Colloque Nature et exception

Nature et exception (1650 – 1900) 
Rapports, modalités, enjeux

Maison de la recherche de la Sorbonne Nouvelle
4, rue des Irlandais, Paris 75005

Colloque organisé par Marion Bianconi (Université Sorbonne Nouvelle), Nathalie Kremer (Université Sorbonne Nouvelle & Institut Universitaire de France) et Jean-Alexandre Perras (Université Martin-Luther de Halle-Wittenberg)

Jeudi 21 mars
Maison de la Recherche de l’université Sorbonne Nouvelle
Salle Athéna

14h : Accueil et mot d’introduction

14h30-15h45 : 1ère séance : Normes et exceptions dans le discours du savoir
Président de séance : Jean-Alexandre Perras

14h30 : Pascal Duris (Université de Bordeaux) : De vrais nains sur les épaules de vrais géants ? Histoire anatomique d’une métaphore
15h : Nathalie Vuillemin (Université de Neuchâtel) : L’exceptionnel dans le minuscule et le microscopique
15h30 : Thierry Hoquet (Université Paris Nanterre) : Le problème des singularités dans l’espèce humaine
16h : Discussion et pause

16h30-18h : 2e séance : Monstruosités entre nature et artifice
Président de séance : Pascal Duris

16h30 : Claude-Olivier Doron (Université Paris Cité) : Figures de la monstruosité entre le XVIIIe et le XIXe siècles
17h : Nathalie Kremer (Sorbonne Nouvelle) : De la statue de Pygmalion à L’Ève future : une exception normalisée ?
17h30-18h : Discussion

Vendredi 22 mars
Maison de la Recherche de l’université Sorbonne Nouvelle
Salle du Conseil

9h-10h45 : 3e séance : Normes et exceptions dans le savoir littéraire et scientifique
Présidente de séance : Nathalie Kremer

9h : Jean-Alexandre Perras (Université Martin-Luther de Halle-Wittenberg) : La valeur scientifique des discours littéraires dans les concours académiques au XVIIIe siècle
9h30 : Lucien Derainne (Université Jean Monnet – Saint-Étienne) : L’exception scientifique dans les études de mœurs du XIXe siècle : une « nature sociale » ?
10h : Marion Bianconi (Sorbonne Nouvelle) : Le corps vicié des œuvres
10h30-11h : Discussion et pause

11h-12h30 : 4e séance : L’exception dans le roman : entre science et imagination
Président de séance : Lucien Derainne

11h : Paolo Tortonese (Sorbonne Nouvelle) : Le bonheur exceptionnel
11h30 : Bertrand Marquer (Université de Strasbourg) : Histoires de cas : Maupassant tératologue
12h-12h30 : Discussion et clôture du colloque

Présentation du colloque
L’exception est-elle dans ou hors de la nature ? Est-elle une manifestation de la nature la plus pure dans un monde dégradé ou est-elle au contraire ce qui sort de ses lois ? Quand y a-t-il exception, et comment se situe-t-elle au juste par rapport aux normes dites naturelles à l’époque moderne ? Ce colloque propose d’interroger les rapports qu’entretiennent nature et exception dans la littérature,
les arts, les sciences, la philosophie et la morale entre le XVIIe et le XIXe siècles. Les auteurs, les critiques et les philosophes n’ont cessé d’interroger ces rapports, qui tiennent une place importante dans les œuvres littéraires et leurs dispositifs, dans la pensée de la création esthétique et du vivant, dans l’appréhension du monde comme système ou dans la définition des normes et la gestion de ce qui s’en écarte. Alors que Rousseau cherchait à des fins morales une
nature exceptionnelle par sa pureté, Diderot n’hésitait pas à recourir à l’anomalie, au monstre, au bizarre, pour s’interroger sur les régularités de la nature ou pour tester les limites d’un raisonnement.
Au XIXe siècle, George Sand a ravivé l’héritage rousseauiste dans l’écriture romantique, quand Taine se penchait sur les maladies dans l’œuvre de Balzac pour y déceler la nature humaine profonde.
Dans le passage d’un siècle à l’autre, un héritage paradoxal se dessine qui reste largement à explorer, malgré un intérêt certain de la recherche pour ces questionnements. Le travail pionnier de Jean
Ehrard, dans L’Idée de Nature en France dans la première moitié du XVIIIe siècle a mis au jour les ressorts du merveilleux dans l’élaboration de la pensée sur la nature humaine à l’âge classique. Dans la continuité du numéro de la revue Dix-huitième siècle consacré à la « Nature » en 2013 nous souhaitons engager une réflexion sur la manière dont ont été appréhendées ses limites, son irrégularité, ses singularités, en les situant dans la longue durée, entre l’Ancien Régime et le XIXe siècle. De nombreux travaux sur le XIXe siècle ont en effet exploré les rapports autour du «normal et du pathologique », expression consacrée par les travaux de Canguilhem. Nous pensons en particulier aux recherches de Jean-Louis Cabanès sur Zola et à son ouvrage Le Corps et la maladie dans les récits réalistes, ou encore à ceux d’Ann Jefferson sur le génie et les enfants prodiges (Genius in France, an Idea and Its Uses). Mais le merveilleux ne disparaît pas pour autant du paysage littéraire et scientifique, il s’apparente au fantastique en plein essor aussi bien qu’aux développements technologiques, en contribuant ainsi également à redéfinir la « nature » et l’« exception ». Ce colloque propose d’étudier trois pistes de réflexions. La première est d’ordre historique. Il s’agit d’ouvrir une perspective entre deux époques dont l’étude, pour des raisons institutionnelles, se fait souvent séparément. Cette ouverture a pour but d’inviter à reformuler les questionnements autour de la dyade nature-exception dans une  erspective chronologique qui mettrait en lumière certes les révolutions, mais aussi les continuités, les chevilles qui articulent ces deux périodes. Si l’exceptionnalité est toujours l’objet d’un  questionnement philosophique et esthétique, qu’elle soit dans ou hors de la nature, quels nœuds se forment dans le passage – ou la rupture – de l’âge classique à l’époque moderne ? La seconde piste est d’ordre théorique. Nous proposons de revenir sur les  principes de classements, les définitions et les conceptions épistémologiques sous-jacentes aux notions de nature et d’exception. Que ce soit par l’étude d’une œuvre singulière ou dans une perspective plus large, nous invitons les chercheuses et les chercheurs à mettre en lumière la façon dont le rapport entre nature et exception est théorisé dans leur corpus. Qu’il s’agisse du discours médical, philosophique, poétique, éthique ou social, le rapport entre la nature et l’exception apparaît dans les débats sur le rapport entre les normes et l’originalité, la doxa et le génie, la causalité mécanique et l’irrégulier, les usages et l’extraordinaire, la santé et la pathologie ou encore l’individu et la tératologie. C’est ainsi, troisièmement, un enjeu interdisciplinaire que pose le colloque, dans la mesure où nous invitons les participants et les participantes à se pencher aussi bien sur des textes littéraires et scientifiques, artistiques ou musicaux, que sur la pensée critique ou esthétique de l’âge classique à la fin du XIXe siècle afin d’interroger les liens qu’entretiennent les sciences, la littérature et la philosophie dans leur rapport à la nature et à l’exception, et les usages qu’elles font de ces catégories dans l’élaboration de leur discours.

Bibliographie sélective

BONDESTAM, Majan, Exceptional Bodies in Early Modern Culture, Naperville, 2020.
CABANES, Jean-Louis, « Zola et le modèle bernardien », Aventures de la pensée, Romantisme, 1993, n°82, pp.  83-89.
CABANES, Jean-Louis, Le Corps et la maladie dans les récits réalistes, 1856-1893, 2 vol., Klincksieck, 1991.
CANGUILHEM, Georges, Le normal et le pathologique, Paris, Presses universitaires de France, 2009.
CITTON, Yves, « La preuve par l’Émile : dynamique de la fiction chez Rousseau », Poétique, Paris, Seuil, 1994, pp.411-425.
CUILLÉ, Tili Boon, Divining Nature: Aesthetics of Enchantment in Enlightenment France, Stanford, 2021.
CURRAN, Andrew, Sublime Disorder: Physical Monstrosity in Diderot’s Universe, Oxford, Voltaire Foundation,
2001.
DASTON, Lorraine, GALISON, Peter Louis, Objectivité, Dijon, les Presses du réel, 2012.
DORON, Claude-Olivier, L’homme altéré. Races et dégénérescence (XVIIe-XIXe siècles), Ceyzérieux, Champ Vallon, 2016.
DUFLO, Colas (dir.), « Nature », Dix-huitième siècle, no. 45, 2013.
DURIS, Pascal, Linné et la France (1780-1850), Genève, Droz, 1993.
DURIS, Pascal et GOHAU, G., Histoire des sciences de la vie, Paris, Belin, 2011.
DURIS, Pascal, Quelle révolution scientifique ? Les sciences de la vie dans la querelle des Anciens et des Modernes (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, Hermann, 2016.
EHRARD, Jean, L’Idée de nature en France à l’aube des Lumières, Paris, 1970.
FOUCAULT, Michel, Naissance de la clinique : une archéologie du regard médical, Paris, Presses universitaires de France, 1963.
GIAVARINI, Laurence (dir.), Construire l’exemplarité : pratiques littéraire et discours historiens, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2008.
GRAILLE, Patrick, L’Idée de monstre au XVIIIe siècle : savoirs et fantasmes, thèse, université Paris-IV, 1998.
GRAILLE, Patrick et CURRAN, Andrew, « The Faces of Eigthteenth-century Monstruosity », Eighteenthcentury Life 21, The Johns Hopkins Universty Press, 1997.
JEFFERSON, Ann, Genius in France: An Idea and Its Uses, Princeton University Press, 2014.
KLINKERT, Thomas et SEGINGER, Gisèle, Biolographes, mythes et savoirs biologiques dans la littérature française du XIXe siècle, Paris, Hermann, 2019.
KLINKERT, Thomas et SEGINGER, Gisèle, dir., Littérature française et savoirs biologiques au XIXe siècle : traduction, transmission, transposition, Berlin – Boston, De Gruyter, 2020.
KREMER, Nathalie, Vraisemblance et représentation au XVIIIe siècle, Paris, Honoré Champion, 2011.
MILNER, Max, et al., Littérature et pathologie, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 1989.
MITTMAN, Asa Simon, Dendle, Peter, The Ashgate Research Companion to Monsters and the Monstrous, Farnham, 2013.
PASSERON, Jean Claude et REVEL, Jacques, Penser par cas, Paris, Éditions EHESS, 2005.
PERRAS, Jean-Alexandre, L’Exception exemplaire : Inventions et usages du génie (XVIe au XVIIIe siècle), Paris, Classiques Garnier, 2016.
REILL, Peter Hanns, Vitalizing Nature in the Enlightenment, Berkeley, 2005.
ROGER, Jacques, Les Sciences de la vie dans la pensée française au XVIIIe siècle [1963], Paris, Albin Michel, 1993.
ROSSET, Clément, L’Anti-nature. Éléments pour une philosophie tragique, Paris, PUF, 1973.
THOMPSON, Hannah, Reviewing Blindness in French Fiction, 1789-2013, London, 2017.
TORT, Patrick, L’Ordre et les monstres. Le débat sur l’origine des déviations anatomiques au XVIIIe siècle [1980], Paris, Éd. Syllepse, 1998.
TORTONESE, Paolo, Le Cas médical entre norme et exception, Paris, Garnier, 2020.
VUILLEMIN, Nathalie, Les beautés de la nature à l’épreuve de l’analyse (1744-1805). Programmes scientifiques et tentations esthétiques dans l’histoire naturelle du XVIIIe siècle, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2009.
VUILLEMIN, Nathalie et PASCHOUD, Adrien (dir.), Penser l’ordre naturel 1680-1810, SVEC 09:12, Oxford, Voltaire Foundation, 2012.
WANLIN, Nicolas (dir.), Littérature et sciences au XIXe siècle : une anthologie, Paris, Classiques Garnier, 2019.
WILLIAMS, Wes, Monsters and Their Meanings in Early Modern Culture: Mighty Magic, Oxford, 2011.
WOLFE, Charles T., Monsters and Philosophy, London, 2005



Citer ce billet
G - LISAA (2024, 14 mars). Colloque Nature et exception. URBANATURE. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w0qg

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.