Espace urbain et espace agricole : perspectives historiques

Responsable : Julien Vincent (Paris I)

La supposée séparation entre espace urbain et espace agricole dans les sociétés commerciales a été théorisée au XIXe siècle. De Jean-Baptiste Say à Karl Marx en passant par Johann Heinrich von Thünen, de nombreux auteurs sont partis d’une analyse de la division du travail pour repenser les rapports entre ville et campagne. Leurs analyses mettent en lumière la domination du premier espace sur le second, l’importance des infrastructures reliant les marchés urbains à des terres de plus en plus éloignées, et la spécialisation agricole au niveau local ou régional en fonction des besoins de la ville. Or la réalité des villes du XIXe siècle est bien différente (Allain, 2012 et Barles, 2019) comme en témoigne à la fois la documentation historique et les textes littéraires. Il existe dans les villes en pleine croissance, une omniprésence de la nature à laquelle l’historiographie s’est encore assez peu occupée. Elle se manifeste à la fois par la densité de la population animale en ville – celle-ci n’a sans doute jamais été aussi élevée, en proportion de la population humaine, qu’au XIXe siècle — mais aussi par l’omniprésence des végétaux, soit à travers l’agriculture, le jardinage et le maraîchage, encore peu étudiés, soit à travers les jardins d’agrément, parcs public et jardins botaniques, ces derniers étant eux-mêmes insérés dans un réseau international reliant entre elles les villes européennes et coloniales.

Illustration : équipage d’une maraîchère traversant la place de la Concorde, Agence Rol, K257541, 1904-1908, BNF


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.