Flore et faune des villes : réalités et fictions

Responsables : Nathalie Machon (écologie), Gisèle Séginger.

Au début des années 2000, le vaste programme de science citoyenne « Vigie-Nature » a été lancé par le Muséum national d’histoire naturelle, dans l’objectif était de documenter les modifications de la biodiversité à travers les changements globaux. Ces données actuelles doivent pouvoir être confrontées à des données anciennes dont les sources ne manquent pas (Cosson et Germain de Saint Pierre, Flore des environs de Paris, 1871 ; Joseph Vallot Essai sur la flore du trottoir parisien, 1883, etc). L’analyse des caractéristiques biologiques et écologiques des espèces végétales mentionnées au fil des ouvrages permettra d’expliquer les variations de communautés de plantes en réponse aux changements environnementaux à Paris, et également permettre de définir des lois générales en écologie scientifique (Cadotte et al. 2011) ainsi que le contexte du changement climatique mondial (McGill et al. 2006, Cadenasso, et al., 2007). Sur ce point compléter les données scientifiques par des données plus littéraires permettra de mieux appréhender les phénomènes sur le long terme (voir les « promenades urbaines », d’Alphand, Le piéton de Paris de L-P. Fargue ou Tentative d’épuisement d’un lieu parisien de Perec ainsi que les reportages urbains comme ceux de Kessel ou Le flâneur salarié de Béraud en 1927).

Parallèlement, les textes littéraires pourront aussi, de même que certains mémoires, comme ceux du Baron Haussmann, nous renseigner sur la place faite à la nature dans les grands projets d’urbanisme et sur l’évolution des attentes. Les grands travaux menés à Paris par le préfet de la Seine de 1853 à 1870 ont modelé un nouveau paysage urbain. La nature y a été réintroduite (arbres le long des avenues, création de nombreux squares et parcs). À l’imitation de Hyde Park, le bois de Boulogne, aménagé à l’anglaise sous la houlette de l’ingénieur Alphand et de l’horticulteur Barillet-Deschamps, est conçu comme un lieu de promenade et de détente. On pourra se demander comment ces mutations se répercutent dans l’histoire des arts et des sensibilités. La biodiversité urbaine devient parfois elle-même un révélateur existentiel (voir l’exemple des arbres, comme le platane des Invalides, dont Barrès fait l’ami et l’alter-ego de Monsieur Taine dans Les Déracinés (1897), ou le marronnier de Sartre dans La Nausée).

Cet axe tiendra compte du développement tout à fait actuel de l’écologie sonore (qui porte une attention à ce qu’on appelle depuis Shafer (1977) les « paysages sonores » (soundscape), aussi présents dans la littérature. Le confinement récent et l’arrêt des activités a particulièrement attiré l’attention sur cette dimension moins connue de l’écologie.

Photo : Florian Olivo, La petite ceinture, Unsplash


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.