Panel – Seeing Double / Voir Double

Conference of the Society of Dix-Neuviémistes

Seeing Double/Voir Double

Panel 

L’imitation de la nature en ville au XIXe siècle

vendredi 8 avril 2022

Queen’s University Belfast

 

Bénédicte Percheron
Université Gustave Eiffel

Michel Racine
Architecte-paysagiste

Carine Roucan
Université Le Havre-Normandie

Au début du XIXe siècle, les théoriciens des jardins et les naturalistes pensent une nature immuable et discutent peu de la qualité même de la nature[1]. Les jardiniers réfléchissent surtout sur la forme des jardins, s’inquiètent d’esthétisme, de goût ou encore de technique. Imiter la nature en ville au XIXe siècle consiste alors à la représenter, en copiant ses aspects les plus extérieurs. Les écrivains, comme Joris-Karl Huysmans, ont témoigné de ces imitations de la nature ou encore ont discuté de son artificialité. Dans La Bièvre[2], l’écrivain met en œuvre l’esthétique de des Esseintes, qui « Après les fleurs factices singeant les véritables fleurs, (…) voulait des fleurs naturelles imitant des fleurs fausses »[3]. Carine Roucan démontrera que, dans cette monographie, la rivière parisienne est décrite comme une jeune femme, irréelle, comme fausse. Par ailleurs, au-delà du goût fin-de-siècle pour l’artificiel, l’ouvrage  s’inscrit dans une réflexion sociale et politique, sur l’enfouissement de la Bièvre, sur l’hygiénisme, sur le recul de la population ouvrière loin du centre de Paris.

Les villes françaises du XIXe siècle ont vu de même l’imitation de milieux naturels, bien avant la compréhension des dynamiques écologiques, à travers la notion de pittoresque, d’exotisme, comme la reconstitution de jardins chinois. Avec les jardins des expositions universelles et coloniales, les imitations de paysages naturels gagnent une fonction commerciale, dans une perspective utilitariste de territoires. Bénédicte Percheron s’intéressera à ces jardins et montrera comment ces jardins sont lentement passés de simples évocations de la nature exotique à des amorces de reconstitutions de biotopes.

Enfin, l’architecture fin de siècle développe une nature minérale, qui, gagne les façades ou encore les aménagements urbains. La rocaille de ciment permet d’obtenir une nature idéale, aux formes modelées par l’homme. Michel Racine montrera  comment la rocaille a permis de donner corps aux rêves de la bourgeoisie : des maisons de campagne aux allures de chalet de montagne, entourées de jardins romantiques semés de fausses ruines, de grottes, de cascades et de faux arbres, selon des modèles proposés par différents ouvrages tels que le Manuel de l’Architecte des jardins[4] de Pierre Boitard dans lequel Bouvard et Pécuchet puisent abondamment pour élaborer leur propre jardin.

[1] Cf. En débattant des différences entre l’art et la nature, le paysagiste Jean-Marie Morel, dans sa Théorie des jardins ou l’art des jardins de la nature affirme ainsi, en 1802 : « Telle est la différence entre les arts qui, en imitant la Nature, emploient des moyens qui lui sont étrangers, et celui qui met en œuvre les matériaux même de la Nature. Celui-ci présente la Nature elle-même, les autres ne font que la représenter ». Jean-Marie Morel, Théorie des jardins ou l’art des jardins de la nature, Paris, Panckoucke, 1802, t. 2, p. 209.

[2] Joris-Karl Huysmans, La Bièvre, dans Œuvres Complètes, tome IX, éditions G. Crès et Cie, 1930, p.5-23.

[3] Joris-Karl Huysmans, A Rebours, chapitre VIII, GF Flammarion 2004, p.124.

[4] Pierre Boitard, Manuel de l’Architecte des jardins, Paris, Roret, 1834.

Photo : B. Percheron, Parc des Buttes-Chaumont, Paris.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.