Tous les articles par Urbanature

Couleurs et odeurs de la biodiversité urbaine

Rouen – 23 mai 2022

    •  10h 30-12 h – Balade urbaine : « Couleurs et odeurs de la biodiversité urbaine » par Bénédicte Percheron (docteur en histoire, Université Gustave Eiffel)

Cette promenade urbaine, menée rue des Petites-Eaux-de-Robec, reviendra sur l’utilisation des ressources naturelles par les industries textiles, mais aussi par la parfumerie. Elle s’intéressera à la biodiversité locale et aux expériences de renaturation conduites sur ce territoire singulier, tant historiquement qu’écologiquement.

Rendez-vous dans la cour intérieure de la Clinique Saint-Hilaire au pied du séquoia.

    • 14h 30 : visite des réserves du Muséum national de l’Éducation par Béatrice Allais (chargée de conservation et de recherche, MUNAÉ) et Bénédicte Percheron (docteur en histoire, Université Gustave Eiffel).

Réservations obligatoires : benedicte.percheron@univ-eiffel.fr

Organisation : Bénédicte Percheron

En collaboration avec le Musée National de l’Éducation (MUNAÉ)

Illustration : l’auberge de jeunesse de Rouen (ancienne teinturerie Auvray), rue des Petites-Eaux de Robec, B. Percheron.

COLLOQUE

Flore et Faune des villes : réalités et fictions

20 et 21 mai 2022
 

  Lieu : Muséum national d’Histoire naturelle
57 Rue Cuvier, 75005 Paris
 

 Vendredi 20 mai 2022
Amphithéâtre de Paléontologie et d’Anatomie comparée


 Séance 1 – Penser et imaginer la nature
9h-10h 30 – Présidence : Nathalie Machon

Frédéric DUCARME (Muséum national d’Histoire naturelle)
La ville: anti-nature ou seconde nature ?

Pascal DURIS (Université de Bordeaux)
Tournefort, Linné ou Jussieu ? Le dilemme des jardins botaniques autour de 1800

Sara WELLMAN (Université du Mississippi)
Sébastien Mercier : tableau de la nature en ville avant 1789

Séance 2 – Nature spontanée, nature inventée
10h 45-11 h 45 – Présidence : Frédéric Ducarme

Jérôme MATHIEU (Sorbonne Université)
La faune du sol dans les villes

Xavier LAGURGUE et Flavie MAYRAND (CESCO, Muséum d’Histoire naturelle)
La végétalisation du bâti
 

Visite des Grandes Serres du Jardin des Plantes
14 h – 15h 20

Séance 3 – Acclimater et exploiter la nature en ville
15h 30- 17h – Présidence de séance : Patrick Matagne

Émilie-Anne PEPY (Université Savoie Mont Blanc)
Paris au tournant des XVIIIe et XIXe siècles : arbres étrangers et exotiques

Marine BELLÉGO (Université de Paris): La jungle et le jardin : domestiquer la nature urbaine à Calcutta au XIXe siècle

Bénédicte PERCHERON (Université Gustave Eiffel)
L’histoire naturelle au secours de l’industrie et du commerce citadins

 

Samedi 21 mai 2022
Auditorium de la Grande Galerie de l’Évolution

 Séance 4 – Regards sur la faune des villes
10h-11h 30 – Présidence : Bénédicte Percheron

Rémi GRISAL (Université Aix-Marseille)
Les invasions de sauterelles à Marseille (1803-1834)

Catherine RADTKA (HT2S – Conservatoire national des arts et métiers)
Le pigeon parisien, du héros militaire à la nuisance 

Aude LALIS et Benoit PISANU (PatriNat, Muséum d’Histoire Naturelle)
Le rat en ville

Séance 5 – Paris : reconstitutions imaginaires
             11h 45-12h 45 – Présidence de séance : Gisèle Séginger

Tristan Tailhades (LISAA, Université Gustave Eiffel)
Paris avant Paris : la faune préhistorique parisienne dans la littérature du XIXe siècle

Virginie TAHAR (LISAA, Université Gustave Eiffel)
“Fientaisies” animales et végétales dans le Paris des oulipiens (Queneau et Roubaud)

Séance 6 – Nature éternelle, villes modernes
14h 15-15h 45 – Présidence : Juliette Azoulai

Carmen HUSTI (Université Gustave Eiffel)
Flore des villes : la bonne nature dans la trilogie des Trois villes d’Émile Zola

Gisèle SÉGINGER (Université Gustave Eiffel)
Serres littéraires et jardins d’hiver au XIXe siècle

Yohann RINGUEDÉ (Université Gustave Eiffel)
Le « Poëme du Jardin des Plantes » : (Hugo) l’animal sauvage au cœur de la ville

Séance 7 – Documenter la biodiversité urbaine
16h-17h 30 – Présidence : Jérôme Mathieu

Guillaume BAGNOLINI (Université de Montpellier)
Science participative et émotions ou le développement d’une préoccupation pour la nature en ville

Patrick MATAGNE (Université de Poitiers)
Joseph Vallot : la flore de Paris à l’épreuve de l’écologie

Nathalie MACHON et Nathan HAINE (CESCO, Muséum national d’Histoire naturelle)
Les 10 ans de « Sauvages de ma rue »

17h 40-18h
Lecture de Pierre SENGES

18h
Remise des prix du concours littéraire La nature en ville

 

Organisatrices du colloque : Nathalie Machon (CESCO – Muséum national d’Histoire naturelle) et Gisèle Séginger (LISAA – Université Gustave Eiffel)

Contact : benedicte.percheron@univ-eiffel.fr

Photographie : Gregory Hayes, Unsplash

 

 

 

 

 

Flore et faune des villes : réalités et fictions

Dans le cadre du programme URBANATURE
I-Site FUTURE de l’université Gustave Eiffel

Appel à communication

COLLOQUE

20-21 mai 2022

Lieux : Fondation Maison des Sciences de l’Homme de Paris (20 mai) et Auditorium de la Galerie de l’évolution du Muséum national d’histoire naturelle de Paris (21 mai)

Au début des années 2000, le Muséum d’histoire naturelle a lancé un vaste programme de science citoyenne, « Vigie-Nature », afin de documenter les modifications de la biodiversité, puis un projet de science participative avec Tela Botanica, l’observatoire « Sauvages de ma rue », en 2011, qui documente la flore dans les rues des villes. Ce programme a rapidement connu un grand succès avec plus de 100 000 données enregistrées entre 2011 et 2019. Dans Paris, d’autres programmes recensent avec précision les espèces qui vivent dans les espaces publics parisiens. Les données ainsi recueillies doivent pouvoir être confrontées à des données anciennes, grâce à des sources multiples, dans les ouvrages d’histoire naturelle (C.-A. Walckenaer, Faune parisienne. Insectes, 1802 ; E. Cosson et Germain de Saint Pierre, Flore des environs de Paris, 1871 ; Nérée Quépat, Ornithologie parisienne, 1874 ; Joseph Vallot Essai sur la flore du trottoir parisien, 1883, etc), ou bien dans les descriptions qu’en ont fait les auteurs de romans, de poèmes et de nouvelles. Afin de mieux appréhender les phénomènes sur le long terme, il serait en effet intéressant de compléter les données scientifiques par des données littéraires. Les sources peuvent être multiples : Mémoires du baron Haussmann (qui nous renseignent sur la place accordée à la nature dans les grands travaux menés entre 1853 et 1870), « promenades urbaines » de l’ingénieur Alphand (associé aux projets d’Haussmann), du poète Léon-Paul Fargue (Le piéton de Paris en 1939), de Perec (Tentative d’épuisement d’un lieu parisien), « reportages urbains » de Kessel ou d’Henri Béraud (Le flâneur salarié, 1927).  Du XIXe siècle à nos jours, la biodiversité parisienne a connu des évolutions en fonction de critères esthétiques, médicaux, utilitaires, mais aussi scientifiques. Si les données scientifiques du XIXe siècle sont parfois lacunaires, elles peuvent être complétées par des sources connexes, notamment littéraires, qui apportent de précieuses informations sur la perception de la nature en ville.

L’urbanisme haussmannien a fait une place à la nature (arbres le long des avenues, création de nombreux squares et parcs), mais en la domestiquant. À l’imitation de Hyde Park, le bois de Boulogne, aménagé à l’anglaise sous la houlette de l’ingénieur Alphand et de l’horticulteur Barillet-Deschamps, est conçu comme un lieu de promenade, de détente, mais aussi d’acclimatation d’espèces animales avec la création du Jardin d’acclimatation en 1854. Toutefois la volonté de maîtriser la nature même dans les grands bois parisiens et de sélectionner les plantes dans les jardins aménagés, de les organiser selon des critères esthétiques, pour offrir une nature transformée a parfois été critiquée : ne crée-t-on pas ainsi une fausse nature, une nature trop esthétique, travaillée pour produire des effets de nature tout à fait artificiels ? On a même pu soupçonner les fondements idéologiques de cette volonté de soumettre la faune et la flore, de tailler les volumes, de délimiter les bandes, d’immobiliser le vivant, d’éradiquer les plantes dites « sauvages » : les squares haussmanniens seraient liés à une conception de l’autorité et de la régulation sociale. La faune n’est pas en reste : domestiquée, elle doit servir autant l’industrie locale, que les activités économiques et agricoles. Considérée comme dangereuse, elle est surveillée, pour éviter les épidémies, comme la rage. Quant aux espèces exotiques, autrefois exhibées dans des foires ambulantes ou des parcs zoologiques, elles sont désormais protégées ou interdites dans les spectacles.

Pour ce qui est de la flore, certaines tendances des jardins à la française ont perduré bien au-delà de la période classique, ressurgissant après la période romantique et l’influence du jardin à l’anglaise, jusque dans les jardins contemporains. Un mouvement de « guerrilla gardening » conteste depuis quelques décennies une manière de jardiner qui dénature la nature et éradique ce qui échappe à un plan préconçu. Mousses et herbes folles entre les pavés retrouvent alors leur dignité, surtout lorsque les considérations scientifiques sur la biodiversité semblent aller aussi dans le sens d’une préservation de variétés, qui se plient moins bien à des critères esthétiques traditionnels, mais qui contribuent sur un autre plan à la richesse du vivant.

Les communications porteront sur la fin du XVIIIe siècle et le XIXe siècle et pourront aborder, à partir des données scientifiques et des textes littéraires, la présence animale et végétale à Paris au XIXe siècle, leurs représentations, leurs perceptions et les conséquences des différents jugements de valeurs assignés à sa biodiversité. Des interventions de spécialistes de littérature, d’historiens, d’écologues permettront de rendre compte à la fois de l’évolution de la biodiversité parisienne et de ses représentations dans la littérature.

Les propositions de communication, de 2000 signes espaces comprises maximum, sont à envoyer à benedicte.percheron@univ-eiffel.fr au plus tard le 31 octobre 2021. Elles seront accompagnées d’une courte bio-bibliographie.

Contacts

Nathalie Machon (muséum d’histoire naturelle) : nathalie.machon@mnhn.fr

Gisèle Séginger (université Gustave Eiffel) : gisele.seginger@univ-eiffel.fr

Bibliographie

Béraud, Henri, Le Flâneur salarié, Paris, Les éditions de France, 1927.

Bernard-Griffiths, Simone, Ville, campagne et nature dans l’œuvre de George Sand, Clermont-Ferrand, PU Blaise Pascal, 2002.

Blanc, Nathalie, Chartier, Denis et Pughe, Thomas, « Littérature et écologie : vers une écopoétique », Écologie & politique, n° 36, 2008, p. 15-28.

Cazalas, Inès (dir.) et Froidefond, Marik (dir.), Le Modèle végétal dans l’imaginaire contemporain, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 2014.

Chansigaud, Valérie, Histoire des fleurs, Paris, Delachaux et Niestlé, 2014.

Cosson, Ernest et Germain de Saint Pierre, Ernest, Flore des environs de Paris, Paris, Victor Masson et fils, 1871.

Desaegher, James, Nadot, Sophie, Machon, Nathalie et Colas, Bruno, « How does urbanization affect the reproductive characteristics and ecological affinities of street plant communities ? », Ecology and Evolution, 2019.

Fargue, Léon-Paul, Le Piéton de Paris, Paris, Gallimard, 1939.

Haussmann, Georges-Eugène, Mémoires du baron Haussmann, Paris, Victor-Havard, 1890.

Kern, Matthias, « La ville contre la nature », Trajectoires, [En ligne], 12/2019.

Kondratyeva, Anna, Knapp, Sonja, Durka, Walter, Kühn, Ingolf, Vallet, Jeanne, Machon, Nathalie, Martin, Gabrielle, Motard, Éric, Grandcolas, Philippe et Pavoine, Sandrine, « Urbanization Effects on Biodiversity Revealed by a Two-Scale Analysis of Species Functional Uniqueness vs. Redundancy»,Frontiers in Ecology and Evolution, 2020.

Machon, Nathalie, Sauvages de ma rue, Paris, MNHN, 2012.

Mathis, Charles-François et Pépy, Émile-Anne, La ville végétale. Une histoire de la nature en milieu urbain (France, XVIIe – XXIe siècle), Ceyzérieu, Champ Vallon, 2017.

Omar, Mona, Al Sayed, Nazir, Barré, Kevin, Halwani, Jalal et Machon, Nathalie, « Drivers of the distribution of spontaneous plant communities and species within urban tree bases« , Urban Forestry & Urban Greening, 2018.

Omar, Mona, Barré, Kevin, Al Sayed, Nazir, Halwani, Jalal et Machon, Nathalie, « Colonization and extinction dynamics among the plant species at tree bases in Paris (France) »,Ecology and Evolution, 2019.

Perec, Georges, « Tentative d’épuisement d’un lieu parisien» [1975], Cause commune, Paris, Christian Bourgeois, 1982.

Quépat, Nérée, Ornithologie parisienne, Paris, Hachette, 1874.

Schoentjes, Pierre, Ce qui a lieu : essai d’écopoétique, Marseille, éditions Wildproject, 2015.

Vallot, Joseph, Essai sur la flore du trottoir parisien [1883], Paris, J. Lechevalier, 1884.

Walckenaer, Charles-Athanase, Faune parisienne. Insectes, Paris, Dentu, 1802.

Zapf, Hubert, Literature as cultural ecology, London,  Bloombury Publishing, 2016.

Photographie : Gregory Hayes sur Unsplash

 

Colloque

La nature dans la cité : émotions et représentations

20, 21 et 22 avril 2022

 Université d’Oxford

 

Mercredi 20 avril 2022

Old Library, All Souls College

 Séance 1 – reconstruire la nature en ville

 14h 30-17h

Jan SYNOWIECKI (EHESS)

La nature urbaine à Paris au XVIIIe siècle, un enjeu politique et environnemental

 Bénédicte PERCHERON (Université Gustave Eiffel)

Les naturalistes français et la perception de la nature en ville au XIXe siècle

 Juliette AZOULAI (Université Gustave Eiffel)

Les citadins à l’aquarium : le « musée vivant de la mer » au XIXe siècle

Pierre SCHOENTJES (Université de Gand)

Pierre Gascar : du mal urbain à la conscience écologique

 18h-18h 30

 Lecture de Pierre SENGES

 

Jeudi 21 avril 2022

Maison française d’Oxford

 Séance 2 – sensibilités environnementales et modernisation des villes

 9h-10h 30

Gisèle SÉGINGER (Université Gustave Eiffel)

Maxime Du Camp et Paris : nature et modernité

Nathalie MACHON (Muséum national d’Histoire naturelle de Paris)

La nature à Paris dans le projet du Baron Haussmann

 Nacima BARON (Université Gustave Eiffel)

Embellissement des espaces ferroviaires et sensibilité environnementale (1920-2020)

11h-13 h

Visite du Oxford University Museum of Natural history et du Pitt Rivers Museum

 Séance 3 – Paris naturaliste 

 14h 30-18h  

 Alexandre FRONDIZI (Université de Neuchâtel)

« Les avantages réunis de la ville et de la campagne » : la villa Poissonnière, 1836-1876

 Carmen HUSTI (Université Gustave Eiffel)

Le rêve d’une nature féconde dans Paris d’Émile Zola

 Lucie GOURNAY (Université Paris-Est Créteil)

Les traductions anglaises de l’œuvre de Zola : le lexique de la nature en ville

 Francesca GUGLIELMI (Sorbonne Université)

Les jardins dans l’œuvre de Huysmans

  

Vendredi 22 avril 2022

Maison française d’Oxford

 Séance 4 – Pensées politiques de la nature en ville

 9 h-11 h

Christie MARGRAVE (Université d’East Anglia)

Enjeux de pouvoir : la nature urbaine des romancières du début du XIXe siècle

Azélie FAYOLLE (Université Gustave Eiffel)

La nature de la ville saint-simonienne

Claude RETAT (CNRS/Sorbonne Université)

Anarchisme, ville et retour à la nature au XIXe siècle

Patrick MATAGNE (Université de Poitiers)

L’eau dans « la grande ville industrielle » : la pensée écologique d’Élisée Reclus

 Séance 5 – Utopie et contre-utopie

 11h 15-13h

 Claire BAREL-MOISAN (CNRS. École Normale Supérieure de Lyon)

Les cités futures : rêves d’harmonie entre ville et nature dans les fictions d’anticipation

Kevin PELLADEAUD (Université Grenoble Alpes)

De la cité chimique et industrielle : ambiguïtés du lien entre ville et nature dans la littérature d’anticipation à la Belle-Époque (1880-1914)

Bertrand MARQUER (Université de Strasbourg)

Ordonner la nature : l’asile psychiatrique comme cité idéale

 Séance 6 – Ensauvager la ville ?

 14h 30-16h 30

Émilie FRÉMOND (Sorbonne-Nouvelle)

Le surréalisme, à la ville comme à la campagne

 Rémi GRISAL (Université Aix-Marseille)

Le monde agricole en ville : pratiques et représentations (Marseille au XIXe siècle)

Jonathan BARKATE (Université Gustave Eiffel)

De la mue animale à la mue auctoriale : l’homme et l’animal au cœur de la ville dans Gros-Câlin de Romain Gary

17h-17h 30

Lecture de Pierre SENGES

 

Programme Urbanature – Savoirs et cultures de la biodiversité urbaine (XIXe-XXIe siècle)

I-Site Future – Université Gustave Eiffel

en partenariat avec l’Université d’Oxford

Responsable du programme Urbanature : gisele.seginger@univ-eiffel.fr

Organisateurs : gisele.seginger@univ-eiffel.fr et catriona.seth@mod-langs.ox.ac.uk

Renseignements : benedicte.percheron@univ-eiffel.fr

Site internet : https://urbanature.hypotheses.org

 

 

Conférence

Suburban Canopy, ou comment la radicalisation du Slow Art peut conduire à la disparition de l’objet au profit de la biodiversité

Marion LAVAL-JEANTET (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) 

Mardi 12 avril 2022 – 17h 30

Maison des Sciences de l’Homme de Paris
54, boulevard Raspail – 75006 PARIS
Salle du conseil – sous-sol

En 1993, le duo d’artistes « Art Orienté Objet » écrit le Manifeste du Slow Art dans le cadre de l’exposition Pro-création ? à la Kunsthalle de Fribourg (Suisse), parallèlement il radicalise leur démarche slow dans un questionnement permanent du rapport artefact vs vivant, jusqu’à se poser la question d’un art naturaliste qui intègrerait la nature comme un élément de sa création même. Cette démarche va trouver son acmé dans l’œuvre Suburban Canopy (Canopée de banlieue) qui se réfère directement au désir des artistes naturalistes du 19e siècle de sacraliser la représentation de la vie forestière. Œuvre politique qui tient de l’action interdite, Suburban Canopy révèle les incohérences de notre société urbaine en matière de défense de la biodiversité, grâce à la force silencieuse de la nature. Et, plus que tout, elle interroge la capacité que nous aurions encore à rejoindre une pensée slow, une pensée de la lente observation, du respect des rythmes naturels au dépend de notre course technologique effrénée.

Photographie : Marion Laval-Jeantet, Prendre l’air – art orienté objet (wordpress.com)

Panel – Seeing Double / Voir Double

Conference of the Society of Dix-Neuviémistes

Seeing Double/Voir Double

Panel 

L’imitation de la nature en ville au XIXe siècle

vendredi 8 avril 2022

Queen’s University Belfast

 

Bénédicte Percheron
Université Gustave Eiffel

Michel Racine
Architecte-paysagiste

Carine Roucan
Université Le Havre-Normandie

Au début du XIXe siècle, les théoriciens des jardins et les naturalistes pensent une nature immuable et discutent peu de la qualité même de la nature[1]. Les jardiniers réfléchissent surtout sur la forme des jardins, s’inquiètent d’esthétisme, de goût ou encore de technique. Imiter la nature en ville au XIXe siècle consiste alors à la représenter, en copiant ses aspects les plus extérieurs. Les écrivains, comme Joris-Karl Huysmans, ont témoigné de ces imitations de la nature ou encore ont discuté de son artificialité. Dans La Bièvre[2], l’écrivain met en œuvre l’esthétique de des Esseintes, qui « Après les fleurs factices singeant les véritables fleurs, (…) voulait des fleurs naturelles imitant des fleurs fausses »[3]. Carine Roucan démontrera que, dans cette monographie, la rivière parisienne est décrite comme une jeune femme, irréelle, comme fausse. Par ailleurs, au-delà du goût fin-de-siècle pour l’artificiel, l’ouvrage  s’inscrit dans une réflexion sociale et politique, sur l’enfouissement de la Bièvre, sur l’hygiénisme, sur le recul de la population ouvrière loin du centre de Paris.

Les villes françaises du XIXe siècle ont vu de même l’imitation de milieux naturels, bien avant la compréhension des dynamiques écologiques, à travers la notion de pittoresque, d’exotisme, comme la reconstitution de jardins chinois. Avec les jardins des expositions universelles et coloniales, les imitations de paysages naturels gagnent une fonction commerciale, dans une perspective utilitariste de territoires. Bénédicte Percheron s’intéressera à ces jardins et montrera comment ces jardins sont lentement passés de simples évocations de la nature exotique à des amorces de reconstitutions de biotopes.

Enfin, l’architecture fin de siècle développe une nature minérale, qui, gagne les façades ou encore les aménagements urbains. La rocaille de ciment permet d’obtenir une nature idéale, aux formes modelées par l’homme. Michel Racine montrera  comment la rocaille a permis de donner corps aux rêves de la bourgeoisie : des maisons de campagne aux allures de chalet de montagne, entourées de jardins romantiques semés de fausses ruines, de grottes, de cascades et de faux arbres, selon des modèles proposés par différents ouvrages tels que le Manuel de l’Architecte des jardins[4] de Pierre Boitard dans lequel Bouvard et Pécuchet puisent abondamment pour élaborer leur propre jardin.

[1] Cf. En débattant des différences entre l’art et la nature, le paysagiste Jean-Marie Morel, dans sa Théorie des jardins ou l’art des jardins de la nature affirme ainsi, en 1802 : « Telle est la différence entre les arts qui, en imitant la Nature, emploient des moyens qui lui sont étrangers, et celui qui met en œuvre les matériaux même de la Nature. Celui-ci présente la Nature elle-même, les autres ne font que la représenter ». Jean-Marie Morel, Théorie des jardins ou l’art des jardins de la nature, Paris, Panckoucke, 1802, t. 2, p. 209.

[2] Joris-Karl Huysmans, La Bièvre, dans Œuvres Complètes, tome IX, éditions G. Crès et Cie, 1930, p.5-23.

[3] Joris-Karl Huysmans, A Rebours, chapitre VIII, GF Flammarion 2004, p.124.

[4] Pierre Boitard, Manuel de l’Architecte des jardins, Paris, Roret, 1834.

Photo : B. Percheron, Parc des Buttes-Chaumont, Paris.

Conférence

L’unité de plan et de composition
La controverse de 1830 et ses retentissements

Cédric GRIMOULT
(Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines-UVSQ)

Mardi 15 février 2022 – 17 h 30

Maison des Sciences de l’Homme de Paris
54, boulevard Raspail – 75006 PARIS
Salle B1-01

Issue d’une question technique précise portant sur la comparaison anatomique du plan du corps des mollusques avec celui des vertébrés, la controverse sur l’unité de plan de composition prend, au printemps 1830, des proportions hors du commun. Deux brillants zoologistes, Étienne Geoffroy Saint-Hilaire et Georges Cuvier, s’affrontent à l’Académie des sciences devant un public nombreux, qui dépasse de loin la communauté des zoologistes. Ces débats attirent l’attention de l’Europe savante, dont le poète allemand Goethe se fait même l’écho. Cette conférence vise à présenter les multiples enjeux de la controverse, parmi lesquels une dimension philosophique majeure, à cause des liens entre l’anatomie et la question du transformisme, une forte charge politique, alors même que l’absolutisme de Charles X étouffe la liberté d’expression, et même l’impression d’assister à un drame romantique, dont la trame est l’opposition de deux amis pris dans les vents de l’histoire.

Illustration : É. Geoffroy Saint-Hilaire, Philosophie anatomique, Paris, Méquignon-Marvis, 1818, pl. X, BIU Santé/Licence ouverte

 

Concours littéraire – 2021-2022 – La nature en ville

Organisé par

URBANATURE

ISITE FUTURE – Université Gustave Eiffel

et

URBA – Laboratoire CESCO

Muséum national d’Histoire naturelle

Dans le cadre du programme scientifique Urbanature – Savoirs et cultures de la biodiversité urbaine (XIXe siècle – XXIe siècle), l’Université Gustave Eiffel, en collaboration avec l’équipe URBA (CESCO), Muséum national d’Histoire naturelle, organise un concours de nouvelles destiné à tous les publics d’au moins 15 ans sur la thématique de La nature en ville.

Date limite d’envoi des nouvelles : 1er mars 2022

Adresse : concours.urbanature@univ-eiffel.fr

Les participants sont invités à proposer des nouvelles sur les interactions ville/nature. D’inspiration historique, utopique ou réaliste, les créations originales peuvent imaginer des villes végétales, des espaces urbains en transformation ou encore des villes minérales, polluées, en souffrance de nature. Cependant les créations sont libres d’explorer d’autres articulations entre ville et nature.

Conformément au projet Urbanature, elles peuvent aussi mobiliser les savoirs et les cultures de la biodiversité urbaine. Les participants peuvent consulter le carnet de recherche du projet : https://urbanature.hypotheses.org  afin de découvrir la thématique du programme.

Le concours récompensera trois nouvelles. Les textes auront entre 13 000 et 15 000 signes espaces comprises. Les trois prix, d’un montant de 500 euros, 300 et 200 euros seront remis lors d’une cérémonie le 21 mai 2022 au Muséum national d’Histoire naturelle.

Parrains

Guillaume Lecointre (Muséum national d’Histoire naturelle)
Pierre Senges (écrivain)

Jury

Juliette Azoulai (Université Gustave Eiffel)
Nicole Caligaris (écrivaine)
Hélène Frédérick (écrivaine)
Carmen Husti (Université Gustave Eiffel)
Guillaume Lecointre (Muséum national d’Histoire naturelle)
Nathalie Machon (Muséum national d’Histoire naturelle)
Bénédicte Percheron (Université Gustave Eiffel)
Alexandre Postel (écrivain)
Véronique Roy (Muséum national d’Histoire naturelle)
Mathilde Schneider (directrice des Musées Beauvoisine – Rouen)
Pierre Senges (écrivain)
Gisèle Séginger (Université Gustave Eiffel)
Virginie Tahar (Université Gustave Eiffel)

Règlement et conditions de participation

3 prix d’un montant d’un montant de 500, 300 et 200 euros

 

ARTICLE 1 – Ce concours est organisé, en 2022, par le programme URBANATURE de l’Université Gustave Eiffel.

ARTICLE 2 – Par « nouvelle », il faut entendre un texte en prose de 13 000 à 15 000 signes espaces comprises (vous pouvez consulter le nombre de mots d’un fichier au format Word en cliquant dans le menu sur l’onglet Révision>Vérification>Statistiques).

ARTICLE 3 – Il est ouvert à tout public à partir de 15 ans.

ARTICLE 4 – Les nouvelles doivent être écrites en français. Chaque texte devra comporter un titre. Seules les œuvres originales, non publiées, sont acceptées. Le candidat ne peut déposer qu’un seul texte.

ARTICLE 5 – Les nouvelles doivent être envoyées avant le 1er mars 2022, minuit, à l’adresse électronique suivante : concours.urbanature@univ-eiffel.fr

Chaque nouvelle doit être accompagnée d’un engagement (dans un fichier distinct de celui de la nouvelle) comprenant les informations suivantes :

Nom :

Prénom :

Âge :

Adresse :

Téléphone :

Mail :

Titre de la nouvelle :

Première phrase de la nouvelle :

Nombre de signes (espaces comprises) :

Je soussigné(e) ………………………………………………… atteste sur l’honneur être l’auteur de la nouvelle intitulée

…………………………………………………………………………………………….

Formats de fichiers acceptés : .doc, .docx, .rtf, .pdf., .odt.

Le non-respect de ces dispositions entraînera l’élimination du candidat.

ARTICLE 6 – Un jury sélectionnera les meilleures nouvelles. Le jury est souverain et statue sans recours. Un prix sera décerné pour chaque catégorie. La remise des prix se fera le 21 mai 2022 lors de la Fête de la nature.

ARTICLE 7 – Les nouvelles seront publiées sur le site du programme URBANATURE.

Les concurrents s’engagent à céder les droits de publication à l’Université Gustave Eiffel pour tout type de support à partir de la réception de l’œuvre pour une durée de 5 ans et pour le monde entier, à titre exclusivement non commercial.

En cas de désaccord, le candidat devra joindre à son envoi une lettre précisant son refus.

En cas de commercialisation de tout ou parties des textes retenus, un contrat spécifique sera conclu avec les auteurs concernés.

ARTICLE 8 – Du seul fait de leur participation et de leur engagement, les auteurs garantissent les organisateurs (l’Université Gustave Eiffel) et les jurys contre tout recours éventuel de tiers en ce qui concerne l’originalité des œuvres présentées.

Responsable : Gisèle Séginger (gisele.seginger@univ-eiffel.fr)

Site internet : urbanature.hypotheses.org

Photographie : Roméo A. sur Unsplash

Le concours bénéficie du soutien de la Mission Arts & Culture de l’Université Gustave Eiffel.

   

        

Conférence

Cette grande demeure

où n’habite personne

Nacima BARON
(Université Gustave Eiffel – Institut Universitaire de France)  

Vendredi 10 décembre 2021 – 18h 30

 Maison des Sciences de l’Homme de Paris
54, boulevard Raspail – 75006 PARIS
Forum de la bibliothèque – 1er étage 

Avec Larbaud et Houellebecq, Huysmans et Ponge, Zola et Simenon – ou tout simplement avec leurs valises – des lecteurs passent son porche. Certains s’engouffrent en courant, d’autres considèrent attentivement la façade. Ils hésitent. Attendre. Partir ?

La gare n’est pas seulement un motif littéraire dense et joliment inactuel. Elle a rendu la civilisation urbaine imaginable car imagifiable. Infrastructure sismographe des chocs de la modernité, maillon central de la fabrique métropolitaine, miroir de temporalités qui se superposent, s’entrechoquent, se recouvrent. Elle est – ou peut-être n’est-elle définitivement plus – l’âme d’une ville, le reflet de sa personnalité cachée. Son épaisseur métaphysique se nourrit de son insignifiance existentielle, voire de son indicible vulgarité.

En couleurs ou plutôt en gris sur noir. Tantôt mugissante, tantôt dépeuplée. Paysage subjectif, labyrinthe existentiel. «Pôle d’échange» où seuls désormais les robots communiquent. La gare faite littérature transfigure le récit.

Fouillant au-delà des apparences, on échouera certainement et même magistralement à atteindre toute essence, à forger toute définition. Mais en collectionnant ces fictions, on aura pu suivre autrement la piste d’une naturalité des mondes techniques, et explorer ainsi l’intempestive urbanature.

Photographie : Sébastien Liger