Écologie urbaine et pensée libertaire : la ville future des anarchistes

Responsable : Claude Rétat (CNRS)

Le mouvement anarchiste de la deuxième moitié du XIXe siècle développe sur plusieurs plans une pensée de la ville future : sur un plan utopique (cités idéales), sur un plan théorique (réflexions sur l’habitat et sur les monuments, par exemple), sur le plan de la représentation (romans, fictions…) ou sur le plan de la réalisation (interventions dans la ville par des architectes, ingénieurs, artistes ; mise sur pied de colonies). En 1893, Henry Olerich, un utopiste américain, publie un ouvrage au titre significatif : A cityless and countryless World (recueilli par Max Nettlau dans sa Bibliographie de l’anarchisme, 1897). Penser la ville future va au-delà de la dichotomie de la ville et de la campagne, dichotomie qui est elle- même le témoin d’un monde fracturé appelé à disparaître, tandis qu’humanité et nature se rejoindraient en couvrant, ensemble, le globe. Cette ville future qui va au-delà de la ville révèle tout le rapport anarchiste à la nature, au sauvage et à la culture, à l’idéologie, à l’art et au travail. Elle rend sensible une vision du monde, pour qui en somme humanité et nature ne font qu’un : habitat et travail humain réintégrés dans un grand tout, l’humain étant naturalisé, la nature étant humanisée.

Illustration : New harmony, utopie urbaine de Robert Owen. «The Association of all Classes of all Nations», London, Lincoln’s Inn Fields, 1838.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.