Tous les articles par Urbanature

Concours littéraire – 2021-2022 – La nature en ville

Organisé par

URBANATURE

ISITE FUTURE – Université Gustave Eiffel

et

URBA – Laboratoire CESCO

Muséum national d’Histoire naturelle

Dans le cadre du programme scientifique Urbanature – Savoirs et cultures de la biodiversité urbaine (XIXe siècle – XXIe siècle), l’Université Gustave Eiffel, en collaboration avec l’équipe URBA (CESCO), Muséum national d’Histoire naturelle, organise un concours de nouvelles destiné à tous les publics d’au moins 15 ans sur la thématique de La nature en ville.

Date limite d’envoi des nouvelles : 1er mars 2022

Adresse : concours.urbanature@univ-eiffel.fr

Les participants sont invités à proposer des nouvelles sur les interactions ville/nature. D’inspiration historique, utopique ou réaliste, les créations originales peuvent imaginer des villes végétales, des espaces urbains en transformation ou encore des villes minérales, polluées, en souffrance de nature. Cependant les créations sont libres d’explorer d’autres articulations entre ville et nature.

Conformément au projet Urbanature, elles peuvent aussi mobiliser les savoirs et les cultures de la biodiversité urbaine. Les participants peuvent consulter le carnet de recherche du projet : https://urbanature.hypotheses.org  afin de découvrir la thématique du programme.

Le concours récompensera trois nouvelles. Les textes auront entre 13 000 et 15 000 signes espaces comprises. Les trois prix, d’un montant de 500 euros, 300 et 200 euros seront remis lors d’une cérémonie le 21 mai 2022 au Muséum national d’Histoire naturelle.

Parrains

Guillaume Lecointre (Muséum national d’Histoire naturelle)
Pierre Senges (écrivain)

Jury

Juliette Azoulai (Université Gustave Eiffel)
Nicole Caligaris (écrivaine)
Hélène Frédérick (écrivaine)
Carmen Husti (Université Gustave Eiffel)
Guillaume Lecointre (Muséum national d’Histoire naturelle)
Nathalie Machon (Muséum national d’Histoire naturelle)
Bénédicte Percheron (Université Gustave Eiffel)
Alexandre Postel (écrivain)
Véronique Roy (Muséum national d’Histoire naturelle)
Mathilde Schneider (directrice des Musées Beauvoisine – Rouen)
Pierre Senges (écrivain)
Gisèle Séginger (Université Gustave Eiffel)
Virginie Tahar (Université Gustave Eiffel)

Règlement et conditions de participation

3 prix d’un montant d’un montant de 500, 300 et 200 euros

 

ARTICLE 1 – Ce concours est organisé, en 2022, par le programme URBANATURE de l’Université Gustave Eiffel.

ARTICLE 2 – Par « nouvelle », il faut entendre un texte en prose de 13 000 à 15 000 signes espaces comprises (vous pouvez consulter le nombre de mots d’un fichier au format Word en cliquant dans le menu sur l’onglet Révision>Vérification>Statistiques).

ARTICLE 3 – Il est ouvert à tout public à partir de 15 ans.

ARTICLE 4 – Les nouvelles doivent être écrites en français. Chaque texte devra comporter un titre. Seules les œuvres originales, non publiées, sont acceptées. Le candidat ne peut déposer qu’un seul texte.

ARTICLE 5 – Les nouvelles doivent être envoyées avant le 1er mars 2022, minuit, à l’adresse électronique suivante : concours.urbanature@univ-eiffel.fr

Chaque nouvelle doit être accompagnée d’un engagement (dans un fichier distinct de celui de la nouvelle) comprenant les informations suivantes :

Nom :

Prénom :

Âge :

Adresse :

Téléphone :

Mail :

Titre de la nouvelle :

Première phrase de la nouvelle :

Nombre de signes (espaces comprises) :

Je soussigné(e) ………………………………………………… atteste sur l’honneur être l’auteur de la nouvelle intitulée

…………………………………………………………………………………………….

Formats de fichiers acceptés : .doc, .docx, .rtf, .pdf., .odt.

Le non-respect de ces dispositions entraînera l’élimination du candidat.

ARTICLE 6 – Un jury sélectionnera les meilleures nouvelles. Le jury est souverain et statue sans recours. Un prix sera décerné pour chaque catégorie. La remise des prix se fera le 21 mai 2022 lors de la Fête de la nature.

ARTICLE 7 – Les nouvelles seront publiées sur le site du programme URBANATURE.

Les concurrents s’engagent à céder les droits de publication à l’Université Gustave Eiffel pour tout type de support à partir de la réception de l’œuvre pour une durée de 5 ans et pour le monde entier, à titre exclusivement non commercial.

En cas de désaccord, le candidat devra joindre à son envoi une lettre précisant son refus.

En cas de commercialisation de tout ou parties des textes retenus, un contrat spécifique sera conclu avec les auteurs concernés.

ARTICLE 8 – Du seul fait de leur participation et de leur engagement, les auteurs garantissent les organisateurs (l’Université Gustave Eiffel) et les jurys contre tout recours éventuel de tiers en ce qui concerne l’originalité des œuvres présentées.

Responsable : Gisèle Séginger (gisele.seginger@univ-eiffel.fr)

Site internet : urbanature.hypotheses.org

Photographie : Roméo A. sur Unsplash

Le concours bénéficie du soutien de la Mission Arts & Culture de l’Université Gustave Eiffel.

   

        

Conférence – Cette grande demeure où n’habite personne

Nacima BARON

Université Gustave Eiffel – Institut Universitaire de France  

Vendredi 10 décembre 2021 – 18h 30

Forum de la Maison des Science de l’Homme de Paris
54, boulevard Raspail – 75006 PARIS 

Avec Larbaud et Houellebecq, Huysmans et Ponge, Zola et Simenon – ou tout simplement avec leurs valises – des lecteurs passent son porche. Certains s’engouffrent en courant, d’autres considèrent attentivement la façade. Ils hésitent. Attendre. Partir ?

La gare n’est pas seulement un motif littéraire dense et joliment inactuel. Elle a rendu la civilisation urbaine imaginable car imagifiable. Infrastructure sismographe des chocs de la modernité, maillon central de la fabrique métropolitaine, miroir de temporalités qui se superposent, s’entrechoquent, se recouvrent. Elle est – ou peut-être n’est-elle définitivement plus – l’âme d’une ville, le reflet de sa personnalité cachée. Son épaisseur métaphysique se nourrit de son insignifiance existentielle, voire de son indicible vulgarité.

En couleurs ou plutôt en gris sur noir. Tantôt mugissante, tantôt dépeuplée. Paysage subjectif, labyrinthe existentiel. «Pôle d’échange» où seuls désormais les robots communiquent. La gare faite littérature transfigure le récit.

Fouillant au-delà des apparences, on échouera certainement et même magistralement à atteindre toute essence, à forger toute définition. Mais en collectionnant ces fictions, on aura pu suivre autrement la piste d’une naturalité des mondes techniques, et explorer ainsi l’intempestive urbanature.

Photographie : Sébastien Liger

Offres de stage

Programme Urbanature

Savoirs et cultures de la biodiversité urbaine (XIXe-XXIe siècle)

 ISITE FUTURE – UNIVERSITÉ GUSTAVE EIFFEL

Fiche de poste

 STAGE

L’Université Gustave Eiffel recrute, pour le programme Urbanature. Savoirs et cultures de la biodiversité urbaine (XIXe-XXIe siècle) (http://urbanature.hypotheses.org) coordonné par Gisèle Seginger, deux stagiaires pour venir en soutien aux organisateurs du concours littéraire de nouvelles dédié à « la nature en ville » lancé dans le cadre du programme. Ce concours récompensera 3 nouvelles par des prix remis lors d’une cérémonie le 21 mai 2022 au Muséum d’histoire naturelle de Paris.

La période d’emploi est prévue pour les mois de mars à mai (1 journée par semaine en mars et 2 jours en avril et mai).

Présence le samedi 21 mai (toute la journée) au Muséum national d’histoire naturelle de Paris

Les deux stagiaires auront pour missions :

    • de réceptionner les propositions et de répondre aux candidats ;
    • de réaliser un suivi des candidatures (alimentation d’un tableur de type Excel) :
    • d’envoyer les textes aux membres du jury ;
    • de réceptionner les avis des membres du jury et d’en faire une synthèse ;
    • d’aider à la communication autour du concours (réseaux sociaux et communication vers les candidats et les membres du jury).

Compétences attendues

    • Rigueur et sens de l’organisation ;
    • Usage des tableurs et des outils collaboratifs (Google drive notamment) ;
    • Très bonnes aptitudes rédactionnelles ;
    • Maîtrise de l’environnement des réseaux sociaux, notamment Facebook et Twitter ;
    • Un intérêt pour la littérature ;
    • Des déplacements à Paris sont à prévoir en mars, avril et mai.

Encadrement

Le travail sera effectué à l’Université Gustave Eiffelet à distance, encadré par Bénédicte Percheron et d’autres membres du projet de recherche Urbanature seront impliqués.

Rémunération

Selon la réglementation en vigueur.

Comment postuler ?

Merci d’envoyer un CV et une lettre de motivation à Gisèle Séginger (gisele.seginger@univ-eiffel.fr) et à Bénédicte Percheron (benedicte.percheron@univ-eiffel.fr) le 15 novembre  au plus tard.

Site internet : urbanature.hypotheses.org/

 

URBANATURE

L’écologie (dont l’idée s’esquisse au 19e siècle) a conquis sa place dans la science au début du 20e siècle et auprès du public dans les années 1960. Mais l’écologie urbaine est relativement récente et elle s’est d’abord structurée autour de problématiques d’urbanisme et d’infrastructures. Notre programme abordera la question sous un angle nouveau, davantage culturel et historique. Le projet est focalisé sur les rapports entre la biodiversité urbaine, ses pratiques et les manières de penser et représenter le vivant. Alors que bien des études écologiques se font en synchronie, notre programme prendra en compte la dimension historique (de la biologie évolutive et de l’hygiénisme du 19e s. au tournant de l’écologie), les pratiques anciennes (maraîchage, travail des animaux en ville…) ainsi que l’émergence politique du sujet (dans l’anarchisme et le socialisme du 19e s.) afin de comprendre les héritages modernes et les expérimentations actuelles (en particulier la réalisation d’éco-quartiers). L’équipe interdisciplinaire associe des littéraires, des historiens, des écologues spécialistes du milieu urbain et des spécialistes de réalisations numériques. Le projet s’appuie sur des partenariats avec la Maison des écrivains de Paris, le Muséum d’histoire naturelle de Paris, l’ENVA, le Muséum d’histoire naturelle de Rouen et l’entreprise Eiffage. Diverses manifestations scientifiques interdisciplinaires, des ateliers d’écriture seront organisés dans un cadre universitaire ainsi que des actions de médiation (promenades urbaines, concours littéraire). Une application sur des lieux de biodiversité urbaine sera produite à l’issue des trois années de programme (2020-2023).

Photo : Pixabay 

La nature à Rouen, littérature et arts plastiques

Rouen – 17 septembre 2021

 

  • 10 h 30 – 12 h – Balade urbaine : « Biodiversité urbaine, littérature et arts plastiques » par Bénédicte Percheron (docteur en histoire, Université Gustave Eiffel)

Rendez-vous au Square Verdrel, devant l’entrée du Musée des Beaux-Arts de Rouen, esplanade Marcel Duchamp, Rouen – sur réservation

  • 14 h – Conférence : « De l’ornementation à l’urbanisme, les vertus de la nature chez l’architecte-illustrateur Jules Adeline (1845-1909)»  par Stéphane Rioland (docteur en histoire, École Nationale Supérieure d’Architecture de Normandie)

Auditorium des Sociétés savantes, 190 rue Beauvoisine, Rouen – sur réservation – jauge : 60 personnes)

  • 15 h 30 – Visite commentée: « La biodiversité urbaine dans les collections du Muséum d’histoire naturelle de Rouen » par Bénédicte Percheron (docteur en histoire, Université Gustave Eiffel)

Rendez-vous à l’entrée du Muséum d’histoire naturelle – sur réservation

Passeport sanitaire valide pour la conférence et la visite du Muséum d’histoire naturelle

Pour les réservations : benedicte.percheron@univ-eiffel.fr

La littérature et les arts plastiques ont laissé de nombreux témoignages de la place et de la perception de la nature à Rouen au XIXe siècle. Une balade urbaine commentée, entre le square Verdrel et le Jardin de l’Hôtel-de-ville, évoquera des grands textes ou écrits plus obscurs, témoins d’un urbanisme bouleversé par la réintroduction de la nature en ville. L’histoire de la faune et de la flore rouennaises sera abordée à travers des décors sculptés de plusieurs édifices remarquables. La conférence « De l’ornementation à l’urbanisme, les vertus de la nature chez l’architecte-illustrateur Jules Adeline (1845-1909 » donnée par Stéphane Rioland s’intéressera à la part de la nature au sein des utopies urbaines du dessinateur et graveur Jules Adeline, ainsi qu’à sa conception des jardins urbains et d’intérieur. Enfin, la journée s’achèvera par une visite consacrée à la biodiversité urbaine au sein des collections du Muséum d’histoire naturelle de Rouen.

Programme Urbanature (responsable : Gisèle Séginger) – Urbanature | Savoirs et cultures de la biodiversité urbaine (XIXe siècle-XXIe siècle) (hypotheses.org)

Université Gustave Eiffel – Laboratoire LISAA

Organisation : Bénédicte Percheron

En collaboration avec le Muséum d’histoire naturelle de Rouen

Illustration : Jules Adeline, XVIII – La Ville vieille et la Ville neuve, 1900. Gallica/bnf

Programme – Sociétés savantes, pratiques naturalistes et nature en ville (XIXe – XXIe siècles)

Journée d’étude – 22 octobre 2021

 Fondation Maison des sciences de l’Homme de Paris

54, boulevard Raspail – 75006 PARIS

9 h 15 : accueil des participants
9 h 30 – 10 h 30 : conférence

Charles-François Mathis : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Quelle nature dans les villes en France depuis le XIXe siècle ?

Séance 1 : 10 h 45 – 12 h 45

Nathalie Machon : Muséum national d’Histoire naturelle de Paris

Ce que nous enseigne la comparaison entre deux campagnes d’inventaires de la flore des rues de Paris à 130 ans d’intervalle

Guillaume Bagnolini : Université de Montpellier

Inventaire Fac’, quelle légitimité pour un projet étudiant d’inventaire de la biodiversité ?

Louise Couëffe : Université d’Angers

Villes et végétal : regards de botanistes des sociétés savantes dans l’Ouest (1850-1914)

14 h 30 : conférence

Yves-Marie Allain : ingénieur horticole

L’ambiguïté contemporaine des jardins botaniques en France

15 h 30 : Pause
Séance 2 : 15 h 45 – 18 h

Jérôme Tabouelle : directeur de la Fabrique des Savoirs – Elbeuf

La  Société des Sciences naturelles d’Elbeuf : 140 ans d’environnement dans une ville industrielle 

Bénédicte Percheron : Université Gustave Eiffel

Les sociétés d’histoire naturelle, les arbres et la ville (1840-1940)

Patrick Matagne : Université de Poitiers

La campagne à la ville : le jardin botanique de Niort (1890-1908), tensions et conflits d’usages

17 h 45 : Conclusion

 

Photographie :  Jardin botanique de Lyon, Alexandre Boucey sur Unsplash

 

Revisiting Medical Humanism in Renaissance Europe

Consulter l’intégralité du numéro 

Le présent volume propose de nouveaux regards sur un thème considéré comme bien connu : l’humanisme médical. Les articles rassemblés ici revisitent plusieurs aspects de la pratique humaniste, telle qu’elle s’applique au domaine médical. Ils s’attachent aussi bien à des problèmes de traduction qu’à la critique des textes anciens ; ils explorent les façons dont la médecine a pénétré la culture et la littérature de la Renaissance ; ils réévaluent l’impact de l’humanisme sur la pensée et la pratique des médecins anciens et modernes.

 

La nature dans la cité : émotions et représentations

Colloque. Appel à communication 

20, 21 et 22 avril 2022

Université d’Oxford 

L’idée que la ville peut avoir des effets délétères sur la santé des citadins ne date pas du XIXe siècle. Les médecins du XVIIe siècle et surtout du XVIIIe siècle, se référant au Traité des airs, des eaux et des lieux d’Hippocrate, préconisent déjà les promenades dans la nature et la recherche de l’air pur. Au XVIIIe siècle, la noblesse investit l’ouest de la capitale, moins urbanisé, pour essayer de concilier la vie urbaine avec les plaisirs de la nature. Les belles demeures ont toujours un jardin privé et certains nobles, comme le duc de Chartes avec son jardin anglo-chinois (à Monceau) ou le comte d’Artois à Bagatelle, affirment leur magnificence en faisant aménager de manière exceptionnelle des jardins à fabriques. Dans le même temps, écrivains et philosophes développent un nouveau sentiment de la nature. Le goût d’une sociabilité élégante dans les jardins se répand mais aussi plus largement, dans toutes les couches de la société, la pratique de la promenade en groupe ou solitaire et l’expérience des émotions liées à la nature sont en vogue.

Cependant l’expansion inévitable des villes modifie de plus en plus les rapports entre la ville et la campagne : des espaces ruraux disparaissent, d’autres se trouvent en contact direct avec la ville, tandis que l’aménagement urbain, surtout à partir du XIXe siècle, s’accompagne de la création d’espaces verts publics (bois, jardins), réintroduisant en ville la nature en la domestiquant. Mais, par ailleurs, l’urbanisme industriel suscite des craintes et le sentiment d’un divorce. Les médecins hygiénistes, préoccupés par les questions d’insalubrité, sont parmi les premiers à avoir réfléchi sur la nécessité de réintroduire la nature en ville. Les défenseurs d’un urbanisme moderne – comme Hausmann à Paris – qui détruisent les vieux quartiers historiques aux rues tortueuses mettent souvent en avant le bien-être des habitants et la nécessité d’aérer la ville. Mais si les beaux quartiers ou les nouveaux secteurs urbanisés bénéficient de cet effort, d’autres espaces urbains subissent les inconvénients de l’industrialisation : pollution et surpopulation. Bien des représentations du monde urbain évoquent au XIXe siècle la misère des villes coupées de la nature. La ville devient le milieu de toutes les violences dans l’imaginaire conservateur, tandis que les socialistes perçoivent le monde urbain comme un univers hostile à l’homme. Les pensées libertaires, quant à elles, intègreront très vite des réflexions sur le rapport de l’homme et de la nature, faussé par la domination économique et sociale. Les premières revendications pré-écologiques sur l’aménagement urbain se trouveront ainsi fortement associées à une mise en cause des rapports sociaux.

En dépit de représentations souvent très négatives de la ville, la documentation historique et les textes littéraires témoignent d’une situation contrastée. Il existe en effet dans de nombreuses villes en pleine croissance, une omniprésence de la nature dont l’historiographie et les études littéraires se sont peu occupées. Les grands travaux menés à Paris dès le début du siècle sous l’impulsion de Napoléon 1er (percée de la rue de Rivoli), puis sous la direction du préfet Rambuteau après le choléra de 1832, et enfin sous le Second Empire par le baron Haussmann, ont modelé un nouveau paysage urbain : il s’agit à la fois de récréer les yeux et de purifier l’air. Si les grands jardins privés tendent à disparaître dans les villes, l’espace public se végétalise tandis que la bourgeoisie fait entrer le vivant dans l’espace privé avec les jardins d’intérieur et les animaux domestiques. La destruction des remparts dans de nombreuses villes au XIXe siècle libère aussi de l’espace pour des jardins.

Toutefois l’écologie, esquissée d’abord par Haeckel, en 1866, dans un contexte scientifique évolutionniste, ne conquiert sa place dans la science que tardivement, au début du XXe siècle, et il faut attendre les années 1960 pour qu’elle s’impose à la conscience du grand public, tout en se politisant progressivement. L’écologie proprement urbaine est encore plus récente. Si on ne peut donc parler de conscience écologique et de défense de la biodiversité urbaine avant le XXe siècle, toutefois les architectes de la ville (les futurs urbanistes), les médecins, les penseurs politiques portent incontestablement une attention de plus en plus grande au rapport de l’homme et de la nature dans la cité à partir du XIXe siècle. Les mutations de la ville se répercutent dans les sensibilités et la littérature en rend compte, mettant en scène l’homme urbain et ses émotions au contact d’une nature à la fois plus proche au cœur de la ville et plus dominée ou menacée. Le citadin éprouve alors parfois le besoin de renouer avec la nature, entre ville et campagne, dans un espace intermédiaire, comme celui de la forêt domaniale de Fontainebleau, ni agricole, ni aussi sauvage que les bois plus lointains. Le ressenti des citadins alimente des rêves, des utopies, un imaginaire du jardin sauvage au cœur de la ville ou le désir de brèves échappées à portée de calèche, mais aussi des réflexions  plus concertées ou des expériences dont certaines sont encore d’actualité : création de jardins ouvriers et maraîchage urbain, construction de cités-jardins (dont le modèle théorisé par Howard en Angleterre a gagné la France), recherche d’une symbiose entre architecture et nature (façades végétalisées…), imitation de la nature jusque dans l’art décoratif.

Ce colloque sera attentif aux changements de sensibilité, il portera à la fois sur des émotions et des représentations – individuelles ou collectives – dont rend compte la littérature, sans oublier les réalités historiques et la dimension politique de certaines aspirations qui se font jour dans les imaginaires utopistes ou les idéologies de la ville résiliente. Si la littérature aura une place importante, il s’agira aussi de confronter les représentations littéraires aux situations réelles et aux évolutions. Les propositions de communication pourront donc émaner d’autres disciplines : histoire des sensibilités, histoire urbaine, histoire de l’art, écologie urbaine, histoire de l’écologie.

Les propositions de communication, de 2000 signes espaces comprises maximum, sont à envoyer à benedicte.percheron@univ-eiffel.fr au plus tard le 15 octobre 2021. Elles seront accompagnées d’une courte bio-bibliographie.

Responsables : Gisèle Séginger et Catriona Seth

Comité scientifique :

Juliette Azoulai : Université Gustave Eiffel
Claire Barel-Moisan : CNRS Lyon
Bénédicte Percheron : Université Gustave Eiffel
Gisèle Séginger : Université Gustave Eiffel
Catriona Seth : All Souls college, Oxford

Bibliographie

Barles, Sabine, La ville délétère : médecins et ingénieurs dans l’espace urbain (XVIIIe-XXe siècles), Ceyzérieu, Champ Vallon, 1999.

Beatley, Timothy, Biophilic Cities. Integrating Nature Into Urban Design and Planning, Washington, Island Press, 2011.

Calonne, Alphonse de, « Les transformations de Paris », La Revue contemporaine, mai-juin 1866.

Choay, Françoise, L’urbanisme, utopies et réalités, Paris, Seuil, 1965.

Emery, Malcolm John, Promoting Nature in Cities and Towns. A Practical Guide, Kent, Croom Helm, 1986.

Forestier, Jean-Claude-Nicolas, Grandes villes et systèmes de parcs, Paris, Hachette, 1908.

Gourdon, Édouard, Le Bois de Boulogne, Paris, Bourdilliat, 1861.

Hénard, Eugène, Études sur les transformations de Paris, Paris, L’Équerre, 1982.

Heynen, Nik, Kaika, Maria et Swyngedouw, Erik, In the Nature of Cities : Urban Political Ecology and the Politics of Urban Metabolism, Londres, Routledge, 2006.

Isenberg, Andrew C. (dir.), The Oxford Handbook of Environmental History, Oxford, Oxford University Press, 2013.

Lefay, Sophie, Se promener au XVIIIe siècle : rituels et sociabilités, Paris, Garnier, 2019.

Limido, Luisa, L’art des jardins sous le Second Empire, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2002.

Mathis, Charles-François et Pépy, Émilie-Anne, La ville végétale. Une histoire de la nature en milieu urbain (France, XVIIe – XXIe siècle), Ceyzérieu, Champ Vallon, 2017.

Pigeaud, Jacquie et Barbe, Jean-Paul, Histoire de jardins, lieux et imaginaires, Paris, PUF, 2015.

Rambuteau, Comte de, Mémoires du comte de Rambuteau publiés par son petit-fils, Paris, Calmann-Lévy, 1905.

Santos, José, « Réalité et imaginaire des parcs et des jardins dans la deuxième moitié du XIXe siècle », Nineteenth-Century French Studies, vol. 31, n° 3-4, printemps-été 2003, p. 278-296.

Synowiecki, Jan, Paris en ses jardins, Nature et culture urbaine au XVIIIe siècle, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2017.

Turcot, Laurent, Le promeneur à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 2007.

Photographie de couverture : Oxford University Museum of Natural History, B. Percheron.

Alice Leroy

Alice Leroy est maître de conférence à l’Université Gustave Eiffel en études cinématographiques. Ses travaux portent sur les relations entre sciences et esthétique à travers les imaginaires visuels du corps. Elle est l’auteur d’une thèse intitulée « Le corps utopique au cinéma : transparence, réversibilité, hybridité » et prépare un ouvrage sur le décentrement de la figure humaine dans le champ des images et des savoirs.

Axes de recherche

Esthétique des sciences et imaginaires visuels des sciences
Archéologie des médias
Anthropologie visuelle
Écritures documentaires

Principales publications

« De Painlevé à Resnais, l’animal expérimental entre science et fiction », in Gisèle Séginger (dir.), Animalhumanité. Expérimentation et fiction : l’animalité au cœur du vivant, Paris, LISAA éditions, 2018.

« Devenir-animal et Transgression. De l’hybridité des corps dans le cinéma documentaire contemporain », in Actes du colloque « Les représentations troublées du corps au cinéma » (ENS, 26-28 juin 2014), L’Harmattan, Champs Visuels, à paraître, 2019.

« La vie des invisibles. Puissance imaginative des films scientifiques de Jean Comandon », Revue de la BnF, n° 58, Printemps 2019.

« L’aliénation des saisons. Images de l’anthropocène », Cinétrens, n°5, Automne 2018.

« Utopie de la transparence et machines de projection De la nature des corps au cinéma », Archives de la philosophie, n°81, été 2018.

« Fleurs de papier et d’acier. À propos d’un film de Pier Paolo Pasolini et d’une installation vidéo de Pipilotti Rist », Madeleine, revue de cinéma, n°1, printemps 2018.

Dans la compagnie des œuvres. Entretien avec Raymond Bellour, co-écrit avec Gabriel Bortzmeyer, Rouge profond, Automne 2017.

« Bataille, Herzog et l’obsession de la métamorphose », Les Temps modernes, n°695, décembre 2017.

« Écologie des formes ritualistes du film ethnographique : Rouch, Deren, Gardner, Russell et le Sensory Ethnography Lab », Cinétrens, n°1, Printemps 2016.

« Specimen, cobaye et viande : l’animal selon Wiseman », Images documentaires, n°84, décembre 2015.

Anne-Caroline Prévot

Anne-Caroline Prévot est chercheur au CESCO (Muséum national d’histoire naturelle) et responsable de l’équipe TEEN (Transition écologique et expériences de nature).

Écologue de formation et biologiste de la conservation, Anne-Caroline Prévot travaille à l’interface entre plusieurs disciplines de sciences humaines et sociales, notamment la psychologie de la conservation. Ses recherches, menées avec ses collègues et étudiants, visent à comprendre les liens croisés entre expérience de nature, conservation de la biodiversité et lien social. Le but est de savoir comment les expériences de nature et les comportements associés, interagissent avec les dynamiques de la biodiversité, la conservation de celle-ci, notamment à travers la mobilisation de nouveaux liens sociaux. Leurs terrains d’étude se situent principalement en France et dans les pays de culture dite occidentale, dans des milieux anthropisés (ville, mais aussi milieux ruraux). Anne-Caroline Prévot s’intéresse à l’individu dans sa relation à la nature de proximité, mais en tant que personne intégrée dans un ou plusieurs groupes sociaux (famille, groupe d’amis, association, entreprise, collectivité ou pays). Ses perspectives de recherche pour 2021 sont d’explorer aussi la co-construction de nouveaux récits du futur, en passant par la fiction et la science-fiction.

Axe de recherche 

biologie de la conservation
expérience de la nature et lien social
récits du futur

Principales publications 

M. Levé, A. Colléony, P. Conversy, A.C. Torres, M.X. Truong, C. Vuillot et A.C. Prévot, «Convergences and divergences in understanding the word biodiversity among citizens: a French case study», Biological Conservation, 2019, 236, p. 332-339.

M.X. Truong, B. Bonnefoy et A.C. Prévot, «About smells and nature: an exploratory study on the links between environmental identity, smell sensitivity, and sensory uses of natural spaces», Psyecology, 2019.

A.C. Torres, A.C. Prévot et S. Nadot, «Small but powerful: the importance of French community gardens for residents», Landscape and Urban Planning, 2018, 180, p. 5-14.

A. C. Prévot, H. Cheval, R. Raymond et A. Cosquer, «Routine experiences of nature in cities can increase personal commitment toward biodiversity conservation», Biological conservation, 2018, 226, p. 1-8.

Z. Skandrani, M. Desquilbet et A.C. Prévot, A renewed framework for urban biodiversity governance: urban pigeons as a case-study, Nature, Sciences Sociétés, 2018.

M.X. Truong, A.C. Prévot et S. Clayton, «Gamers like it green: The significance of vegetation in online gaming»? Ecopsychology, 2018.

A. Colléony, L. Martin, N. Misdariis, S. Clayton, M. Saint-Jalme et  A.C. Prévot, 2017. Exoticism as a Mediator of Everyday Experiences of Nature: an Anthropological Exploration of Soundscape in Zoos. Human Ecology, 2018, 45, p. 673-682.

A.C. Torres, S. Nadot, A.C. Prévot, «Specificities of French community gardens as environmental stewardships», Ecology and Society, 22(3), 2017, p. 28.

S. Clayton, A. Colléony, P. Conversy, E. Maclouf, L. Martin, A.C. Torres, M.X. Truong et A.C. Prévot, «Transformation of experience: Toward a new relationship with nature», Conservation Letters 10, 2017, p. 645-651.