Archives de catégorie : Actualités

Journée d’étude – Habiter les villes futures – Nature et urbanisme à l’épreuve des fiction d’anticipation

Dans le cadre du programme URBANATURE
I-site FUTURE
Université Gustave Eiffel
Amphithéâtre et bibliothèque Georges Perec 

Vendredi 20 janvier 2023
Journée d’étude à 9 h 30 et visite de l’exposition Regards sur la nature en ville à 17 h

Organisateurs de la journée d’étude : Claire Barel-Moisan (CNRS, UMR IHRIM) et Kevin Pelladeaud (Université Grenoble Alpes)

Exposition du Musée national de l’Education
Commissaire de l’exposition: Béatrice Allais

Responsable du programme URBANATURE : Gisèle Séginger


Programme de la journée d’étude

9h30 Introduction

Kevin Pelladeaud (Université Grenoble Alpes) et Claire Barel-Moisan (CNRS. ENS-Lyon)

10h-10h50

Juliette Azoulai (Université Gustave Eiffel)
« Nemo, ou le rêve de la cité aquatique »

10h50-11h40

Kevin Pelladeaud (Université Grenoble Alpes)
« Les fictions d’anticipation et l’expérimentation de l’espace : quel “ milieu ” pour la ville future ? »

Pause : 11h45- 11h55
11h55-12h45

Valérie Stiénon (Université Sorbonne Paris Nord)
« De la ville menacée à la cité perdue : quand les infrastructures urbaines précipitent la dystopie »

12h45 : déjeuner
14h-14h50

Laurent Bazin
« Par-delà nature et culture ? Architectures imaginaires et urbanisme éco-poétique dans les fictions d’anticipation pour adolescents »

14h50-15h40

Claire Barel-Moisan (CNRS. ENS-Lyon)
Les villes tentaculaires : conquêtes urbaines sur la nature dans la littérature d’anticipation

Pause : 15h40-15h55
15h55-16h45

Christèle Couleau (Université Sorbonne Paris Nord)
« Ville et nature chez Alain Damasio : une dialectique créatrice »

17h

Visite de l’exposition « Regards sur la nature en ville »
Bibliothèque Georges Perec

Cette journée d’étude sera publiée dans la revue Arts et Savoirs.

Contact pour la journée d’étude: claire.barel-moisan@ens-lyon.fr
Contact pour le programme URBANATURE: gisele.seginger@orange.fr

 

 

Journée d’étude – Habiter les villes futures – Nature et urbanisme à l’épreuve des fictions d’anticipation


Albert Robida, Rue Modern Style

 

Vendredi 20 janvier 2023

Université Gustave Eiffel, Bibliothèque Georges Perec

La seconde moitié du XIXe siècle voit le développement spectaculaire de deux grandes métropoles européennes, Paris et Londres, vitrines d’un nouvel urbanisme, mais aussi espaces de croissance anarchique de quartiers où l’on observe la dégradation de l’habitat populaire sous les effets de l’industrialisation et de l’exode rural. Face à ces « villes tentaculaires », de nombreux écrivains utilisent la fiction d’anticipation pour porter un regard réflexif sur les transformations de l’urbanisme contemporain, tout en imaginant et expérimentant dans l’avenir d’autres manières d’habiter la ville.

Cette journée d’étude se propose d’analyser les villes du futur représentées dans la littérature d’anticipation, que celles-ci apparaissent comme des cités idéales ou comme une projection cauchemardesque de la modernité. Quelle place l’humain y ménage-t-il pour les espèces animales et végétales ? Comment l’existence urbaine modèle-t-elle les corps des citadins du futur, aussi bien que la biologie animale et végétale ? Quelle dialectique peut réconcilier ou opposer nature et structures urbaines, célébrant l’ingéniosité des architectes, ingénieurs et édiles, ou déplorant la destruction du milieu par la pollution ? On pourra s’interroger sur la pensée de l’urbanisme et de la nature qu’élaborent les différents courants de pensée qui modèlent l’histoire culturelle et politique de la période : positivisme, hygiénisme, ou socialismes utopiques. Comment des disciplines comme la géographie (La Blache, Reclus, etc.), la sociologie (Durkheim, Simmel), voire la science politique construisent-elles une pensée scientifique de la ville, projetant les cités actuelles dans le futur ? On verra aussi comment la nature peut imprégner l’esthétique même de la ville de l’avenir, les formes végétales caractéristiques de l’Art nouveau structurant à leur tour les cités futures.

            À travers la complexité des relations entre ville et nature dans la littérature d’anticipation, se manifeste ainsi la transposition fictionnelle des débats qui animent la sphère publique quant aux transformations de l’urbanisme à la Belle Époque et au long du XXe siècle.

 

20 janvier 2023


Université Gustave Eiffel, Bibliothèque Georges Perec
Rue des Frères Lumière, 77420 Champs-sur-Marne

 

9h30 Introduction
Kevin PELLADEAUD (Université Grenoble Alpes) et
Claire BAREL-MOISAN (CNRS. ENS-Lyon)

10h-10h50
Juliette AZOULAI (Université Gustave Eiffel) :
Nemo, ou le rêve de la cité aquatique

10h50-11h40
Kevin PELLADEAUD (Université Grenoble Alpes) :
Les fictions d’anticipation et l’expérimentation de l’espace : quel « milieu » pour la ville future ?

Pause : 11h45- 11h55

11h55-12h45
Valérie STIÉNON : (Université Sorbonne Paris Nord) :
De la ville menacée à la cité perdue : quand les infrastructures urbaines précipitent la dystopie

12h45 : déjeuner

14h-14h50
Laurent BAZIN :
Par-delà nature et culture ? Architectures imaginaires et urbanisme éco-poétique dans les fictions d’anticipation pour adolescents

14h50-15h40
Claire BAREL-MOISAN (CNRS. ENS-Lyon) :
Les villes tentaculaires : conquêtes urbaines sur la nature dans la littérature d’anticipation

Pause : 15h40-15h55

15h55-16h45
Christèle Couleau (Université Sorbonne Paris Nord) :
Ville et nature chez Alain Damasio : une dialectique créatrice

17h
Visite de l’exposition « La nature en ville » – Bibliothèque Georges Perec

17 h 45
Cocktail

 


Organisateurs :
Claire Barel-Moisan (CNRS, UMR IHRIM)
et Kevin Pelladeaud (Université Grenoble Alpes)
Programme URBANATURE :
https://urbanature.hypotheses.org/
Informations sur le programme de recherche : gisele.seginger@univ-eiffel.fr  et

 

Contact: claire.barel-moisan@ens-lyon.fr

 

Les natures de Paris (1770-1914)

 

Jeudi 25 mai
(Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, site Panthéon, salle 216)
13h : Accueil
Introduction (Julien Vincent)
13h30-15h : Enjeux d’une nature en révolution

Clara Delannoy
« Un luxe devenu utile : les jardins des hôtels particuliers pendant la Terreur »
Jean-Luc Chappey
« Nature et civilisation. De la promenade mondaine à la promenade anthropologique (1780-1803) »

15h-16h30 : Sols et sous-sols parisiens

Julien Vincent
« La nature en cadastre ? Une histoire parisienne »
Stéphane Van Damme
« Métropole minérale : enjeux d’une histoire physique de Paris (1750-1850) »

16h40-18h : Le ciel de Paris

Benjamin Bothereau
« 
Une histoire oubliée de la protection du ciel parisien face à l’éclairage public : la nuit-capital(e), fin XVIIIe-début XIXe siècle »
Régis Briday et Catherine Radka
« Le ciel et l’air parisiens de la Belle époque : objets scientifiques, lieux d’expression de la civilisation moderne et présence d’une « nature » à voir et à sentir »

Vendredi 26 mai
Université Gustave-Eiffel, Champs-sur- Marne
Bâtiment Copernic, Salle de la recherche (3V071)
9h30-10h : Accueil
10h15-12h30 : Conflits autour de la nature parisienne

Thomas Le Roux
« Aux franges urbaines, les carrières à plâtre de Belleville : la conflictualité ville/campagne, 1770-1800 »
Romain Mainieri
« Les pollutions des usines parisiennes : à propos de deux conflits du XIXe siècle »
Léo Grillet
« Naturiens des villes et/ou Naturiens des champs ? Pour une histoire environnementale (et politique) de la nature à Montmartre »

14h-15h30 : La nature mise en spectacle (1)

Stéphanie Barioz-Aquilon
« Les orangers d’ornement des grands jardins parisiens au XIXe siècle : une nature traversée par l’histoire politique, économique, technique, sociale et culturelle »
Léo Becka
« Rendre visible la nature boréale à Paris sous la monarchie de Juillet »

16h-17h30 : La nature mise en spectacle (2)

Aliénor Samuel-Hervé
« Les expositions d’horticulture à Paris au XIXe siècle »
Pierre-Louis Poyau
« Les Latins ont conquis la Gaule : les Halles de Paris, théâtre de la marchandisation des fleurs du Midi (1880-1914) »

 

Continuer la lecture de Les natures de Paris (1770-1914)

La nature à Rouen, littérature et arts plastiques – visite virtuelle

La balade urbaine “La nature à Rouen, littérature et arts plastiques” est désormais accessible en ligne sur uMap, à l’adresse ci-dessous. Du Square Verdrel au Jardin de l’Hôtel de Ville de Rouen, retrouvez des grands textes ou écrits d’auteurs moins connus, témoins d’un urbanisme bouleversé par la réintroduction de la nature en ville. La carte interactive vous permet de découvrir des textes historiques, de la documentation et des illustrations sur cette thématique.

Voir en plein écran

 

« Toute la mer va vers la ville » 

« Toute la mer va vers la ville »
Imaginaires urbains/imaginaires marins (19e-20e siècles)

Journée d’étude 

organisée par Juliette Azoulai (Université Gustave Eiffel)

dans le cadre du projet URBANATURE

Vendredi 14 avril 2023

Maison de l’Océan, 195 rue Saint-Jacques, 75005 Paris

Programme colloque Toute la mer

 

Cette journée d’étude interdisciplinaire se propose d’interroger le lien entre les représentations de la ville et celles du monde marin du 19e au 20e siècle, afin de mieux comprendre comment l’imaginaire de l’océan a pu informer notre vision de l’univers urbain.

Imaginaire urbain et imaginaire marin ont pu apparaître parfois comme antithétiques. Dans Le Territoire du vide, Alain Corbin a ainsi montré comment, avec la révolution industrielle, le sentiment d’une dégradation des environnements urbains engendre une attirance croissante pour le rivage et le littoral : à la ville désormais vécue comme malsaine et toxique, s’oppose alors la mer, lieu de pureté, de santé et de régénération, selon les principes de la médecine néo-hippocratique. Jules Michelet dans La Mer (1861) fera de cette antithèse une opposition existentielle : à « la vie de la grande ville (frivolité, vulgarité, fausse gaieté, etc.) », nocive et mortifère, il faut préférer la vita nuova, la vie renouvelée de celles et ceux qui se conforment au modèle vital proposé par la nature marine. De même certains projets anarchistes, dans le cadre notamment du réformisme naturiste, préconisent l’abandon des villes et le « retour à la mer » (voir Arnaud Baubéraud, Histoire du naturisme : le mythe du retour à la nature). Dans un autre champ de la pensée, en philosophie, Deleuze et Guattari opposeront, dans Mille Plateaux (1980), l’océan comme archétype de l’espace lisse, ouvert et nomade, à la ville, modèle par excellence de l’espace strié, cloisonné et sédentaire.

Mais les images de la ville et celles de la mer entretiennent également des rapports d’analogie. En énonçant le désir de quitter « le noir océan de l’immonde cité pour un autre océan où la splendeur éclate », Baudelaire affirme à la fois une distinction radicale entre les deux espaces, et leur profonde gémellité. Victor Hugo qui affirmait avoir eu dans sa vie « deux passions, Paris et l’Océan », ne cesse de tracer dans ses œuvres des parallèles entre ces deux univers. Dans Notre Dame de Paris, le romancier évoque « la marée montante du pavé » ; le déchaînement des vagues sur un écueil ressemble à une émeute de rue dans Les Travailleurs de la mer ; les barricades sont présentées dans les Misérables comme des digues naturelles construites par l’océan social. Dès la première moitié du 19e siècle, l’océanographie fournit un miroir à la sociologie des métropoles, avec l’apparition de la métaphore maritime des « bas-fonds », pour désigner l’abîme social des quartiers où règnent, dans les grandes villes, le vice, la misère et le crime. Et dans Le Père Goriot, Balzac définit la capitale comme « un véritable océan », dont la profondeur était restée jusqu’à lui inexplorée des « plongeurs littéraires ». On pourra donc interroger ce rôle de l’imaginaire océanique dans les sciences sociales, mais aussi dans la géographie : en 1895, Élisée Reclus décrit les « villes énormes » comme des « pieuvres géantes » qui étendent sur la campagne environnante leurs ventouses et Verhaeren, dans la même mouvance libertaire, évoquera quant à lui les « villes tentaculaires ». Il importerait de comprendre pourquoi l’animal marin constitue un paradigme pour penser la monstruosité du développement urbanistique moderne.

Si ville et mer fonctionnent ainsi en miroir, c’est aussi qu’à la même époque la mer pénètre dans la ville, avec notamment le développement des aquariums publics, qui rendent visible pour le grand public citadin le « dedans de la mer » (Hugo). Attraction très populaire, mise en valeur notamment lors des expositions universelles, l’aquarium d’eau de mer mêle étroitement l’expérience marine à l’expérience citadine, ce qui rejaillit sur la vision de la ville elle-même : la salle à manger du grand hôtel de Balbec ou l’opéra chez Proust apparaissent ainsi comme des mondes sous-marins ; de même chez les surréalistes qui océanisent Paris, à l’instar d’Aragon décrivant le « Passage de l’Opéra » éclairé d’« une lueur verdâtre, en quelque manière sous-marine ». En outre, le mobilier et l’architecture modern style trouvent une source d’inspiration dans les formes du monde océaniques, popularisées par les dessins d’Ernst Haeckel : Robert de la Sizeranne stigmatise ainsi le « style sous-marin » qui, selon lui, caractérise la décoration de l’art nouveau ; on peut aussi penser à la « porte monumentale » de l’exposition universelle 1900, conçue par René Binet en forme de radiolaire, ou aux architectures de Gaudi, telles que la Casa Batlló (1906). Et tout au long du 19e siècle et jusqu’au début du 20e siècle se formule le projet plus ou moins utopique de faire de Paris un port de mer en approfondissant le lit de la Seine ou en construisant des canaux : de Jules Verne (Paris au 20e siècle) à Blaise Cendrars (« Paris, port de mer » dans Bourlinguer [1948]) on pourra tenter de saisir le sens et la portée de ce rêve urbain, de même que la fascination des artistes au tournant du siècle pour une ville marine comme Venise (voir Sophie Basch, Paris-Venise).

En parallèle de ces rêves d’intégrer la mer dans la ville, certains textes imaginent des villes dans la mer, remobilisant les vieux mythes des cités englouties, comme l’Atlantide ou la ville d’Ys. Si, dans son poème « La cité en la mer », Poe y voit le lieu effrayant où « la Mort s’est élevée un trône », si Lovecraft fera de la ville sous-marine de R’lyeh l’espace d’une révélation gnostique et atroce (« L’Appel de Chtulu », 1928), d’autres auteurs, comme Gide, se représentent « la cité dans la mer engloutie » comme un havre de tranquillité où « au porche de l’église noyée – goûter l’ombre et l’humidité » (Le Voyage d’Urien, 1893). Enfin certaines fictions d’anticipation proposent des utopies ou dystopies de villes marines (qu’on pense à L’Île à Hélices ou à Une ville flottante de Verne ou à la « cité internationale et sous-marine de Central-Tube » dans Le Vingtième siècle [1893] de Robida). Or ces hypothèses littéraires trouveront un prolongement, à partir des années 1960, dans certaines expérimentations d’habitat aquatique, comme le « village sous-marin » en mer Rouge du commandant Cousteau (Un monde sans soleil, 1964) ou les recherches architecturales de Michel Ragon (Les Cités de l’avenir, 1966) ou de Jacques Rougerie, qui avec son projet Galathée (1977) crée le prototype d’une maison sous-marine. De l’idéal au réel, de la spéculation à la réalisation, le milieu marin apparaît ainsi comme un laboratoire où sont testées de nouvelles formes de vie sociale.

De la sociologie à l’architecture, en passant par la médecine, la géographie et les arts, la question des rapports entre l’imaginaire de la ville et l’imaginaire de la mer se décline dans de nombreux champs du savoir, dont il convient d’étudier les spécificités. Nous tenterons à cette occasion d’éclairer le rôle joué par la littérature (ses fables, ses images) dans cette mise en relation du monde urbain et du monde marin.

Les propositions de communication, accompagnées d’un titre, sont à envoyer à Juliette.Azoulai@univ-eiffel.fr avant le 15 septembre 2022.

Bibliographie :

Basch Sophie, Rastaquarium : Marcel Proust et le « modern style », Turnhout, Brepols, 2014.

Camus Christophe, « Expérimenter les ambiances sous-marines par l’architecture ?», Ambiances 4, 2018. URL : http://journals.openedition.org/ambiances/1748

Corbin Alain, Le Territoire du vide, L’Occident et le désir du rivage 1750-1840, Paris, Aubier, 1988.

Foucrier Chantal et Guillaud Lauric (dir.), Atlantides imaginaires : réécritures d’un mythe, Paris, M. Houdiard, 2005.

Harter Ursula, Aquaria in Kunst, Literatur und Wissenschaft, Heidelberg, Kehrer Verlag, 2014.

Kalifa Dominique, Les Bas-Fonds. Histoire d’un imaginaire, Paris, Seuil, 2013.

Le Gall Guillaume, Aquariorama. Histoire d’un dispositif, Mimésis, Milan, 2022.

Lorenzi Camille, « L’engouement pour l’aquarium en France (1855-1870) », Sociétés & Représentations, vol. 28, n° 2, 2009, p. 253-271.

Molina Géraldine, « L’influence de la littérature sur les représentations de la ville – L’exemple de la ”ville tentaculaire” ou l’instrumentalisation politique d’une matrice poétique », Bulletin de l’Association de géographes français, Association des Géographes Français, 2007, p. 287-303.

Reclus Élisée, The evolution of cities, 1895.

IllustrationRené Binet, « Projet pour la Porte monumentale de l’Exposition universelle de 1900 », 1898, aquarelle sur papier, Sens, musées municipal et de l’Orangerie. 

Résultats du concours littéraire “La nature en ville”

Le samedi 21 mai 2022 ont été proclamés, au Muséum national d’Histoire naturelle, les résultats du concours de nouvelles « La nature en ville ». Les organisateurs tiennent avant tout à remercier l’ensemble des 83 participants à ce concours organisé par le programme URBANATURE (I-site FUTURE, Université Gustave Eiffel), en collaboration avec l’équipe URBA (CESCO) du Muséum national d’Histoire naturelle. À la suite d’une première sélection de 16 finalistes, le jury a attribué les prix suivants :

1er prix ex-aequo
Hariposture et feuillitude
Patrick Fontana

1er prix ex-aequo
MYCo Ta
Ariel Masset

2e prix
Neaumade
Florentin Grévy

Mentions spéciales du jury (par ordre alphabétique)

Cicatrices
François Angevin

Sylvie
Jérémy Dubarry

Le grand recouvrement
Marie-Hélène Moreau

Nous tenons à remercier chaleureusement les deux parrains du concours Guillaume Lecointre (Muséum national d’Histoire naturelle) et Pierre Senges (écrivain) et l’ensemble des membres du jury.

Ont participé à la sélection des finalistes :  Juliette Azoulai, Jonathan Barkate, Nacima Baron, Clément Brunet, Pietro Clesi, Cerise Domalain, Philippe Gambette, Lucie Gournay, Carmen Husti, Sofia Mahtallah, Cynthia Maillot, Anna Lamrani, Mathilde Langeard, Eva Lebois, Claire Lejcowski, Anne Letty, Carla Luttenbacher, Nathalie Machon, Sophie Malo-Etienbled, Oriane Maumus, Romain Menini, Roxane Pare, Kevin Pelladeaud, Bénédicte Percheron, Catherine Piot, Michèle Ribot, Yohann Ringuedé, Virginie Tahar, Tristan Tailhades

Ont participé à la sélection finale des lauréats le 15 mai :

Juliette Azoulai (Université Gustave Eiffel)
Nicole Caligaris (écrivaine)
Hélène Frédérick (écrivaine)
Carmen Husti (Université Gustave Eiffel)
Guillaume Lecointre (Muséum national d’Histoire naturelle)
Nathalie Machon (Muséum national d’Histoire naturelle)
Bénédicte Percheron (Université Gustave Eiffel)
Alexandre Postel (écrivain)
Véronique Roy (Muséum national d’Histoire naturelle)
Mathilde Schneider (directrice des Musées Beauvoisine – Rouen)
Pierre Senges (écrivain)
Gisèle Séginger (Université Gustave Eiffel)
Virginie Tahar (Université Gustave Eiffel)

Remise des prix au Muséum national d’Histoire naturelle. De gauche à droite : Patrick Fontana, Pierre Senges, Ariel Masset et Gisèle Séginger.

Photo par Björn Strausmann sur Unsplash

Couleurs et odeurs de la biodiversité urbaine

Rouen – 23 mai 2022

    •  10h 30-12 h – Balade urbaine : « Couleurs et odeurs de la biodiversité urbaine » par Bénédicte Percheron (docteur en histoire, Université Gustave Eiffel)

Cette promenade urbaine, menée rue des Petites-Eaux-de-Robec, reviendra sur l’utilisation des ressources naturelles par les industries textiles, mais aussi par la parfumerie. Elle s’intéressera à la biodiversité locale et aux expériences de renaturation conduites sur ce territoire singulier, tant historiquement qu’écologiquement.

Rendez-vous dans la cour intérieure de la Clinique Saint-Hilaire au pied du séquoia.

    • 14h 30 : visite des réserves du Muséum national de l’Éducation par Béatrice Allais (chargée de conservation et de recherche, MUNAÉ) et Bénédicte Percheron (docteur en histoire, Université Gustave Eiffel).

Réservations obligatoires : benedicte.percheron@univ-eiffel.fr

Organisation : Bénédicte Percheron

En collaboration avec le Musée National de l’Éducation (MUNAÉ)

Illustration : l’auberge de jeunesse de Rouen (ancienne teinturerie Auvray), rue des Petites-Eaux de Robec, B. Percheron.

COLLOQUE

Flore et Faune des villes : réalités et fictions

20 et 21 mai 2022
 

  Lieu : Muséum national d’Histoire naturelle
57 rue Cuvier, 75005 Paris
 

 Vendredi 20 mai 2022
Amphithéâtre de Paléontologie et d’Anatomie comparée


 Séance 1 – Penser et imaginer la nature
9h-10h 30 – Présidence : Nathalie Machon

Frédéric DUCARME (Muséum national d’Histoire naturelle)
La ville: anti-nature ou seconde nature ?

Pascal DURIS (Université de Bordeaux)
Tournefort, Linné ou Jussieu ? Le dilemme des jardins botaniques autour de 1800

Sara WELLMAN (Université du Mississippi)
Sébastien Mercier : tableau de la nature en ville avant 1789

Séance 2 – Nature spontanée, nature inventée
10h 45-11 h 45 – Présidence : Frédéric Ducarme

Jérôme MATHIEU (Sorbonne Université)
La faune du sol dans les villes

Xavier LAGURGUE et Flavie MAYRAND (CESCO, Muséum d’Histoire naturelle)
La végétalisation du bâti
 

Visite des Grandes Serres du Jardin des Plantes
14 h – 15h 20

Séance 3 – Acclimater et exploiter la nature en ville
15h 30- 17h – Présidence de séance : Patrick Matagne

Émilie-Anne PEPY (Université Savoie Mont Blanc)
Paris au tournant des XVIIIe et XIXe siècles : arbres étrangers et exotiques

Marine BELLÉGO (Université de Paris): La jungle et le jardin : domestiquer la nature urbaine à Calcutta au XIXe siècle

Bénédicte PERCHERON (Université Gustave Eiffel)
L’histoire naturelle au secours de l’industrie et du commerce citadins

 

Samedi 21 mai 2022
Auditorium de la Grande Galerie de l’Évolution

 Séance 4 – Regards sur la faune des villes
10h-11h 30 – Présidence : Bénédicte Percheron

Rémi GRISAL (Université Aix-Marseille)
Les invasions de sauterelles à Marseille (1803-1834)

Catherine RADTKA (HT2S – Conservatoire national des arts et métiers)
Le pigeon parisien, du héros militaire à la nuisance 

Aude LALIS et Benoit PISANU (PatriNat, Muséum d’Histoire Naturelle)
Le rat en ville

Séance 5 – Paris : reconstitutions imaginaires
             11h 45-12h 45 – Présidence de séance : Gisèle Séginger

Tristan Tailhades (LISAA, Université Gustave Eiffel)
Paris avant Paris : la faune préhistorique parisienne dans la littérature du XIXe siècle

Virginie TAHAR (LISAA, Université Gustave Eiffel)
“Fientaisies” animales et végétales dans le Paris des oulipiens (Queneau et Roubaud)

Séance 6 – Nature éternelle, villes modernes
14h 15-15h 45 – Présidence : Juliette Azoulai

Carmen HUSTI (Université Gustave Eiffel)
Flore des villes : la bonne nature dans la trilogie des Trois villes d’Émile Zola

Gisèle SÉGINGER (Université Gustave Eiffel)
Serres littéraires et jardins d’hiver au XIXe siècle

Yohann RINGUEDÉ (Université Gustave Eiffel)
Le « Poëme du Jardin des Plantes » (Hugo):  l’animal sauvage au cœur de la ville

Séance 7 – Documenter la biodiversité urbaine
16h-17h 30 – Présidence : Jérôme Mathieu

Guillaume BAGNOLINI (Université de Montpellier)
Science participative et émotions ou le développement d’une préoccupation pour la nature en ville

Patrick MATAGNE (Université de Poitiers)
Joseph Vallot : la flore de Paris à l’épreuve de l’écologie

Nathalie MACHON et Nathan HAINE (CESCO, Muséum national d’Histoire naturelle)
Les 10 ans de « Sauvages de ma rue »

17h 40-18h
Lecture de Pierre SENGES

18h
Remise des prix du concours littéraire La nature en ville

 

Organisatrices du colloque : Nathalie Machon (CESCO – Muséum national d’Histoire naturelle) et Gisèle Séginger (LISAA – Université Gustave Eiffel)

Contact : benedicte.percheron@univ-eiffel.fr

Photographie : Gregory Hayes, Unsplash