Tous les articles par Urbanature

Anne-Caroline Prévot

Anne-Caroline Prévot est chercheur au CESCO (Muséum national d’histoire naturelle) et responsable de l’équipe TEEN (Transition écologique et expériences de nature).

Écologue de formation et biologiste de la conservation, Anne-Caroline Prévot travaille à l’interface entre plusieurs disciplines de sciences humaines et sociales, notamment la psychologie de la conservation. Ses recherches, menées avec ses collègues et étudiants, visent à comprendre les liens croisés entre expérience de nature, conservation de la biodiversité et lien social. Le but est de savoir comment les expériences de nature et les comportements associés, interagissent avec les dynamiques de la biodiversité, la conservation de celle-ci, notamment à travers la mobilisation de nouveaux liens sociaux. Leurs terrains d’étude se situent principalement en France et dans les pays de culture dite occidentale, dans des milieux anthropisés (ville, mais aussi milieux ruraux). Anne-Caroline Prévot s’intéresse à l’individu dans sa relation à la nature de proximité, mais en tant que personne intégrée dans un ou plusieurs groupes sociaux (famille, groupe d’amis, association, entreprise, collectivité ou pays). Ses perspectives de recherche pour 2021 sont d’explorer aussi la co-construction de nouveaux récits du futur, en passant par la fiction et la science-fiction.

Axe de recherche 

biologie de la conservation
expérience de la nature et lien social
récits du futur

Principales publications 

M. Levé, A. Colléony, P. Conversy, A.C. Torres, M.X. Truong, C. Vuillot et A.C. Prévot, «Convergences and divergences in understanding the word biodiversity among citizens: a French case study», Biological Conservation, 2019, 236, p. 332-339.

M.X. Truong, B. Bonnefoy et A.C. Prévot, «About smells and nature: an exploratory study on the links between environmental identity, smell sensitivity, and sensory uses of natural spaces», Psyecology, 2019.

A.C. Torres, A.C. Prévot et S. Nadot, «Small but powerful: the importance of French community gardens for residents», Landscape and Urban Planning, 2018, 180, p. 5-14.

A. C. Prévot, H. Cheval, R. Raymond et A. Cosquer, «Routine experiences of nature in cities can increase personal commitment toward biodiversity conservation», Biological conservation, 2018, 226, p. 1-8.

Z. Skandrani, M. Desquilbet et A.C. Prévot, A renewed framework for urban biodiversity governance: urban pigeons as a case-study, Nature, Sciences Sociétés, 2018.

M.X. Truong, A.C. Prévot et S. Clayton, «Gamers like it green: The significance of vegetation in online gaming»? Ecopsychology, 2018.

A. Colléony, L. Martin, N. Misdariis, S. Clayton, M. Saint-Jalme et  A.C. Prévot, 2017. Exoticism as a Mediator of Everyday Experiences of Nature: an Anthropological Exploration of Soundscape in Zoos. Human Ecology, 2018, 45, p. 673-682.

A.C. Torres, S. Nadot, A.C. Prévot, «Specificities of French community gardens as environmental stewardships», Ecology and Society, 22(3), 2017, p. 28.

S. Clayton, A. Colléony, P. Conversy, E. Maclouf, L. Martin, A.C. Torres, M.X. Truong et A.C. Prévot, «Transformation of experience: Toward a new relationship with nature», Conservation Letters 10, 2017, p. 645-651.

Approche écopoétique du XIXe siècle 

L’Atelier du XIXe siècle

Séminaire de la Société des études romantiques et et dix-neuviémistes, le 10 avril 2021 en visioconférence.

Présentation sur le site de la SERD

Programme

9h30 – Introduction par Aude Jeannerod (Université catholique de Lyon)

9h45 – Michel Collot (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3) : « Le sentiment de la nature, du romantisme à l’écocritique »

10h15 – Yvon Le Scanff (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3) : « Senancour et la nature : une écopoétique romantique »

10h45 – Discussion

11h – Daniel Finch-Race (Université Ca’ Foscari de Venise) : « Vers une écopoétique sylvestre chez Mallarmé »

11h30 – Isabelle Moindrot (Université Vincennes-Saint-Denis Paris 8) : « Quelques pistes pour une approche écopoétique du grand opéra français »

12h – Élisabeth Plas (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3) : « Métaphorologie romantique et écopoétique »

12h30 – Discussion

L’Atelier aura lieu en visioconférence via Microsoft Teams. Pour obtenir le lien de
connexion, merci d’adresser un courriel à l’organisatrice : a.jeannerod@yahoo.fr

Sociétés savantes, pratiques naturalistes et nature en ville (XIXe-XXIe siècles)

Journée d’étude
Appel à communication 

22 octobre 2021

Fondation Maison des Sciences de l’Homme

54 Boulevard Raspail, 75006 Paris

Plus d’un millier de sociétés savantes sont créées en France au cours du XIXe siècle (Chaline, 1995 ; Fox, Weisz, 1980). Environ un tiers pratiquent l’histoire naturelle, souvent dans un cadre pluridisciplinaire (sciences, lettres, histoire, archéologie, arts, etc.). Des sociétés spécialisées dans différents domaines de l’histoire naturelle sont fondées, surtout à partir de la seconde moitié du siècle (entomologie, mycologie, malacologie, géologie, botanique, zoologie, minéralogie, etc.). Leurs publications répondent aux attentes d’un lectorat hétérogène. Elles sont animées par des « amateurs », une catégorie dont les contours sont difficiles à saisir. Jusqu’à aujourd’hui, « amateurs » ou « profanes » pratiquent des sciences de « plein air », nécessitant du temps mais peu de matériel et de prérequis. On peut alors se demander comment se négocient les rapports entre profanes et scientifiques, avec la montée en puissance des professionnels (Charvolin, Micoud, Nyhard, 2007).

Au XIXe siècle, les naturalistes arpentent leur « petite patrie locale », ceux des plaines découvrent la montagne (Pont, Lacki, 2000). Les excursions laissent une place importante à la collecte et la collection, à l’observation et à l’érudition. Les données s’accumulent, publiées dans des bulletins périodiques, des catalogues, des monographies, des guides, des Flores et des Faunes. Des travaux sont impulsés et diffusés par le Comité des Travaux Historiques et scientifiques (fondé en 1834), circulent au sein du réseau des sociétés locales, nationales et des colonies, parfois des sociétés étrangères.

Les comptes rendus d’activités, les séances publiques, les célébrations et autres rituels académiques assurent aussi la promotion d’une forme de sociabilité à dominante masculine, d’un certain mode de vie français (gastronomie, convivialité, humour, exploits sportifs, etc.). Les querelles à propos de découvertes locales, la valorisation excessive du singulier, l’accumulation et la confiscation de données, la culture de l’entre soi, seraient symptomatiques d’une forme d’idiosyncrasie propre à ces groupes constitués, tantôt courtisés, tantôt dévalorisés par des savants professionnels (Claude Bernard par exemple) et par les institutions centralisées. Ces représentations ont longtemps fait considérer leurs productions comme indigentes, sur le plan scientifique.

La prise en compte de la diversité des productions et des activités des sociétés savantes : littérature naturaliste, participations à des manifestations scientifiques, gestion et création de jardins botaniques, musées, bibliothèques, conduit à interroger leur caractère savant, leur visibilité dans l’espace public, leur ancrage culturel local. Si leurs productions sont importantes, les institutions centralisées les ont longtemps considérées comme indigentes, sur le plan scientifique. Elles suscitent pourtant l’intérêt d’écrivains, plus ou moins célèbres, comme Hector Malot, Ernest Cotty ou encore Maurice Maindron.

Dans les sciences du vivant, des sociétés savantes manifestent l’appropriation de concepts scientifiques : fixisme de Cuvier, transformisme de Lamarck, évolutionnisme de Darwin, concepts taxinomiques, phytogéographiques, zoogéographiques et écologiques, etc. En phytogéographie, elles construisent des programmes qui développent des problématiques écologiques ancrées dans des territoires (Matagne, 1999).

Au XIXe siècle, les données relatives à la faune et la flore rurale et sylvestre sont abondantes. À la fin du siècle naît une tradition naturaliste qui s’intéresse à la nature en ville. Il semblerait que pour la France les recherches les plus nombreuses concernent la capitale. En Province, des sociétés savantes contribuent à introduire ou à maintenir la nature en ville par le biais de jardins botaniques, qui présentent des espèces indigènes, exotiques, cultivées. Ce sont des terrains d’expérimentations (acclimatation, sélection, hybridation), qui rendent visible les références des concepteurs dans les domaines de la systématique (système de Linné, méthode de Jussieu, etc.), de la géographie botanique et de l’écologie (Fischer, 1999). Ouverts au public, les jardins de ville ont un rôle scientifique, culturel, pédagogique (visites-conférences, leçons pour les enfants des écoles, pour les étudiants en médecine et pharmacie), économique (pour les agriculteurs, agronomes et industriels). Ils s’inscrivent dans un plan d’urbanisme marqué par le courant hygiéniste, par le modèle des cités jardins à l’anglaise pensées en réaction à une forte urbanisation et industrialisation.

En zoologie, un essor des publications est relevé dans les années 1930-1950, notamment sur les mammifères de Paris et de sa banlieue. Jusqu’à aujourd’hui, les Rencontres naturalistes d’Île-de-France mobilisent le réseau associatif aux côtés d’institutions et de laboratoires (CNRS, MNHN, universités). À la fin du siècle, Paris Espace Nature passe commande de travaux sur des classes de vertébrés (oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles).

Le succès des publications ornithologiques peut être corrélé avec la multiplication des associations fédérées par la Ligue pour la protection des oiseaux (fondée en 1912) et la Société d’études ornithologiques de France (fondée en 1993). Une partie des études concernent l’avifaune urbaine. Pour les invertébrés, les travaux sont plus rares (notons ceux de l’Association des Coléoptéristes de la Région Parisienne, fondée en 1923) (Maurin, Henry, 1997).

Le congrès international de botanique (Paris, 1954) valorise les amateurs et les contributions des sociétés savantes. Les actes recensent des publications de l’après-guerre qui s’inscrivent dans une tradition des « herborisations parisiennes », qui remonterait à la fin du XIXe siècle. L’herbier parisien de Paul Jovet, actif dans plusieurs sociétés savantes, contient des espèces banales – des mauvaises herbes – et exotiques collectées pendant des décennies dans les friches, décharges, terrains de construction, rues, voies de chemin de fer et du métro aérien, ruines de la dernière guerre. Ses observations sur la flore urbaine de Paris et sur l’anthropisation des milieux interrogent la validité de certains concepts écologiques dans des milieux particulièrement sélectifs (Jovet, 1954 et Lizet, Wolf, Celecia, 1999).

Dans le dernier tiers du XXe siècle, une impulsion est donnée à l’étude de la nature dans des capitales (Paris, Chicago, Londres, Berlin, Bruxelles), dans le contexte d’émergence d’une nouvelle demande sociale en matière d’écologie, de structuration de la biologie de la conservation et du concept de biodiversité. En France se met en place le réseau des villes durables.

Des citoyens sont initiés, voire formés à des pratiques naturalistes. Excursions, séances de détermination et stages sont régulièrement proposés par des associations, parfois par des universités à destination des étudiants. Les amateurs d’aujourd’hui, profanes, bénévoles, investissent des terrains délaissés par les professionnels. Comme leurs prédécesseurs du XIXe siècle, leurs découvertes visent à combler un défaut de connaissance de la biodiversité. Ils réalisent des inventaires, mettent à l’épreuve les hypothèses scientifiques des chercheurs (sciences participatives). À la connaissance s’ajoute la vigilance collective, citoyenne, permettant d’appréhender la dynamique complexe de la biodiversité urbaine, de documenter la recherche, de médiatiser des demandes sociales et culturelles en matière de santé (maladies vectorielles, allergies dues aux pollens), d’influer sur les choix opérés (espèces patrimoniales, invasives, notions controversées d’espèces utiles ou nuisibles etc.). Des décisions en matière d’aménagement urbain intègrent des données naturalistes et écologiques : trames vertes et bleues passant par des zones urbaines pensées dans le cadre de l’écologie du paysage, éco-quartiers et éco-villes, jardins en mouvement, jardins publics et privés qui valorisent un patrimoine naturel urbain et périurbain. On assisterait à un renouveau des pratiques naturalistes et de la systématique, utilisatrice des derniers développements de la génomique et des technologies informatiques, à un renouvellement de l’expertise des amateurs (Bonneuil, Joly, 2013 ; Mauz, 2011 et Péty, 2020).

Des publications de vulgarisation destinées à un public familial sont consacrées à la faune urbaine – sauvage et domestique – aux petites bêtes de la maison, à la fabrication de nichoir, à l’implantation de ruches, etc.

La nature en ville dispense des aménités aux citadins, elle fait l’objet de multiples usages, rend des services écologiques (Mathis, Pépy, 2017). La ville met à l’épreuve des concepts scientifiques, renouvelle les savoirs et les pratiques naturalistes, qui dépassent les domaines de la biologie et de l’écologie scientifique. L’écologie urbaine associée à l’école de Chicago du début du XXe siècle, la ville écologique (années 1960), la ville durable (années 1990) interrogent les évolutions des relations ville-nature et des dynamiques des systèmes urbains, avec leurs composantes sociales, culturelles, biologiques (Blanc, 1998 ; Rudolf, 2008).

Les termes : sociétés savantes, pratiques naturalistes, nature en ville, ont été retenus comme éléments d’articulation de communications qui s’inscriront dans un cadre chronologique commençant au XIXe siècle.

Ces journées d’étude ont pour objectif d’interroger la production, la diffusion et la médiation des savoirs par les réseaux savants, d’aborder le rôle des sociabilités savantes à partir du XIXe siècle, les transformations opérées aux XXe et XXIe siècles, les nouveaux enjeux relatifs aux savoirs naturalistes, à l’écologie et à la biodiversité urbaine, à la diversité des formes de demande sociale et culturelle de nature en ville.

Les questionnements pourront s’organiser autour de plusieurs thématiques :

– L’évolution de la figure de l’amateur, de ses terrains et pratiques naturalistes, en lien avec les transformations du modèle historique de sociabilité construit autour des sociétés savantes. La négociation des rapports entre amateurs/profanes et scientifiques, avec la montée en puissance des professionnels. La présence des femmes et leurs catégories socio-professionnelles.

– L’émergence de nouveaux centres d’intérêt et de nouveaux territoires pour l’étude de la nature. La naissance et l’évolution d’une tradition des excursions naturalistes urbaines. L’introduction, la conservation et la gestion de la nature en ville. Les naturalistes à l’épreuve de la ville : enjeux scientifiques, culturels, démocratiques, sociétaux.

– La nouvelle image de modernité, le renouveau des inventaires de la biodiversité lié à l’utilisation de technologies numériques et à l’implication des amateurs ou profanes dans des programmes de recherche collaborative ou participative. Légitimité, expertise.

– Les acteurs de la médiation scientifique, pédagogique et culturelle. Pratiques et discours, inclusion sociale et culturelle. Les relations entre les réseaux associatifs, les pouvoirs politiques, les décideurs, les professionnels et les profanes. Interactions avec le monde littéraire ; participation aux travaux des sociétés ; réception de l’action des sociétés savantes.

Les réponses à l’appel prendront la forme de propositions (titre, 20 lignes, mots-clés) adressées avant le 30 juin 2021 à patrick.matagne@univ-poitiers.fr et à benedicte.percheron@univ-eiffel.fr pour une annonce du programme début juillet et la tenue de journées d’étude l’après-midi du 21 et le 22 octobre 2021.

Responsable : Patrick Matagne

Comité scientifique
Pascal Duris (Université de Bordeaux), Patrick Matagne (Université de Poitiers), Bénédicte Percheron (Université Gustave Eiffel), Gisèle Séginger (Université Gustave Eiffel) et Julien Vincent (Université Patris 1 Panthéon-Sorbonne).

Bibliographie
BLANC Nathalie, « 1925-1990 : l’écologie urbaine et le rapport ville-nature », in Espace géographique, tome 27, n°4, 1998.p. 289-299.

BONNEUIL Christophe, JOLY Pierre-Benoît, Sciences, techniques et société, La Découverte, coll. « Repères Sociologie », 2013.

CHALINE Jean-Pierre, Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France, Éditions du CTHS, 1995.

CHARVOLIN Florian, MICOUD André, NYHART Lynn K., Des sciences citoyennes ? La question de l’amateur dans les sciences naturalistes, Éditions De L’aube Aube Essai, 2007.

FISCHER Jean-Louis (dir.), Le jardin entre science et représentation, Éditions du CTHS, 1999.

FOX Robert, WEISZ George, The organization of Science and Technology in France, 1808-1914, Cambridge University Press, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 1980.

JOVET Paul, « Flore et phytogéographie de la France », Histoire de la botanique en France, 8e congrès international de botanique, Paris-Nice, 1954, p. 243-268.

LIZET Bernadette, WOLF Anne-Elisabeth, CELECIA John, Sauvages dans la ville : de l’inventaire naturaliste à l’écologie urbaine : hommage à Paul Jovet (1896-1991), Muséum national d’histoire naturelle, 1999.

MATAGNE Patrick, Aux origines de l’écologie. Les naturalistes en France de 1800 à 1914, Paris, éditions du CTHS, 1999.

MATHIS Charles-François, PEPY Emilie-Anne, La ville végétale. Une histoire de la nature en milieu urbain (France, XVIIe – XXIe siècle), Champ Vallon, 2017.

MAURIN Hervé, HENRY Jean-Pierre, « Les inventaires du patrimoine naturel en milieu urbain », in Sauvages dans la ville. De l’inventaire naturaliste à l’écologie urbaine, Journal d’agriculture traditionnelle et de botanique appliquée, 39ᵉ année, bulletin n°2, 1997, p. 333-355.

MAUZ Isabelle, « Le renouveau des inventaires naturalistes au début du XXIe siècle », Quaderni [En ligne], Automne 2011.

PÉTY Dominique, « Le rôle de l’amateur dans la construction des savoirs (XIXe-XXIe siècles) : du collectionneur à l’internaute », in MEYNARD Cécile, LEBARBÉ Thomas, COSTA Sandra (dir.) (2020), Patrimoine et Humanités numériques, Éditions des archives contemporaines, 2020, p. 29-38.

PONT Jean-Claude, LACKI, Jan, Une cordée originale. Histoire des relations entre science et montagne, Georg éditeur, 2000.

RUDOLF Florence, Les glissements de sens de l’écologie dans ses associations avec la ville : écologie urbaine, ville écologique et ville durable. Penser le développement durable urbain : Regards croisés, 2008.

Crédits photographiques: photographie de la Société mycologique de France et de la Société des amis des Sciences naturelles de Rouen, excursion à Louviers (Eure), le 18 octobre 1891. Collection du Muséum de Rouen, album photographique, inv. 5692.

Pascal Duris

Pascal Duris est professeur en épistémologie et histoire des sciences à l’Université de Bordeaux, directeur-adjoint de l’EA 4574 SPH (Sciences, Philosophie, Humanités) de l’Université Bordeaux Montaigne, et directeur du master « Épistémologie, histoire des sciences et des techniques ». Il est l’auteur de Linné et la France (1780-1850) (Droz, 1993), Histoire des sciences de la vie (Belin, 2011, avec G. Gohau), La fabrique de l’entomologie. Léon Dufour (1780-1865) (Presses Universitaires de Bordeaux, [1987] 2017, avec El. Diaz), et il a dirigé Traduire la science. Hier et aujourd’hui (Publications de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008).

Sa recherche porte sur les sciences dans la Querelle des Anciens et des Modernes (XVIe-XVIIIe siècles), Carl von Linné et le néolinnéisme en France, et, plus généralement, sur l’épistémologie et l’histoire des sciences naturelles et biologiques du XVIIe au XIXe siècle.

Principales publications 

« William Wotton, la Royal Society et l’argument scientifique dans la Querelle », in Ch. Bahier-Porte et D. Reguig (dir.), Anciens et Modernes face aux pouvoirs : l’Église, le Roi, les Académies (1687-1750), Paris, Champion, 2020, à paraître.

« Flourens lecteur de Darwin (ou de Clémence Royer ?). À propos de son Examen du livre de M. Darwin sur l’origine des espèces (1864) », in Th. Klinkert et G. Séginger (dir.), Littérature française et savoirs biologiques au XIXe siècle. Traduction, transmission, transposition, Berlin, De Gruyter, Coll. « Mimesis. Romanische Literaturen der Welt », 2020, p. 61-77.

« André Dacier traducteur d’Hippocrate », XVIIe siècle, 71 (1), 2019, p. 163-181.

« Changement et préformation. La métamorphose des insectes chez Swammerdam », in J. Azoulai, A. Fayolle et G. Séginger (dir.), Les métamorphoses, entre fiction et notion. Littérature et sciences (XVIe-XXIe siècles), Paris, LISAA éditeur, Coll. « Savoirs en texte », 2019, p. 43-54.

« Les sciences dans la théorie esthétique de l’abbé Du Bos », Revue d’histoire littéraire de la France, 117 (4), 2017, p. 895-915.

Quelle révolution scientifique ? Les sciences de la vie dans la querelle des Anciens et des Modernes (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, Hermann, Coll. « Les collections de la République des Lettres. Série Études », 2016, 408 p.

Claude Retat

Claude Retat, ancienne élève de l’École Normale Supérieure, est directrice de recherche au CNRS Lyon dans l’UMR LIRE (Littérature, Idéologies, Représentations), spécialiste des rapports entre littérature et politique, littérature et savoirs du vivant.

Principales publications

 Art vaincra ! Louise Michel, l’artiste en révolution et le dégoût du politique,  Saint-Pouçain-sur-Sioule, Bleu autour, 2019. 

La chasse aux loups / Louise Michel, édition critique par Claude Rétat, Paris, Classiques Garnier, 2015.

Le rythme et la vie (Bible de l’humanité, 1864) », dans Michelet, rythme de la prose, rythme de l’histoire, Paule Petitier éd., Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2010, p. 185-199.

« Jules Michelet, l’idéologie du vivant », Romantisme, revue du dix-neuvième siècle, n° thématique « Raciologiques », Ph. Régnier dir., n° 130, 2005, p. 9-22.

« La révolution, l’animal, la littérature. Louise Michel et le fauve ancestral », dans L’Animal du XIXe siècle (P. Petitier dir.), Actes du colloque international de 2008, publiés en ligne sur le site de l’Équipe « Littérature et civilisation du XIXe siècle » (Université Paris Diderot-Paris 7).

« Le Dieu vivant romantique », Le Vivant (dir. G. Séginger), revue Romantisme, décembre 2011, n° 154, p. 21-34.

Kevin Pelladeaud

Kevin Pelladeaud est doctorant à l’Université Grenoble Alpes depuis septembre 2019. Agrégé de lettres modernes, ancien normalien de l’ENS de Lyon, ses travaux de thèse portent sur la prospective et l’iconographie urbaine dans le cadre de la littérature dite « d’anticipation » entre 1870 et 1918. Sa recherche porte plus précisément sur le croisement des discours littéraires et urbanistiques au cœur des sociabilités politiques, éditoriales et médiatiques d’une « Belle-Époque » connaissant les débuts de l’urbanisme moderne.

 Axes de recherche

Anticipation
Iconographie
Histoire de l’utopie
Socialisme utopique
Discours urbanistiques

Styles de pensée, pensées du style. Écrire le vivant au XIXe siècle

 

Consulter l’intégralité du numéro

Ce numéro réunit à la fois des articles sur l’écriture littéraire et des articles sur l’écriture scientifique au XIXe siècle, qui tous intègrent des images, des métaphores, des savoirs qui appartiennent aux sciences de la vie et de la nature. Il aborde la question du style non pas d’un point de vue linguistique et stylistique mais d’un point de vue épistémologique.

 

Christophe Degueurce

Directeur de l’École nationale vétérinaire d’Alfort, il est aussi professeur d’anatomie, conservateur du musée Fragonard, membre du CRHEC (U-PEC) et président de la Société Française d’Histoire de la Médecine Vétérinaire.

Principales publications

«Les mannequins du Dr Auzoux, une réussite industrielle au service la médecine vétérinaire», Bulletin de la société française d’histoire de la médecine et des sciences vétérinaires, 13, 7-33.

«Les mannequins du Dr Auzoux, de l’Homme aux animaux domestiques», Histoire des Sciences médicales, 47 (3), 2013, p. 337-345.

«Conservation et valorisation des sources de l’histoire de la médecine vétérinaire en France», Histoire des Sciences médicales, 47 (1), 2013, p. 71-78.

«Mesurer l’animal», dans Le « Michel-Ange » de la ménagerie, les dessins de Antoine-Louis Barye. Beaux-Arts de Paris Éditions, p. 27-36, octobre 2013.

«L’anatomie clastique du Docteur Auzoux». Collection Epistémologie du corps, Presses Universitaires de Lorraine, 2013, p. 54-55.

«Le javart, une affection obsolète» par C. Degueurce et M. Riffaud, Bulletin de la société française d’histoire de la médecine et des sciences vétérinaires, 12, 2012, p. 89-108.

«Les collections historiques vétérinaires : un enjeu pour l’avenir?» Historical veterinary collections: a challenge for the future? Revista di Colegio de Médicos Veterinarios del Estado Lara, Venezuela, Ano 2, n° 2, vol 1, p. 12-22.

«Claude Bourgelat et la création des écoles vétérinaires». C.R. Biologies, 335 (2012), p. 334-342.

«Le patrimoine équestre des écoles nationales vétérinaires», In Situ, la revue des patrimoines, 2012, n° 18, 8 p.

«Le cheval un animal contraint», In Situ, la revue des patrimoines, 2012, n° 18, 8 p.

Corps de papier. Les modèles anatomiques du docteur Auzoux, Paris, éd. de la Martinière, 2012.

« Beautés intérieures. L’animal à Corps ouvert », Paris, éd. de la RMN, 2012.

« Les écorchés de Fragonard : polémiques et réalités » (mémoire). Bulletin de l’Académie Vétérinaire de France, 2011, tome 164, n° 2.

« Fragonard museum, the écorchés, the anatomical masterworks of Honoré Fragonard», Blast Books (New-York, USA), avril 2011, 160 p.

Matthieu Moreau

Matthieu Moreau est maître de conférences associé à l’université Gustave Eiffel, responsable des enseignements numériques dans le Master Édition Livre papier et numérique. Il dirige par ailleurs l’entreprise Netemedia, qu’il a fondée en 2009.