Archives de catégorie : Membres

Alice Leroy

Alice Leroy est maître de conférence à l’Université Gustave Eiffel en études cinématographiques. Ses travaux portent sur les relations entre sciences et esthétique à travers les imaginaires visuels du corps. Elle est l’auteur d’une thèse intitulée « Le corps utopique au cinéma : transparence, réversibilité, hybridité » et prépare un ouvrage sur le décentrement de la figure humaine dans le champ des images et des savoirs.

Axes de recherche

Esthétique des sciences et imaginaires visuels des sciences
Archéologie des médias
Anthropologie visuelle
Écritures documentaires

Principales publications

« De Painlevé à Resnais, l’animal expérimental entre science et fiction », in Gisèle Séginger (dir.), Animalhumanité. Expérimentation et fiction : l’animalité au cœur du vivant, Paris, LISAA éditions, 2018.

« Devenir-animal et Transgression. De l’hybridité des corps dans le cinéma documentaire contemporain », in Actes du colloque « Les représentations troublées du corps au cinéma » (ENS, 26-28 juin 2014), L’Harmattan, Champs Visuels, à paraître, 2019.

« La vie des invisibles. Puissance imaginative des films scientifiques de Jean Comandon », Revue de la BnF, n° 58, Printemps 2019.

« L’aliénation des saisons. Images de l’anthropocène », Cinétrens, n°5, Automne 2018.

« Utopie de la transparence et machines de projection De la nature des corps au cinéma », Archives de la philosophie, n°81, été 2018.

« Fleurs de papier et d’acier. À propos d’un film de Pier Paolo Pasolini et d’une installation vidéo de Pipilotti Rist », Madeleine, revue de cinéma, n°1, printemps 2018.

Dans la compagnie des œuvres. Entretien avec Raymond Bellour, co-écrit avec Gabriel Bortzmeyer, Rouge profond, Automne 2017.

« Bataille, Herzog et l’obsession de la métamorphose », Les Temps modernes, n°695, décembre 2017.

« Écologie des formes ritualistes du film ethnographique : Rouch, Deren, Gardner, Russell et le Sensory Ethnography Lab », Cinétrens, n°1, Printemps 2016.

« Specimen, cobaye et viande : l’animal selon Wiseman », Images documentaires, n°84, décembre 2015.

Anne-Caroline Prévot

Anne-Caroline Prévot est chercheur au CESCO (Muséum national d’histoire naturelle) et responsable de l’équipe TEEN (Transition écologique et expériences de nature).

Écologue de formation et biologiste de la conservation, Anne-Caroline Prévot travaille à l’interface entre plusieurs disciplines de sciences humaines et sociales, notamment la psychologie de la conservation. Ses recherches, menées avec ses collègues et étudiants, visent à comprendre les liens croisés entre expérience de nature, conservation de la biodiversité et lien social. Le but est de savoir comment les expériences de nature et les comportements associés, interagissent avec les dynamiques de la biodiversité, la conservation de celle-ci, notamment à travers la mobilisation de nouveaux liens sociaux. Leurs terrains d’étude se situent principalement en France et dans les pays de culture dite occidentale, dans des milieux anthropisés (ville, mais aussi milieux ruraux). Anne-Caroline Prévot s’intéresse à l’individu dans sa relation à la nature de proximité, mais en tant que personne intégrée dans un ou plusieurs groupes sociaux (famille, groupe d’amis, association, entreprise, collectivité ou pays). Ses perspectives de recherche pour 2021 sont d’explorer aussi la co-construction de nouveaux récits du futur, en passant par la fiction et la science-fiction.

Axe de recherche 

biologie de la conservation
expérience de la nature et lien social
récits du futur

Principales publications 

M. Levé, A. Colléony, P. Conversy, A.C. Torres, M.X. Truong, C. Vuillot et A.C. Prévot, «Convergences and divergences in understanding the word biodiversity among citizens: a French case study», Biological Conservation, 2019, 236, p. 332-339.

M.X. Truong, B. Bonnefoy et A.C. Prévot, «About smells and nature: an exploratory study on the links between environmental identity, smell sensitivity, and sensory uses of natural spaces», Psyecology, 2019.

A.C. Torres, A.C. Prévot et S. Nadot, «Small but powerful: the importance of French community gardens for residents», Landscape and Urban Planning, 2018, 180, p. 5-14.

A. C. Prévot, H. Cheval, R. Raymond et A. Cosquer, «Routine experiences of nature in cities can increase personal commitment toward biodiversity conservation», Biological conservation, 2018, 226, p. 1-8.

Z. Skandrani, M. Desquilbet et A.C. Prévot, A renewed framework for urban biodiversity governance: urban pigeons as a case-study, Nature, Sciences Sociétés, 2018.

M.X. Truong, A.C. Prévot et S. Clayton, «Gamers like it green: The significance of vegetation in online gaming»? Ecopsychology, 2018.

A. Colléony, L. Martin, N. Misdariis, S. Clayton, M. Saint-Jalme et  A.C. Prévot, 2017. Exoticism as a Mediator of Everyday Experiences of Nature: an Anthropological Exploration of Soundscape in Zoos. Human Ecology, 2018, 45, p. 673-682.

A.C. Torres, S. Nadot, A.C. Prévot, «Specificities of French community gardens as environmental stewardships», Ecology and Society, 22(3), 2017, p. 28.

S. Clayton, A. Colléony, P. Conversy, E. Maclouf, L. Martin, A.C. Torres, M.X. Truong et A.C. Prévot, «Transformation of experience: Toward a new relationship with nature», Conservation Letters 10, 2017, p. 645-651.

Pascal Duris

Pascal Duris est professeur en épistémologie et histoire des sciences à l’Université de Bordeaux, directeur-adjoint de l’EA 4574 SPH (Sciences, Philosophie, Humanités) de l’Université Bordeaux Montaigne, et directeur du master « Épistémologie, histoire des sciences et des techniques ». Il est l’auteur de Linné et la France (1780-1850) (Droz, 1993), Histoire des sciences de la vie (Belin, 2011, avec G. Gohau), La fabrique de l’entomologie. Léon Dufour (1780-1865) (Presses Universitaires de Bordeaux, [1987] 2017, avec El. Diaz), et il a dirigé Traduire la science. Hier et aujourd’hui (Publications de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008).

Sa recherche porte sur les sciences dans la Querelle des Anciens et des Modernes (XVIe-XVIIIe siècles), Carl von Linné et le néolinnéisme en France, et, plus généralement, sur l’épistémologie et l’histoire des sciences naturelles et biologiques du XVIIe au XIXe siècle.

Principales publications 

« William Wotton, la Royal Society et l’argument scientifique dans la Querelle », in Ch. Bahier-Porte et D. Reguig (dir.), Anciens et Modernes face aux pouvoirs : l’Église, le Roi, les Académies (1687-1750), Paris, Champion, 2020, à paraître.

« Flourens lecteur de Darwin (ou de Clémence Royer ?). À propos de son Examen du livre de M. Darwin sur l’origine des espèces (1864) », in Th. Klinkert et G. Séginger (dir.), Littérature française et savoirs biologiques au XIXe siècle. Traduction, transmission, transposition, Berlin, De Gruyter, Coll. « Mimesis. Romanische Literaturen der Welt », 2020, p. 61-77.

« André Dacier traducteur d’Hippocrate », XVIIe siècle, 71 (1), 2019, p. 163-181.

« Changement et préformation. La métamorphose des insectes chez Swammerdam », in J. Azoulai, A. Fayolle et G. Séginger (dir.), Les métamorphoses, entre fiction et notion. Littérature et sciences (XVIe-XXIe siècles), Paris, LISAA éditeur, Coll. « Savoirs en texte », 2019, p. 43-54.

« Les sciences dans la théorie esthétique de l’abbé Du Bos », Revue d’histoire littéraire de la France, 117 (4), 2017, p. 895-915.

Quelle révolution scientifique ? Les sciences de la vie dans la querelle des Anciens et des Modernes (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, Hermann, Coll. « Les collections de la République des Lettres. Série Études », 2016, 408 p.

Claude Retat

Claude Retat, ancienne élève de l’École Normale Supérieure, est directrice de recherche au CNRS Lyon dans l’UMR LIRE (Littérature, Idéologies, Représentations), spécialiste des rapports entre littérature et politique, littérature et savoirs du vivant.

Principales publications

 Art vaincra ! Louise Michel, l’artiste en révolution et le dégoût du politique,  Saint-Pouçain-sur-Sioule, Bleu autour, 2019. 

La chasse aux loups / Louise Michel, édition critique par Claude Rétat, Paris, Classiques Garnier, 2015.

Le rythme et la vie (Bible de l’humanité, 1864) », dans Michelet, rythme de la prose, rythme de l’histoire, Paule Petitier éd., Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2010, p. 185-199.

« Jules Michelet, l’idéologie du vivant », Romantisme, revue du dix-neuvième siècle, n° thématique « Raciologiques », Ph. Régnier dir., n° 130, 2005, p. 9-22.

« La révolution, l’animal, la littérature. Louise Michel et le fauve ancestral », dans L’Animal du XIXe siècle (P. Petitier dir.), Actes du colloque international de 2008, publiés en ligne sur le site de l’Équipe « Littérature et civilisation du XIXe siècle » (Université Paris Diderot-Paris 7).

« Le Dieu vivant romantique », Le Vivant (dir. G. Séginger), revue Romantisme, décembre 2011, n° 154, p. 21-34.

Kevin Pelladeaud

Kevin Pelladeaud est doctorant à l’Université Grenoble Alpes depuis septembre 2019. Agrégé de lettres modernes, ancien normalien de l’ENS de Lyon, ses travaux de thèse portent sur la prospective et l’iconographie urbaine dans le cadre de la littérature dite « d’anticipation » entre 1870 et 1918. Sa recherche porte plus précisément sur le croisement des discours littéraires et urbanistiques au cœur des sociabilités politiques, éditoriales et médiatiques d’une « Belle-Époque » connaissant les débuts de l’urbanisme moderne.

 Axes de recherche

Anticipation
Iconographie
Histoire de l’utopie
Socialisme utopique
Discours urbanistiques

Christophe Degueurce

Directeur de l’École nationale vétérinaire d’Alfort, il est aussi professeur d’anatomie, conservateur du musée Fragonard, membre du CRHEC (U-PEC) et président de la Société Française d’Histoire de la Médecine Vétérinaire.

Principales publications

«Les mannequins du Dr Auzoux, une réussite industrielle au service la médecine vétérinaire», Bulletin de la société française d’histoire de la médecine et des sciences vétérinaires, 13, 7-33.

«Les mannequins du Dr Auzoux, de l’Homme aux animaux domestiques», Histoire des Sciences médicales, 47 (3), 2013, p. 337-345.

«Conservation et valorisation des sources de l’histoire de la médecine vétérinaire en France», Histoire des Sciences médicales, 47 (1), 2013, p. 71-78.

«Mesurer l’animal», dans Le « Michel-Ange » de la ménagerie, les dessins de Antoine-Louis Barye. Beaux-Arts de Paris Éditions, p. 27-36, octobre 2013.

«L’anatomie clastique du Docteur Auzoux». Collection Epistémologie du corps, Presses Universitaires de Lorraine, 2013, p. 54-55.

«Le javart, une affection obsolète» par C. Degueurce et M. Riffaud, Bulletin de la société française d’histoire de la médecine et des sciences vétérinaires, 12, 2012, p. 89-108.

«Les collections historiques vétérinaires : un enjeu pour l’avenir?» Historical veterinary collections: a challenge for the future? Revista di Colegio de Médicos Veterinarios del Estado Lara, Venezuela, Ano 2, n° 2, vol 1, p. 12-22.

«Claude Bourgelat et la création des écoles vétérinaires». C.R. Biologies, 335 (2012), p. 334-342.

«Le patrimoine équestre des écoles nationales vétérinaires», In Situ, la revue des patrimoines, 2012, n° 18, 8 p.

«Le cheval un animal contraint», In Situ, la revue des patrimoines, 2012, n° 18, 8 p.

Corps de papier. Les modèles anatomiques du docteur Auzoux, Paris, éd. de la Martinière, 2012.

« Beautés intérieures. L’animal à Corps ouvert », Paris, éd. de la RMN, 2012.

« Les écorchés de Fragonard : polémiques et réalités » (mémoire). Bulletin de l’Académie Vétérinaire de France, 2011, tome 164, n° 2.

« Fragonard museum, the écorchés, the anatomical masterworks of Honoré Fragonard», Blast Books (New-York, USA), avril 2011, 160 p.

Matthieu Moreau

Matthieu Moreau est maître de conférences associé à l’université Gustave Eiffel, responsable des enseignements numériques dans le Master Édition Livre papier et numérique. Il dirige par ailleurs l’entreprise Netemedia, qu’il a fondée en 2009.

Michel Pierssens

Michel Pierssens est professeur émérite de l’université de Montréal, spécialiste d’épistémocritique et de littérature française (XIXe et XXe siècles). Il a fondé la revue Histoires littéraire et la revue en ligne Épistémocritique qu’il a dirigée pendant plusieurs années.

Principales publications

La Tour de Babil. La fiction du signe, Paris, Minuit, 1976.

Lautréamont. Éthique à Maldoror, Presses Universitaires de Lille, 1984.

Savoirs à l’œuvre. Essais d’épistémocritique, Presses universitaires de Lille, 1990.

Noëlle Batt et Michel Pierssens (direction), Épistémocritique, Madison (Wisconsin), Substance, 1993.

Michel Pierssens, Franc Schuerewegen et Ana Gonzalez Salvador (direction), Savoirs de Proust, Montréal, Paragraphes, vol. 23, 2005.

Ducasse et Lautréamont : l’envers et l’endroit, Paris, Presses de Paris 8, 2006.

Guillaume Bagnolini

Chargé d’enseignement à l’Université de Montpellier en biologie et écologie, chercheur associé au Laboratoire Interdisciplinaire Sciences Innovations Sociétés (LISIS) à l’université Paris Marne la vallée, Guillaume Bagnolini mène des recherches en philosophie des sciences, en éthique et philosophie de l’environnement. Docteur en philosophie, il a réalisé une thèse sur les principes axiologiques du biohacking. À l’heure actuelle, d’une part, il s’intéresse au développement des tiers-lieux et aux questions éthiques qu’ils soulèvent. D’autre part, il s’interroge sur les enjeux philosophiques et politiques de la biodiversité. Au final, l’objectif de ses recherches est d’aboutir à une réflexion sur les choix techno-scientifiques, ainsi que sur les politiques et la production de savoirs et de technique.

Principales publications 

Bagnolini G., Stellino P. et Laval-Jeantet M., Bioart et éthique. Paris : éditions CQFD, 2019, 120 p.

Bagnolini G. et Stellino P., Bioart: définition(s) et enjeux éthiques. Essai introductif. Philosophical Readings, vol.11, 2019, p. 1-5.

Bagnolini G., «Les enjeux éthiques des objets connectés». Études Teutates, Dynamiques du droit UMR5815, 2018, p. 56-75.

Bagnolini G., «Le parasite, de l’être mimétique à l’inquiétante familiarité». Epistémocritique, vol. 17, 2018.

Bagnolini G. et Bour S., Vers une éthique des biohackers. Implications philosophiques, 2017.

Bagnolini G., Da Costa G., Gerino M., Roth M., Trân C., Multidisciplinary for biodiversity management on campus through citizen sciences. The 2nd IEEE Workshop on Smart and Substainable City, 2017.

Bagnolini G., «Participer à l’activité scientifique, le cas du   biohacking : analyse comparée de deux laboratoires collaboratifs la Paillasse à Paris et la Myne à Lyon». GIS démocratie et participation, Actes du colloque « Les expérimentations démocratiques aujourd’hui. Convergences, fragmentations, portées politiques», 2017.

Bagnolini G., «Inventaire fac’ : un programme de science participative sur les campus étudiants». Cahiers de l’action, vol.1, 2016, p. 47-53.

Bagnolini G., Essai sur le parasite. Paris : Editions Terre d’Auteurs, 2016, 90 p.

Curriculum Vitae

Page web personnelle

Bénédicte Percheron

Bénédicte Percheron est ingénieur de recherche pour le projet Urbanature. Elle est docteur en histoire contemporaine, spécialisée en histoire des sciences et en études patrimoniales. Elle est l’auteur d’une thèse, sous la direction de Yannick Marec, soutenue en 2014 intitulée Les sciences naturelles à Rouen au XIXsiècle : muséologie, vulgarisation et réseaux scientifiques (1789 – 1923), parue en 2017 aux éditions Matériologiques. Elle a été post-doctorante à la Fondation Maison des sciences de l’homme de Paris pour l’ANR Biolographes de 2015 à 2017 et a travaillé sur les transferts de savoirs biologiques dans la littérature du XIXe siècle. Elle est chercheur associé du Groupe de recherche d’histoire de l’Université de Rouen : GRHis EA 3831. Elle est par ailleurs titulaire d’un doctorat de musicologie soutenu en 2007.

Axes de recherche 

Histoire des sciences naturelles
Muséums d’histoire naturelles
Jardins et espaces verts
Muséologie
Paysages sonores

Principales publications 

« Devenir monstre : notions et enjeux de la métamorphose pathologique dans les sciences du vivant et la littérature », in Les métamorphoses, entre fiction et notion. Littérature et sciences (XVIe-XXIe siècles), Laboratoire LISAA, en 2019

« Polypes ou coraux : images et savoirs biologiques chez Flaubert » avec Gisèle Séginger, in Flaubert et les sortilèges de l’image, De Gruyter, 2020.

« L’infiniment petit : un nouveau merveilleux scientifique», avec Gisèle Séginger,  in Biolographes – mythes et savoirs biologiques dans la littérature française du XIXe siècle, Th. Klinkert et G. Séginger (dir.), Paris, Hermann, 2019.

Les sciences naturelles à Rouen au XIXe siècle. Muséographie, vulgarisation et réseaux scientifiques, Paris, éd. materiologiques, 2017.