Archives par mot-clé : biodiversité

URBANATURE

L’écologie (dont l’idée s’esquisse au 19e siècle) a conquis sa place dans la science au début du 20e siècle et auprès du public dans les années 1960. Mais l’écologie urbaine est relativement récente et elle s’est d’abord structurée autour de problématiques d’urbanisme et d’infrastructures. Notre programme abordera la question sous un angle nouveau, davantage culturel et historique. Le projet est focalisé sur les rapports entre la biodiversité urbaine, ses pratiques et les manières de penser et représenter le vivant. Alors que bien des études écologiques se font en synchronie, notre programme prendra en compte la dimension historique (de la biologie évolutive et de l’hygiénisme du 19e s. au tournant de l’écologie), les pratiques anciennes (maraîchage, travail des animaux en ville…) ainsi que l’émergence politique du sujet (dans l’anarchisme et le socialisme du 19e s.) afin de comprendre les héritages modernes et les expérimentations actuelles (en particulier la réalisation d’éco-quartiers). L’équipe interdisciplinaire associe des littéraires, des historiens, des écologues spécialistes du milieu urbain et des spécialistes de réalisations numériques. Le projet s’appuie sur des partenariats avec la Maison des écrivains de Paris, le Muséum d’histoire naturelle de Paris, l’ENVA, le Muséum d’histoire naturelle de Rouen et l’entreprise Eiffage. Diverses manifestations scientifiques interdisciplinaires, des ateliers d’écriture seront organisés dans un cadre universitaire ainsi que des actions de médiation (promenades urbaines, concours littéraire). Une application sur des lieux de biodiversité urbaine sera produite à l’issue des trois années de programme (2020-2023).

Photo : Pixabay 

Flore et faune des villes : réalités et fictions

Responsables : Nathalie Machon (écologie), Gisèle Séginger.

Au début des années 2000, le vaste programme de science citoyenne « Vigie-Nature » a été lancé par le Muséum national d’histoire naturelle, dans l’objectif était de documenter les modifications de la biodiversité à travers les changements globaux. Ces données actuelles doivent pouvoir être confrontées à des données anciennes dont les sources ne manquent pas (Cosson et Germain de Saint Pierre, Flore des environs de Paris, 1871 ; Joseph Vallot Essai sur la flore du trottoir parisien, 1883, etc). L’analyse des caractéristiques biologiques et écologiques des espèces végétales mentionnées au fil des ouvrages permettra d’expliquer les variations de communautés de plantes en réponse aux changements environnementaux à Paris, et également permettre de définir des lois générales en écologie scientifique (Cadotte et al. 2011) ainsi que le contexte du changement climatique mondial (McGill et al. 2006, Cadenasso, et al., 2007). Sur ce point compléter les données scientifiques par des données plus littéraires permettra de mieux appréhender les phénomènes sur le long terme (voir les « promenades urbaines », d’Alphand, Le piéton de Paris de L-P. Fargue ou Tentative d’épuisement d’un lieu parisien de Perec ainsi que les reportages urbains comme ceux de Kessel ou Le flâneur salarié de Béraud en 1927).

Parallèlement, les textes littéraires pourront aussi, de même que certains mémoires, comme ceux du Baron Haussmann, nous renseigner sur la place faite à la nature dans les grands projets d’urbanisme et sur l’évolution des attentes. Les grands travaux menés à Paris par le préfet de la Seine de 1853 à 1870 ont modelé un nouveau paysage urbain. La nature y a été réintroduite (arbres le long des avenues, création de nombreux squares et parcs). À l’imitation de Hyde Park, le bois de Boulogne, aménagé à l’anglaise sous la houlette de l’ingénieur Alphand et de l’horticulteur Barillet-Deschamps, est conçu comme un lieu de promenade et de détente. On pourra se demander comment ces mutations se répercutent dans l’histoire des arts et des sensibilités. La biodiversité urbaine devient parfois elle-même un révélateur existentiel (voir l’exemple des arbres, comme le platane des Invalides, dont Barrès fait l’ami et l’alter-ego de Monsieur Taine dans Les Déracinés (1897), ou le marronnier de Sartre dans La Nausée).

Cet axe tiendra compte du développement tout à fait actuel de l’écologie sonore (qui porte une attention à ce qu’on appelle depuis Shafer (1977) les « paysages sonores » (soundscape), aussi présents dans la littérature. Le confinement récent et l’arrêt des activités a particulièrement attiré l’attention sur cette dimension moins connue de l’écologie.

Photo : Florian Olivo, La petite ceinture, Unsplash

Anticipation et science-fiction : l’écologie à l’épreuve du futur urbain

Responsable : Claire Barel-Moisan (CNRS Lyon et ANR Anticipation)

La projection dans le futur a permis aux auteurs d’anticipation de questionner les effets de l’industrialisation dans la société contemporaine et d’interroger les modalités de l’urbanisme qui se développe à partir de la seconde moitié du XIXe siècle. On peut ainsi dégager une série de thématiques récurrentes : pollution et destruction des espèces vivantes (Albert Robida, La Vie électrique, 1892 ; Jean Rameau, Un empoisonnement au XXIe siècle, 1887) ; lien entre conception de l’urbanisme et systèmes politiques et sociaux (Jules Verne, Les Cinq cents millions de la Bégum, 1879 ; Émile Zola, Travail, 1901), évocation de villes idéales ou en ruines (Émile Calvet, Dans mille ans, 1883 ; Octave Béliard, La Découverte de Paris, 1911), alliance entre l’homme et les espèces animales dans la ville du futur (J. H. Rosny aîné, La Mort de la Terre, 1910 ; Jean Chambon, Cybèle. Voyage extraordinaire dans l’avenir, 1891).

Pour leur part, les fictions climatiques contemporaines influencées par l’écologie, la climatologie, la géophysique et l’éthique environnementale proposent un changement de paradigme, d’une vision du monde anthropocentrique à une vision biocentrique (Pierre-Yves Touzot, Jean-Marc Ligny…).

Illustration : Camille Flammarion, La Fin du monde, Paris, Ernest Flammarion, 1894, p. 289.

La biodiversité à l’épreuve de l’urbanisation

Responsables : Christophe Degueurce et Bénédicte Grimard

Des relevés de biodiversité et des discussions alimenteront une réflexion sur l’évolution d’un jardin botanique intégré à un projet urbanistique contemporain sur le site historique de l’École nationale vétérinaire d’Alfort (EnvA). Cet axe profitera aussi des retours d’expérience d’Eiffage.

Illustration : 26-10-21, Ecole vétérinaire d’Alfort : [photographie de presse] / [Agence Rol], BNF.

Écologie urbaine et pensée libertaire : la ville future des anarchistes

Responsable : Claude Rétat (CNRS)

Le mouvement anarchiste de la deuxième moitié du XIXe siècle développe sur plusieurs plans une pensée de la ville future : sur un plan utopique (cités idéales), sur un plan théorique (réflexions sur l’habitat et sur les monuments, par exemple), sur le plan de la représentation (romans, fictions…) ou sur le plan de la réalisation (interventions dans la ville par des architectes, ingénieurs, artistes ; mise sur pied de colonies). En 1893, Henry Olerich, un utopiste américain, publie un ouvrage au titre significatif : A cityless and countryless World (recueilli par Max Nettlau dans sa Bibliographie de l’anarchisme, 1897). Penser la ville future va au-delà de la dichotomie de la ville et de la campagne, dichotomie qui est elle- même le témoin d’un monde fracturé appelé à disparaître, tandis qu’humanité et nature se rejoindraient en couvrant, ensemble, le globe. Cette ville future qui va au-delà de la ville révèle tout le rapport anarchiste à la nature, au sauvage et à la culture, à l’idéologie, à l’art et au travail. Elle rend sensible une vision du monde, pour qui en somme humanité et nature ne font qu’un : habitat et travail humain réintégrés dans un grand tout, l’humain étant naturalisé, la nature étant humanisée.

Illustration : New harmony, utopie urbaine de Robert Owen. «The Association of all Classes of all Nations», London, Lincoln’s Inn Fields, 1838.

Espace urbain et espace agricole : perspectives historiques

Responsable : Julien Vincent (Paris I)

La supposée séparation entre espace urbain et espace agricole dans les sociétés commerciales a été théorisée au XIXe siècle. De Jean-Baptiste Say à Karl Marx en passant par Johann Heinrich von Thünen, de nombreux auteurs sont partis d’une analyse de la division du travail pour repenser les rapports entre ville et campagne. Leurs analyses mettent en lumière la domination du premier espace sur le second, l’importance des infrastructures reliant les marchés urbains à des terres de plus en plus éloignées, et la spécialisation agricole au niveau local ou régional en fonction des besoins de la ville. Or la réalité des villes du XIXe siècle est bien différente (Allain, 2012 et Barles, 2019) comme en témoigne à la fois la documentation historique et les textes littéraires. Il existe dans les villes en pleine croissance, une omniprésence de la nature à laquelle l’historiographie s’est encore assez peu occupée. Elle se manifeste à la fois par la densité de la population animale en ville – celle-ci n’a sans doute jamais été aussi élevée, en proportion de la population humaine, qu’au XIXe siècle — mais aussi par l’omniprésence des végétaux, soit à travers l’agriculture, le jardinage et le maraîchage, encore peu étudiés, soit à travers les jardins d’agrément, parcs public et jardins botaniques, ces derniers étant eux-mêmes insérés dans un réseau international reliant entre elles les villes européennes et coloniales.

Illustration : équipage d’une maraîchère traversant la place de la Concorde, Agence Rol, K257541, 1904-1908, BNF

Pré-écologie et biodiversité urbaine : l’émergence des concepts, la transformation des sensibilités

Responsables : Gisèle Séginger et Patrick Matagne (histoire de l’écologie, université de Poitiers)

L’ébauche d’une idée d’économie et d’équilibre de la nature se trouve paradoxalement dans la pensée créationniste de Linné. Mais c’est surtout dans le contexte du transformisme et du darwinisme dont la diffusion culturelle est considérable dans le domaine littéraire, philosophique et politique que s’élaborent quelques concepts clés de la future écologie. Dans une perspective d’histoire des mentalités et d’histoire des sensibilités (Corbin, 2013), et en nous appuyant à la fois sur des textes scientifiques et des textes littéraires ou philosophiques, nous tiendrons compte aussi des changements survenus en relation avec certaines tendances culturelles et certains moments historiques (romantisme et esprit de 48, essor du positivisme et du matérialisme, naturalisme, impressionnisme et mouvement de laïcisation républicaine à la fin du XIXe siècle) ou avec les grandes tendances économiques liées à l’industrialisation et à la dépopulation des campagnes.

Il conviendra de s’interroger sur la diffusion et/ou la vulgarisation des savoirs, sur les réseaux savants/écrivains et d’aborder le rôle des sociabilités savantes de province (1800- 1914) qui ont été des auxiliaires essentiels de la vie scientifique et culturelle locale (gestion et parfois création de jardins botaniques, de musées, de bibliothèques ; conférences, promenades urbaines).

Illustration : Jean-Baptiste Hilair, Jardin du Roy. La nouvelle serre prise du Jardin de Botanique, dessin à la plume et encre de Chine, aquarelle et rehauts de blanc, 17,2 x 25 cm, Paris, Destailleur, t. 4, 1794, p. 741, BNF, département Estampes et photographie, RESERVE FOL-VE-53 (F).