Tous les articles par Urbanature

Écologie urbaine et pensée libertaire : la ville future des anarchistes

Responsable : Claude Rétat (CNRS)

Le mouvement anarchiste de la deuxième moitié du XIXe siècle développe sur plusieurs plans une pensée de la ville future : sur un plan utopique (cités idéales), sur un plan théorique (réflexions sur l’habitat et sur les monuments, par exemple), sur le plan de la représentation (romans, fictions…) ou sur le plan de la réalisation (interventions dans la ville par des architectes, ingénieurs, artistes ; mise sur pied de colonies). En 1893, Henry Olerich, un utopiste américain, publie un ouvrage au titre significatif : A cityless and countryless World (recueilli par Max Nettlau dans sa Bibliographie de l’anarchisme, 1897). Penser la ville future va au-delà de la dichotomie de la ville et de la campagne, dichotomie qui est elle- même le témoin d’un monde fracturé appelé à disparaître, tandis qu’humanité et nature se rejoindraient en couvrant, ensemble, le globe. Cette ville future qui va au-delà de la ville révèle tout le rapport anarchiste à la nature, au sauvage et à la culture, à l’idéologie, à l’art et au travail. Elle rend sensible une vision du monde, pour qui en somme humanité et nature ne font qu’un : habitat et travail humain réintégrés dans un grand tout, l’humain étant naturalisé, la nature étant humanisée.

Illustration : New harmony, utopie urbaine de Robert Owen. «The Association of all Classes of all Nations», London, Lincoln’s Inn Fields, 1838.

Espace urbain et espace agricole : perspectives historiques

Responsable : Julien Vincent (Paris I)

La supposée séparation entre espace urbain et espace agricole dans les sociétés commerciales a été théorisée au XIXe siècle. De Jean-Baptiste Say à Karl Marx en passant par Johann Heinrich von Thünen, de nombreux auteurs sont partis d’une analyse de la division du travail pour repenser les rapports entre ville et campagne. Leurs analyses mettent en lumière la domination du premier espace sur le second, l’importance des infrastructures reliant les marchés urbains à des terres de plus en plus éloignées, et la spécialisation agricole au niveau local ou régional en fonction des besoins de la ville. Or la réalité des villes du XIXe siècle est bien différente (Allain, 2012 et Barles, 2019) comme en témoigne à la fois la documentation historique et les textes littéraires. Il existe dans les villes en pleine croissance, une omniprésence de la nature à laquelle l’historiographie s’est encore assez peu occupée. Elle se manifeste à la fois par la densité de la population animale en ville – celle-ci n’a sans doute jamais été aussi élevée, en proportion de la population humaine, qu’au XIXe siècle — mais aussi par l’omniprésence des végétaux, soit à travers l’agriculture, le jardinage et le maraîchage, encore peu étudiés, soit à travers les jardins d’agrément, parcs public et jardins botaniques, ces derniers étant eux-mêmes insérés dans un réseau international reliant entre elles les villes européennes et coloniales.

Illustration : équipage d’une maraîchère traversant la place de la Concorde, Agence Rol, K257541, 1904-1908, BNF

Pré-écologie et biodiversité urbaine : l’émergence des concepts, la transformation des sensibilités

Responsables : Gisèle Séginger et Patrick Matagne (histoire de l’écologie, université de Poitiers)

L’ébauche d’une idée d’économie et d’équilibre de la nature se trouve paradoxalement dans la pensée créationniste de Linné. Mais c’est surtout dans le contexte du transformisme et du darwinisme dont la diffusion culturelle est considérable dans le domaine littéraire, philosophique et politique que s’élaborent quelques concepts clés de la future écologie. Dans une perspective d’histoire des mentalités et d’histoire des sensibilités (Corbin, 2013), et en nous appuyant à la fois sur des textes scientifiques et des textes littéraires ou philosophiques, nous tiendrons compte aussi des changements survenus en relation avec certaines tendances culturelles et certains moments historiques (romantisme et esprit de 48, essor du positivisme et du matérialisme, naturalisme, impressionnisme et mouvement de laïcisation républicaine à la fin du XIXe siècle) ou avec les grandes tendances économiques liées à l’industrialisation et à la dépopulation des campagnes.

Il conviendra de s’interroger sur la diffusion et/ou la vulgarisation des savoirs, sur les réseaux savants/écrivains et d’aborder le rôle des sociabilités savantes de province (1800- 1914) qui ont été des auxiliaires essentiels de la vie scientifique et culturelle locale (gestion et parfois création de jardins botaniques, de musées, de bibliothèques ; conférences, promenades urbaines).

Illustration : Jean-Baptiste Hilair, Jardin du Roy. La nouvelle serre prise du Jardin de Botanique, dessin à la plume et encre de Chine, aquarelle et rehauts de blanc, 17,2 x 25 cm, Paris, Destailleur, t. 4, 1794, p. 741, BNF, département Estampes et photographie, RESERVE FOL-VE-53 (F).