travers la notion de pittoresque, d’exotisme, comme la reconstitution de jardins chinois. Avec les jardins des expositions universelles et coloniales, les imitations de paysages naturels gagnent une fonction commerciale, dans une perspective utilitariste de territoires. Bénédicte Percheron s’intéressera à ces jardins et montrera comment ces jardins sont lentement passés de simples évocations de la nature exotique à des amorces de reconstitutions de biotopes.

Enfin, l’architecture fin de siècle développe une nature minérale, qui, gagne les façades ou encore les aménagements urbains. La rocaille de ciment permet d’obtenir une nature idéale, aux formes modelées par l’homme. Michel Racine montrera  comment la rocaille a permis de donner corps aux rêves de la bourgeoisie : des maisons de campagne aux allures de chalet de montagne, entourées de jardins romantiques semés de fausses ruines, de grottes, de cascades et de faux arbres, selon des modèles proposés par différents ouvrages tels que le Manuel de l’Architecte des jardins[4] de Pierre Boitard dans lequel Bouvard et Pécuchet puisent abondamment pour élaborer leur propre jardin.

[1] Cf. En débattant des différences entre l’art et la nature, le paysagiste Jean-Marie Morel, dans sa Théorie des jardins ou l’art des jardins de la nature affirme ainsi, en 1802 : « Telle est la différence entre les arts qui, en imitant la Nature, emploient des moyens qui lui sont étrangers, et celui qui met en œuvre les matériaux même de la Nature. Celui-ci présente la Nature elle-même, les autres ne font que la représenter ». Jean-Marie Morel, Théorie des jardins ou l’art des jardins de la nature, Paris, Panckoucke, 1802, t. 2, p. 209.

[2] Joris-Karl Huysmans, La Bièvre, dans Œuvres Complètes, tome IX, éditions G. Crès et Cie, 1930, p.5-23.

[3] Joris-Karl Huysmans, A Rebours, chapitre VIII, GF Flammarion 2004, p.124.

[4] Pierre Boitard, Manuel de l’Architecte des jardins, Paris, Roret, 1834.

Photo : B. Percheron, Parc des Buttes-Chaumont, Paris.

Conférence

L’unité de plan et de composition
La controverse de 1830 et ses retentissements

Cédric GRIMOULT
(Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines-UVSQ)

Mardi 15 février 2022 – 17 h 30

Maison des Sciences de l’Homme de Paris
54, boulevard Raspail – 75006 PARIS
Salle B1-01

Issue d’une question technique précise portant sur la comparaison anatomique du plan du corps des mollusques avec celui des vertébrés, la controverse sur l’unité de plan de composition prend, au printemps 1830, des proportions hors du commun. Deux brillants zoologistes, Étienne Geoffroy Saint-Hilaire et Georges Cuvier, s’affrontent à l’Académie des sciences devant un public nombreux, qui dépasse de loin la communauté des zoologistes. Ces débats attirent l’attention de l’Europe savante, dont le poète allemand Goethe se fait même l’écho. Cette conférence vise à présenter les multiples enjeux de la controverse, parmi lesquels une dimension philosophique majeure, à cause des liens entre l’anatomie et la question du transformisme, une forte charge politique, alors même que l’absolutisme de Charles X étouffe la liberté d’expression, et même l’impression d’assister à un drame romantique, dont la trame est l’opposition de deux amis pris dans les vents de l’histoire.

Illustration : É. Geoffroy Saint-Hilaire, Philosophie anatomique, Paris, Méquignon-Marvis, 1818, pl. X, BIU Santé/Licence ouverte

 

Conférence

Cette grande demeure

où n’habite personne

Nacima BARON
(Université Gustave Eiffel – Institut Universitaire de France)  

Vendredi 10 décembre 2021 – 18h 30

 Maison des Sciences de l’Homme de Paris
54, boulevard Raspail – 75006 PARIS
Forum de la bibliothèque – 1er étage 

Avec Larbaud et Houellebecq, Huysmans et Ponge, Zola et Simenon – ou tout simplement avec leurs valises – des lecteurs passent son porche. Certains s’engouffrent en courant, d’autres considèrent attentivement la façade. Ils hésitent. Attendre. Partir ?

La gare n’est pas seulement un motif littéraire dense et joliment inactuel. Elle a rendu la civilisation urbaine imaginable car imagifiable. Infrastructure sismographe des chocs de la modernité, maillon central de la fabrique métropolitaine, miroir de temporalités qui se superposent, s’entrechoquent, se recouvrent. Elle est – ou peut-être n’est-elle définitivement plus – l’âme d’une ville, le reflet de sa personnalité cachée. Son épaisseur métaphysique se nourrit de son insignifiance existentielle, voire de son indicible vulgarité.

En couleurs ou plutôt en gris sur noir. Tantôt mugissante, tantôt dépeuplée. Paysage subjectif, labyrinthe existentiel. «Pôle d’échange» où seuls désormais les robots communiquent. La gare faite littérature transfigure le récit.

Fouillant au-delà des apparences, on échouera certainement et même magistralement à atteindre toute essence, à forger toute définition. Mais en collectionnant ces fictions, on aura pu suivre autrement la piste d’une naturalité des mondes techniques, et explorer ainsi l’intempestive urbanature.

Photographie : Sébastien Liger

Offres de stage

Programme Urbanature

Savoirs et cultures de la biodiversité urbaine (XIXe-XXIe siècle)

 ISITE FUTURE – UNIVERSITÉ GUSTAVE EIFFEL

Fiche de poste

 STAGE

L’Université Gustave Eiffel recrute, pour le programme Urbanature. Savoirs et cultures de la biodiversité urbaine (XIXe-XXIe siècle) (http://urbanature.hypotheses.org) coordonné par Gisèle Seginger, deux stagiaires pour venir en soutien aux organisateurs du concours littéraire de nouvelles dédié à « la nature en ville » lancé dans le cadre du programme. Ce concours récompensera 3 nouvelles par des prix remis lors d’une cérémonie le 21 mai 2022 au Muséum d’histoire naturelle de Paris.

La période d’emploi est prévue pour les mois de mars à mai (1 journée par semaine en mars et 2 jours en avril et mai).

Présence le samedi 21 mai (toute la journée) au Muséum national d’histoire naturelle de Paris

Les deux stagiaires auront pour missions :

    • de réceptionner les propositions et de répondre aux candidats ;
    • de réaliser un suivi des candidatures (alimentation d’un tableur de type Excel) :
    • d’envoyer les textes aux membres du jury ;
    • de réceptionner les avis des membres du jury et d’en faire une synthèse ;
    • d’aider à la communication autour du concours (réseaux sociaux et communication vers les candidats et les membres du jury).

Compétences attendues

    • Rigueur et sens de l’organisation ;
    • Usage des tableurs et des outils collaboratifs (Google drive notamment) ;
    • Très bonnes aptitudes rédactionnelles ;
    • Maîtrise de l’environnement des réseaux sociaux, notamment Facebook et Twitter ;
    • Un intérêt pour la littérature ;
    • Des déplacements à Paris sont à prévoir en mars, avril et mai.

Encadrement

Le travail sera effectué à l’Université Gustave Eiffelet à distance, encadré par Bénédicte Percheron et d’autres membres du projet de recherche Urbanature seront impliqués.

Rémunération

Selon la réglementation en vigueur.

Comment postuler ?

Merci d’envoyer un CV et une lettre de motivation à Gisèle Séginger (gisele.seginger@univ-eiffel.fr) et à Bénédicte Percheron (benedicte.percheron@univ-eiffel.fr) le 15 novembre  au plus tard.

Site internet : urbanature.hypotheses.org/

PhotoRobert Bye sur Unsplash

 

Revisiting Medical Humanism in Renaissance Europe

Consulter l’intégralité du numéro 

Le présent volume propose de nouveaux regards sur un thème considéré comme bien connu : l’humanisme médical. Les articles rassemblés ici revisitent plusieurs aspects de la pratique humaniste, telle qu’elle s’applique au domaine médical. Ils s’attachent aussi bien à des problèmes de traduction qu’à la critique des textes anciens ; ils explorent les façons dont la médecine a pénétré la culture et la littérature de la Renaissance ; ils réévaluent l’impact de l’humanisme sur la pensée et la pratique des médecins anciens et modernes.