Tous les articles par G - LISAA

Colloque Nature et exception

Nature et exception (1650 – 1900) 
Rapports, modalités, enjeux

Maison de la recherche de la Sorbonne Nouvelle
4, rue des Irlandais, Paris 75005

Colloque organisé par Marion Bianconi (Université Sorbonne Nouvelle), Nathalie Kremer (Université Sorbonne Nouvelle & Institut Universitaire de France) et Jean-Alexandre Perras (Université Martin-Luther de Halle-Wittenberg)

Jeudi 21 mars
Maison de la Recherche de l’université Sorbonne Nouvelle
Salle Athéna

14h : Accueil et mot d’introduction

14h30-15h45 : 1ère séance : Normes et exceptions dans le discours du savoir
Président de séance : Jean-Alexandre Perras

14h30 : Pascal Duris (Université de Bordeaux) : De vrais nains sur les épaules de vrais géants ? Histoire anatomique d’une métaphore
15h : Nathalie Vuillemin (Université de Neuchâtel) : L’exceptionnel dans le minuscule et le microscopique
15h30 : Thierry Hoquet (Université Paris Nanterre) : Le problème des singularités dans l’espèce humaine
16h : Discussion et pause

16h30-18h : 2e séance : Monstruosités entre nature et artifice
Président de séance : Pascal Duris

16h30 : Claude-Olivier Doron (Université Paris Cité) : Figures de la monstruosité entre le XVIIIe et le XIXe siècles
17h : Nathalie Kremer (Sorbonne Nouvelle) : De la statue de Pygmalion à L’Ève future : une exception normalisée ?
17h30-18h : Discussion

Vendredi 22 mars
Maison de la Recherche de l’université Sorbonne Nouvelle
Salle du Conseil

9h-10h45 : 3e séance : Normes et exceptions dans le savoir littéraire et scientifique
Présidente de séance : Nathalie Kremer

9h : Jean-Alexandre Perras (Université Martin-Luther de Halle-Wittenberg) : La valeur scientifique des discours littéraires dans les concours académiques au XVIIIe siècle
9h30 : Lucien Derainne (Université Jean Monnet – Saint-Étienne) : L’exception scientifique dans les études de mœurs du XIXe siècle : une « nature sociale » ?
10h : Marion Bianconi (Sorbonne Nouvelle) : Le corps vicié des œuvres
10h30-11h : Discussion et pause

11h-12h30 : 4e séance : L’exception dans le roman : entre science et imagination
Président de séance : Lucien Derainne

11h : Paolo Tortonese (Sorbonne Nouvelle) : Le bonheur exceptionnel
11h30 : Bertrand Marquer (Université de Strasbourg) : Histoires de cas : Maupassant tératologue
12h-12h30 : Discussion et clôture du colloque

Présentation du colloque
L’exception est-elle dans ou hors de la nature ? Est-elle une manifestation de la nature la plus pure dans un monde dégradé ou est-elle au contraire ce qui sort de ses lois ? Quand y a-t-il exception, et comment se situe-t-elle au juste par rapport aux normes dites naturelles à l’époque moderne ? Ce colloque propose d’interroger les rapports qu’entretiennent nature et exception dans la littérature,
les arts, les sciences, la philosophie et la morale entre le XVIIe et le XIXe siècles. Les auteurs, les critiques et les philosophes n’ont cessé d’interroger ces rapports, qui tiennent une place importante dans les œuvres littéraires et leurs dispositifs, dans la pensée de la création esthétique et du vivant, dans l’appréhension du monde comme système ou dans la définition des normes et la gestion de ce qui s’en écarte. Alors que Rousseau cherchait à des fins morales une
nature exceptionnelle par sa pureté, Diderot n’hésitait pas à recourir à l’anomalie, au monstre, au bizarre, pour s’interroger sur les régularités de la nature ou pour tester les limites d’un raisonnement.
Au XIXe siècle, George Sand a ravivé l’héritage rousseauiste dans l’écriture romantique, quand Taine se penchait sur les maladies dans l’œuvre de Balzac pour y déceler la nature humaine profonde.
Dans le passage d’un siècle à l’autre, un héritage paradoxal se dessine qui reste largement à explorer, malgré un intérêt certain de la recherche pour ces questionnements. Le travail pionnier de Jean
Ehrard, dans L’Idée de Nature en France dans la première moitié du XVIIIe siècle a mis au jour les ressorts du merveilleux dans l’élaboration de la pensée sur la nature humaine à l’âge classique. Dans la continuité du numéro de la revue Dix-huitième siècle consacré à la « Nature » en 2013 nous souhaitons engager une réflexion sur la manière dont ont été appréhendées ses limites, son irrégularité, ses singularités, en les situant dans la longue durée, entre l’Ancien Régime et le XIXe siècle. De nombreux travaux sur le XIXe siècle ont en effet exploré les rapports autour du «normal et du pathologique », expression consacrée par les travaux de Canguilhem. Nous pensons en particulier aux recherches de Jean-Louis Cabanès sur Zola et à son ouvrage Le Corps et la maladie dans les récits réalistes, ou encore à ceux d’Ann Jefferson sur le génie et les enfants prodiges (Genius in France, an Idea and Its Uses). Mais le merveilleux ne disparaît pas pour autant du paysage littéraire et scientifique, il s’apparente au fantastique en plein essor aussi bien qu’aux développements technologiques, en contribuant ainsi également à redéfinir la « nature » et l’« exception ». Ce colloque propose d’étudier trois pistes de réflexions. La première est d’ordre historique. Il s’agit d’ouvrir une perspective entre deux époques dont l’étude, pour des raisons institutionnelles, se fait souvent séparément. Cette ouverture a pour but d’inviter à reformuler les questionnements autour de la dyade nature-exception dans une  erspective chronologique qui mettrait en lumière certes les révolutions, mais aussi les continuités, les chevilles qui articulent ces deux périodes. Si l’exceptionnalité est toujours l’objet d’un  questionnement philosophique et esthétique, qu’elle soit dans ou hors de la nature, quels nœuds se forment dans le passage – ou la rupture – de l’âge classique à l’époque moderne ? La seconde piste est d’ordre théorique. Nous proposons de revenir sur les  principes de classements, les définitions et les conceptions épistémologiques sous-jacentes aux notions de nature et d’exception. Que ce soit par l’étude d’une œuvre singulière ou dans une perspective plus large, nous invitons les chercheuses et les chercheurs à mettre en lumière la façon dont le rapport entre nature et exception est théorisé dans leur corpus. Qu’il s’agisse du discours médical, philosophique, poétique, éthique ou social, le rapport entre la nature et l’exception apparaît dans les débats sur le rapport entre les normes et l’originalité, la doxa et le génie, la causalité mécanique et l’irrégulier, les usages et l’extraordinaire, la santé et la pathologie ou encore l’individu et la tératologie. C’est ainsi, troisièmement, un enjeu interdisciplinaire que pose le colloque, dans la mesure où nous invitons les participants et les participantes à se pencher aussi bien sur des textes littéraires et scientifiques, artistiques ou musicaux, que sur la pensée critique ou esthétique de l’âge classique à la fin du XIXe siècle afin d’interroger les liens qu’entretiennent les sciences, la littérature et la philosophie dans leur rapport à la nature et à l’exception, et les usages qu’elles font de ces catégories dans l’élaboration de leur discours.

Bibliographie sélective

BONDESTAM, Majan, Exceptional Bodies in Early Modern Culture, Naperville, 2020.
CABANES, Jean-Louis, « Zola et le modèle bernardien », Aventures de la pensée, Romantisme, 1993, n°82, pp.  83-89.
CABANES, Jean-Louis, Le Corps et la maladie dans les récits réalistes, 1856-1893, 2 vol., Klincksieck, 1991.
CANGUILHEM, Georges, Le normal et le pathologique, Paris, Presses universitaires de France, 2009.
CITTON, Yves, « La preuve par l’Émile : dynamique de la fiction chez Rousseau », Poétique, Paris, Seuil, 1994, pp.411-425.
CUILLÉ, Tili Boon, Divining Nature: Aesthetics of Enchantment in Enlightenment France, Stanford, 2021.
CURRAN, Andrew, Sublime Disorder: Physical Monstrosity in Diderot’s Universe, Oxford, Voltaire Foundation,
2001.
DASTON, Lorraine, GALISON, Peter Louis, Objectivité, Dijon, les Presses du réel, 2012.
DORON, Claude-Olivier, L’homme altéré. Races et dégénérescence (XVIIe-XIXe siècles), Ceyzérieux, Champ Vallon, 2016.
DUFLO, Colas (dir.), « Nature », Dix-huitième siècle, no. 45, 2013.
DURIS, Pascal, Linné et la France (1780-1850), Genève, Droz, 1993.
DURIS, Pascal et GOHAU, G., Histoire des sciences de la vie, Paris, Belin, 2011.
DURIS, Pascal, Quelle révolution scientifique ? Les sciences de la vie dans la querelle des Anciens et des Modernes (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, Hermann, 2016.
EHRARD, Jean, L’Idée de nature en France à l’aube des Lumières, Paris, 1970.
FOUCAULT, Michel, Naissance de la clinique : une archéologie du regard médical, Paris, Presses universitaires de France, 1963.
GIAVARINI, Laurence (dir.), Construire l’exemplarité : pratiques littéraire et discours historiens, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2008.
GRAILLE, Patrick, L’Idée de monstre au XVIIIe siècle : savoirs et fantasmes, thèse, université Paris-IV, 1998.
GRAILLE, Patrick et CURRAN, Andrew, « The Faces of Eigthteenth-century Monstruosity », Eighteenthcentury Life 21, The Johns Hopkins Universty Press, 1997.
JEFFERSON, Ann, Genius in France: An Idea and Its Uses, Princeton University Press, 2014.
KLINKERT, Thomas et SEGINGER, Gisèle, Biolographes, mythes et savoirs biologiques dans la littérature française du XIXe siècle, Paris, Hermann, 2019.
KLINKERT, Thomas et SEGINGER, Gisèle, dir., Littérature française et savoirs biologiques au XIXe siècle : traduction, transmission, transposition, Berlin – Boston, De Gruyter, 2020.
KREMER, Nathalie, Vraisemblance et représentation au XVIIIe siècle, Paris, Honoré Champion, 2011.
MILNER, Max, et al., Littérature et pathologie, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 1989.
MITTMAN, Asa Simon, Dendle, Peter, The Ashgate Research Companion to Monsters and the Monstrous, Farnham, 2013.
PASSERON, Jean Claude et REVEL, Jacques, Penser par cas, Paris, Éditions EHESS, 2005.
PERRAS, Jean-Alexandre, L’Exception exemplaire : Inventions et usages du génie (XVIe au XVIIIe siècle), Paris, Classiques Garnier, 2016.
REILL, Peter Hanns, Vitalizing Nature in the Enlightenment, Berkeley, 2005.
ROGER, Jacques, Les Sciences de la vie dans la pensée française au XVIIIe siècle [1963], Paris, Albin Michel, 1993.
ROSSET, Clément, L’Anti-nature. Éléments pour une philosophie tragique, Paris, PUF, 1973.
THOMPSON, Hannah, Reviewing Blindness in French Fiction, 1789-2013, London, 2017.
TORT, Patrick, L’Ordre et les monstres. Le débat sur l’origine des déviations anatomiques au XVIIIe siècle [1980], Paris, Éd. Syllepse, 1998.
TORTONESE, Paolo, Le Cas médical entre norme et exception, Paris, Garnier, 2020.
VUILLEMIN, Nathalie, Les beautés de la nature à l’épreuve de l’analyse (1744-1805). Programmes scientifiques et tentations esthétiques dans l’histoire naturelle du XVIIIe siècle, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2009.
VUILLEMIN, Nathalie et PASCHOUD, Adrien (dir.), Penser l’ordre naturel 1680-1810, SVEC 09:12, Oxford, Voltaire Foundation, 2012.
WANLIN, Nicolas (dir.), Littérature et sciences au XIXe siècle : une anthologie, Paris, Classiques Garnier, 2019.
WILLIAMS, Wes, Monsters and Their Meanings in Early Modern Culture: Mighty Magic, Oxford, 2011.
WOLFE, Charles T., Monsters and Philosophy, London, 2005

Les animaux dans la ville

 

Appel à communication

COLLOQUE 

Animaux dans la ville (XIXe siècle – XXIe siècle)

 30 novembre et 1er décembre 2023

Colloque du programme URBANATURE – Université Gustave Eiffel

Lieu du colloque : Fondation Maison des Sciences de l’Homme

54 boulevard Raspail, 75006 Paris.

Organisation : Patrick Matagne

Comité scientifique : Juliette Azoulai, Nicolas Baron, Nathalie Blanc, Patrick Matagne, Violette Pouillard, Gisèle Séginger, Virginie Tahar.

Les résumés des communications, de 2000 caractères maximum, accompagnés d’un titre et d’une courte biobibliographie, sont à envoyer à patrick.matagne@univ-poitiers.fr pour le 20 septembre 2023.

Les communications formeront la base de la publication des Actes du colloque.

Au XIXe siècle plusieurs catégories d’animaux se développent, notamment « les animaux ouvriers urbains » et les « animaux d’élevages industrialisés » (MICOUD, 2009).

La ville fait couler « le sang des bêtes » (AGULHON, 1981). En même temps, les citadins veulent s’épargner le spectacle d’animaux qui souffrent (FAURE, 1997). Maltraitances envers les chevaux, combats de coqs, attelages de chiens – les chevaux du pauvre –, mise à mort en pleine rue d’animaux de boucherie provoquent, en retour, la création de sociétés protectrices des animaux et la loi Grammont (1850). Le sort des animaux devient un des enjeux de la morale républicaine, il est inscrit en 1882 dans les programmes de l’école laïque (FEDI, 2008), des écrivains et des hommes politiques défendent la cause animale dès le XIXe siècle (Hugo, Zola, Clemenceau…). À partir de la fin du siècle, les accidents dont les animaux sont les causes ou les victimes menacent l’ordre urbain (LÓPEZ, 2015). Les chiens enragés puis, au XXe siècle, les renards urbains, deviennent des calamités (BARON, 2023).

À la fin du XIXe siècle, les abattoirs construits à la limite des villes invisibilisent des pratiques jugées barbares, à l’instar de l’expérimentation animale dans les laboratoires. Mais les antivivisectionnistes – dans un contexte d’émergence de la cause animale – sont souvent considérés comme des ennemis du progrès de la science. « La littérature s’empare des questionnements moraux posés par la vivisection » (AZOULAI, 2018). L’expérimentation animale, encadrée sur le plan législatif à partir de la fin du siècle, se développe fortement au XXe siècle. Aujourd’hui, des directives européennes soumettent les projets de recherche utilisant le modèle animal à un comité d’éthique.

Certains insectes subissent aussi les cruautés humaines, par ignorance ou manque de « civilisation » (BLATIN, 1867 ; MICHELET 1858). Par contre il faut lutter contre les blattes. Introduites en Europe de l’ouest et en Amérique dans les années 1850, elles envahissent les logements occupés, qui répondent à leurs exigences écologiques. Les cafards véhiculent encore des images de pauvreté, de manque d’hygiène, d’une vie nocturne dans une ville mal gérée dont la saleté pénètre dans les lieux privés (BLANC, 1995, 2009).

À la Belle Époque, médecins, pharmaciens, architectes et ingénieurs édictent des principes d’hygiène contre les insectes (poux, mouches, moustiques) et les rats. Les citadins assainissent les habitations, les lieux collectifs, les hôpitaux et les commerces. La lutte passe par la désinfection et l’usage de produits chimiques, par l’éducation de la population urbaine. À partir des années 1960-1970 seront ciblés les pigeons et les étourneaux (FRIOUX, 2009).

Non exploités pour leur force de travail ou l’alimentation, les animaux des jardins zoologiques qui se multiplient en Europe au XIXe siècle (Paris 1793, Londres 1828, Anvers 1843, etc.) attirent un public nombreux. L’aristocratie, la bourgeoisie aisée puis moyenne et petite, les artisans, les ouvriers, découvrent des animaux exotiques (girafe et orang-outang à Paris, hippopotame à Londres, gorille à Berlin). Les guides, les récits de visites de zoos ou d’évasions de fauves et de singes, connaissent un grand succès. Une forme de zoologie populaire classe les animaux encagés et enclos en « méchants » ou « gentils », « bon » ou « mauvais ». D’autres sont soumis à des critères esthétiques. Des comportements humains leur sont attribués : paisibles, débonnaires, espiègles et même lubriques (des singes). La dangerosité de certains animaux, exposés aux visiteurs qui les nourrissent ou les agressent est source d’émois (BARATAY, 2009). De leur création au XIXe siècle jusqu’à nos jours les fonctions des zoos sont complexes, entre « impérialisme, contrôle, conservation » (POUILLARD, 2015, 2019).

Regroupées au Muséum de Paris pendant la Révolution française, avec la réouverture progressive des musées à partir des années 1820, les villes de province présentent des collections d’histoire naturelle, notamment d’animaux, de squelettes, de coquilles, visitées par un public savant, universitaire ou scolaire. Aujourd’hui, les « musées de France » conservent et présentent un « patrimoine constitué par la diversité des espèces et de leurs environnements ». (VAN PRAËT, 2008).

La catégorie des animaux de compagnie se répand avec l’urbanisation (BLANC, 2000). Leur nombre et leur diversité s’accroît depuis la seconde moitié du XXe siècle (les N.A.C. : nouveaux animaux de compagnie). Leurs bienfaits sont reconnus (sociabilité interspécifique, domaines psychoaffectif et thérapeutique), ils nourrissent des réflexions écologiques, économiques, éthiques (êtres vivants doués de sensibilité), tandis que se manifeste un intérêt renouvelé pour les représentations animales littéraires et artistiques (COIFFET, POUILLARD, 2022). L’acceptabilité d’animaux dits « sauvages » qui peuplent les villes parfois temporairement – on l’a vu lors des confinements sanitaires récents – fait débat. Sont-ils nuisibles, indésirables, utiles, aliens ? Sont-ils intégrés à la politique de la ville, à sa biodiversité et ses écosystèmes ? « Quelle place occupe l’animal dans le champ d’une écologie urbaine ? » (BLANC, 2021)

Ce colloque centré sur les animaux dans la ville et ouvert à des disciplines variées (histoire, littérature, histoire de l’art, écologie, histoire des sciences), accueillera des communications qui aborderont des situations anciennes ou des évolutions significatives, du XIXe siècle à nos jours. Nous tiendrons compte à la fois des réalités et des représentations (artistiques ou littéraires), ainsi que des enjeux (économiques, idéologiques…).

Bibliographie indicative

AGULHON Maurice, « Le sang des bêtes. Le problème de la protection des animaux en France au XIXe siècle », Romantisme, 1981, 11(31), p. 81–110.

AZOULAI, Juliette, « Mise en scène littéraire de la vivisection chez Flaubert », dans : SÉGINGER Gisèle (dir.), Animalhumanité : Expérimentation et fiction : l’animalité au cœur du vivant, Champs sur Marne, LISAA éditeur, 2018, p. 193-203. DOI : doi.org/10.4000/books.lisaa.903

BARATAY Éric, « Un instrument symbolique de la domestication : le jardin zoologique aux XIXe-XXe siècles (L’exemple du parc de la Tête d’Or à Lyon) », Cahiers d’histoire, 42(3/4), 1997. URL : journals.openedition.org/ch/314

BARATAY Éric, Et l’homme créa l’animal. Histoire d’une condition, Paris, Odile Jacob, 2003.

BARATAY Éric, « La visite au zoo. Regards sur l’animal captif 1793-1950 », dans : FRIOUX Stéphane, PÉPY, Émilie-Anne (dir.), L’animal sauvage entre nuisance et patrimoine : France, XVIe-XXIe siècle, Lyon, ENS Éditions, 2009, p. 165-175.

BARATAY Éric, Bêtes de somme : Des animaux au service des hommes, Paris, Éditions du Seuil, Point Histoire 2011.

BARATAY Éric, « Le frisson sauvage : les zoos comme mise en scène de la curiosité », dans : BLANCHARD Pascal (éd.), Zoos humains et exhibitions coloniales. 150 ans d’inventions de l’Autre. Paris, La Découverte, « Poche / Sciences humaines et sociales », 2011, p. 77-84.

BARATAY Éric, Le Point de vue animal, une autre version de l’histoire, Paris, Éditions du Seuil, 2012.

BARATAY Éric, Cultures félines (XVIIIe-XXIe siècle). Les chats créent leur histoire, Paris, Le Seuil, 2021.

BARATAY Éric et HARDOUIN-FUGIER Élisabeth, Zoos. Histoire des jardins zoologiques en Occident (XVIe-XXe siècle), Paris, La Découverte, 1998.

BARON Nicolas, Enragés ! : une histoire animale : France, fin XVIIIe-fin XXe siècles, Presses Universitaires de Valencienne, Collection animalités, 2023.

BLANC Nathalie, La nature dans la cité. Géographie. Université Panthéon-Sorbonne – Paris I, 1995.

BLANC Nathalie, Les animaux et la ville, Paris, Odile Jacob, 2000.

BLANC Nathalie, « La blatte, ou le monde en images », dans : FRIOUX Stéphane, PÉPY, Émilie-Anne (dir.), L’animal sauvage entre nuisance et patrimoine : France, XVIe-XXIe siècle, Lyon, ENS Éditions, 2009, p. 103-114.

BLANC Nathalie, « L’animal dans le viseur de l’écologie urbaine », dans : SALOMON CAVIN Joëlle, GRANJOU Céline (dir.), Quand l’écologie s’urbanise, collection Ecotopiques, UGA Editions, Grenoble, 2021, p. 79-101. https://doi.org/10.4000/books.ugaeditions.26524

BLATIN Henry, Nos cruautés envers les animaux au détriment de l’hygiène, de la fortune publique et de la morale, Paris, Hachette et Cie, 1867.

BOUCHET Ghislaine, Le cheval à Paris de 1850 à 1914, Mémoires et documents de l’École des Chartes, 37, Genève/Paris, Librairie Droz, 1993.

CHAMPOUTHIER Georges, Au bon vouloir de l’homme, l’animal, Paris, Denoël, 1990.

COIFFET Anne-Sophie et POUILLARD Violette, « Animaux et figurations animales », Captures, 7(2), 2022.

ESTEBANEZ Jean, « Les animaux et la ville. Une histoire sociale, politique et affective à poursuivre », Histoire urbaine, 2016/3 (47), p. 125-129. www.cairn.info/revue-histoire-urbaine-2016-3-page-125.htm

FAURE Olivier, « Le bétail dans la ville au XIXe siècle : exclusion ou enfermement ? », Cahiers d’histoire, 42(3/4), 1997. URL : http://journals.openedition.org/ch/309

FEDI Laurent, « Pitié pour les animaux : une leçon de morale laïque et ses antécédents philosophiques », Romantisme, 142, 2008, p. 25-40.

FRANJU Georges, Le sang des bêtes, Documentaire consacré aux abattoirs parisiens de Vaugirard et de la Villette dans les années d’après-guerre, 1949, 21 mn.

FRIOUX Stéphane, « Les insectes, menace pour la ville à la Belle Epoque ? », dans : FRIOUX Stéphane, PÉPY Émilie-Anne (dir.), L’animal sauvage entre nuisance et patrimoine: France, XVIe-XXIe siècle, Lyon, ENS Éditions, 2009, p. 115-130.

GARNIER Bernard, « Les marchés aux bestiaux : Paris et sa banlieue », Cahiers d’histoire, 42(3/4), 1997, URL : journals.openedition.org/ch/310

LEBLEU Olivier, Les avatars de Zarafa première girafe de France. Chronique d’une girafomania, 1826-1845, Paris, Arléa, 2006.

LÓPEZ Laurent, « Quand les ” vaches ” des villes de la Belle Époque n’étaient pas encore des ” poulets ” », Animaux et forces de l’ordre à la fin du XIXe siècle, Histoire urbaine, 44(3), 2015, p. 61-79.

MICHELET Jules, L’insecte, Paris, Hachette et Cie, 1858.

MICOUD André, « Mais qu’ont-ils donc tous à s’occuper des animaux ? », dans : FRIOUX Stéphane et PÉPY Émilie-Anne (dir.) L’animal sauvage entre nuisance et patrimoine. France, XVIe-XXIe siècle, Lyon, ENS éditions, 2009, p. 177-187.

PERCHERON Bénédicte, « Les hommes face aux animaux à Rouen au XIXe siècle. Représentations, études zoologiques et perceptions », Histoire urbaine, 2016/3 (47), p. 87-105. URL : https://www.cairn.info/revue-histoire-urbaine-2016-3-page-87.htm

PIERRE Éric, « La zoophilie dans ses rapports à la philanthropie, en France, au XIXe siècle », Cahiers d’histoire, 42(3/4), 1997. URL : http://journals.openedition.org/ch/313

PORCHER Jocelyne, Vivre avec les animaux. Une utopie pour le XXIe siècle, Paris, La Découverte, « Textes à l’Appui – Bibliothèque du MAUSS », 2011 (réédition 2014).

PORTE Emmanuel, POUILLARD Violette, « Sauvages domestiqués, domestiques ensauvagés. Une approche du concept de sauvage à hauteur animale », dans : BARATAY Éric (dir.), L’animal désanthropisé. Interroger et redéfinir les concepts, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2021, p. 93-102.

POUILLARD Violette, « Entre affections et violences. Visiteurs et animaux de zoo du XIXe siècle à nos jours », Revue semestrielle de droit animalier (Université de Limoges-Université de Montpellier), 2, 2015, p. 309-325.

POUILLARD Violette, « Quelques éclairages sur l’histoire des relations entre hommes et animaux de zoo, issus du jardin zoologique de Londres (1828-vers 2000) », Histoire urbaine, 44(3), 2015, p. 125-138.

POUILLARD Violette, Histoire des zoos par les animaux : Impérialisme, contrôle, conservation, Paris, Champ Vallon, 2019.

RÉMY Catherine, La Fin des bêtes : une ethnographie de la mise à mort des animaux, Paris, Economica, « Études sociologiques », 2009.

TRAÏNI Christophe, La Cause animale, 1820-1980 : essai de sociologie historique, Paris, Presses universitaires de France, 2010.

VAN-PRAËT Michel, « Muséums et collections d’histoire naturelle : quelle place dans l’histoire des musées ? », Histoire de l’art, 62, 2008. Musées, collections, collectionneurs, 62, 2008, p. 11-18. www.persee.fr/doc/hista_0992-2059_2008_num_62_1_3216

VINCENT Jean-Christophe, « La mise à mort des animaux de boucherie : un révélateur des sensibilités à l’égard des bêtes à l’époque contemporaine », Cahiers d’histoire, 42(3/4), 1997. URL : http://journals.openedition.org/ch/311

ZASC Joëlle, Zoocities. Des animaux sauvages dans la ville, Paris, Premier Parallèle, 2020.

 

  • Responsable : P. Matagne 
  • patrick.matagne@univ-poitiers.fr

Animaux dans la ville

 

 

Appel à communication

COLLOQUE 

Animaux dans la ville (XIXe siècle – XXIe siècle)

 30 novembre et 1er décembre 2023

Colloque du programme URBANATURE – Université Gustave Eiffel

Lieu du colloque : Fondation Maison des Sciences de l’Homme, 54 Bd Raspail, 75006 Paris.

Organisation : Patrick Matagne

Comité scientifique : Juliette Azoulai, Nicolas Baron, Nathalie Blanc, Patrick Matagne, Violette Pouillard, Gisèle Séginger, Virginie Tahar.

Les résumés des communications, de 2000 caractères maximum, accompagnés d’un titre et d’une courte biobibliographie, sont à envoyer à patrick.matagne@univ-poitiers.fr pour le 20 septembre 2023.

Les communications formeront la base de la publication des Actes du colloque.

Au XIXe siècle plusieurs catégories d’animaux se développent, notamment « les animaux ouvriers urbains » et les « animaux d’élevages industrialisés » (MICOUD, 2009).

La ville fait couler « le sang des bêtes » (AGULHON, 1981). En même temps, les citadins veulent s’épargner le spectacle d’animaux qui souffrent (FAURE, 1997). Maltraitances envers les chevaux, combats de coqs, attelages de chiens – les chevaux du pauvre –, mise à mort en pleine rue d’animaux de boucherie provoquent, en retour, la création de sociétés protectrices des animaux et la loi Grammont (1850). Le sort des animaux devient un des enjeux de la morale républicaine, il est inscrit en 1882 dans les programmes de l’école laïque (FEDI, 2008), des écrivains et des hommes politiques défendent la cause animale dès le XIXe siècle (Hugo, Zola, Clemenceau…). À partir de la fin du siècle, les accidents dont les animaux sont les causes ou les victimes menacent l’ordre urbain (LÓPEZ, 2015). Les chiens enragés puis, au XXe siècle, les renards urbains, deviennent des calamités (BARON, 2023).

À la fin du XIXe siècle, les abattoirs construits à la limite des villes invisibilisent des pratiques jugées barbares, à l’instar de l’expérimentation animale dans les laboratoires. Mais les antivivisectionnistes – dans un contexte d’émergence de la cause animale – sont souvent considérés comme des ennemis du progrès de la science. « La littérature s’empare des questionnements moraux posés par la vivisection » (AZOULAI, 2018). L’expérimentation animale, encadrée sur le plan législatif à partir de la fin du siècle, se développe fortement au XXe siècle. Aujourd’hui, des directives européennes soumettent les projets de recherche utilisant le modèle animal à un comité d’éthique.

Certains insectes subissent aussi les cruautés humaines, par ignorance ou manque de « civilisation » (BLATIN, 1867 ; MICHELET 1858). Par contre il faut lutter contre les blattes. Introduites en Europe de l’ouest et en Amérique dans les années 1850, elles envahissent les logements occupés, qui répondent à leurs exigences écologiques. Les cafards véhiculent encore des images de pauvreté, de manque d’hygiène, d’une vie nocturne dans une ville mal gérée dont la saleté pénètre dans les lieux privés (BLANC, 1995, 2009).

À la Belle Époque, médecins, pharmaciens, architectes et ingénieurs édictent des principes d’hygiène contre les insectes (poux, mouches, moustiques) et les rats. Les citadins assainissent les habitations, les lieux collectifs, les hôpitaux et les commerces. La lutte passe par la désinfection et l’usage de produits chimiques, par l’éducation de la population urbaine. À partir des années 1960-1970 seront ciblés les pigeons et les étourneaux (FRIOUX, 2009).

Non exploités pour leur force de travail ou l’alimentation, les animaux des jardins zoologiques qui se multiplient en Europe au XIXe siècle (Paris 1793, Londres 1828, Anvers 1843, etc.) attirent un public nombreux. L’aristocratie, la bourgeoisie aisée puis moyenne et petite, les artisans, les ouvriers, découvrent des animaux exotiques (girafe et orang-outang à Paris, hippopotame à Londres, gorille à Berlin). Les guides, les récits de visites de zoos ou d’évasions de fauves et de singes, connaissent un grand succès. Une forme de zoologie populaire classe les animaux encagés et enclos en « méchants » ou « gentils », « bon » ou « mauvais ». D’autres sont soumis à des critères esthétiques. Des comportements humains leur sont attribués : paisibles, débonnaires, espiègles et même lubriques (des singes). La dangerosité de certains animaux, exposés aux visiteurs qui les nourrissent ou les agressent est source d’émois (BARATAY, 2009). De leur création au XIXe siècle jusqu’à nos jours les fonctions des zoos sont complexes, entre « impérialisme, contrôle, conservation » (POUILLARD, 2015, 2019).

Regroupées au Muséum de Paris pendant la Révolution française, avec la réouverture progressive des musées à partir des années 1820, les villes de province présentent des collections d’histoire naturelle, notamment d’animaux, de squelettes, de coquilles, visitées par un public savant, universitaire ou scolaire. Aujourd’hui, les « musées de France » conservent et présentent un « patrimoine constitué par la diversité des espèces et de leurs environnements ». (VAN PRAËT, 2008).

La catégorie des animaux de compagnie se répand avec l’urbanisation (BLANC, 2000). Leur nombre et leur diversité s’accroît depuis la seconde moitié du XXe siècle (les N.A.C. : nouveaux animaux de compagnie). Leurs bienfaits sont reconnus (sociabilité interspécifique, domaines psychoaffectif et thérapeutique), ils nourrissent des réflexions écologiques, économiques, éthiques (êtres vivants doués de sensibilité), tandis que se manifeste un intérêt renouvelé pour les représentations animales littéraires et artistiques (COIFFET, POUILLARD, 2022). L’acceptabilité d’animaux dits « sauvages » qui peuplent les villes parfois temporairement – on l’a vu lors des confinements sanitaires récents – fait débat. Sont-ils nuisibles, indésirables, utiles, aliens ? Sont-ils intégrés à la politique de la ville, à sa biodiversité et ses écosystèmes ? « Quelle place occupe l’animal dans le champ d’une écologie urbaine ? » (BLANC, 2021)

Ce colloque centré sur les animaux dans la ville et ouvert à des disciplines variées (histoire, littérature, histoire de l’art, écologie, histoire des sciences), accueillera des communications qui aborderont des situations anciennes ou des évolutions significatives, du XIXe siècle à nos jours. Nous tiendrons compte à la fois des réalités et des représentations (artistiques ou littéraires), ainsi que des enjeux (économiques, idéologiques…).

Bibliographie indicative

AGULHON Maurice, « Le sang des bêtes. Le problème de la protection des animaux en France au XIXe siècle », Romantisme, 1981, 11(31), p. 81–110.

AZOULAI, Juliette, « Mise en scène littéraire de la vivisection chez Flaubert », dans : SÉGINGER Gisèle (dir.), Animalhumanité : Expérimentation et fiction : l’animalité au cœur du vivant, Champs sur Marne, LISAA éditeur, 2018, p. 193-203. DOI : doi.org/10.4000/books.lisaa.903

BARATAY Éric, « Un instrument symbolique de la domestication : le jardin zoologique aux XIXe-XXe siècles (L’exemple du parc de la Tête d’Or à Lyon) », Cahiers d’histoire, 42(3/4), 1997. URL : journals.openedition.org/ch/314

BARATAY Éric, Et l’homme créa l’animal. Histoire d’une condition, Paris, Odile Jacob, 2003.

BARATAY Éric, « La visite au zoo. Regards sur l’animal captif 1793-1950 », dans : FRIOUX Stéphane, PÉPY, Émilie-Anne (dir.), L’animal sauvage entre nuisance et patrimoine : France, XVIe-XXIe siècle, Lyon, ENS Éditions, 2009, p. 165-175.

BARATAY Éric, Bêtes de somme : Des animaux au service des hommes, Paris, Éditions du Seuil, Point Histoire 2011.

BARATAY Éric, « Le frisson sauvage : les zoos comme mise en scène de la curiosité », dans : BLANCHARD Pascal (éd.), Zoos humains et exhibitions coloniales. 150 ans d’inventions de l’Autre. Paris, La Découverte, « Poche / Sciences humaines et sociales », 2011, p. 77-84.

BARATAY Éric, Le Point de vue animal, une autre version de l’histoire, Paris, Éditions du Seuil, 2012.

BARATAY Éric, Cultures félines (XVIIIe-XXIe siècle). Les chats créent leur histoire, Paris, Le Seuil, 2021.

BARATAY Éric et HARDOUIN-FUGIER Élisabeth, Zoos. Histoire des jardins zoologiques en Occident (XVIe-XXe siècle), Paris, La Découverte, 1998.

BARON Nicolas, Enragés ! : une histoire animale : France, fin XVIIIe-fin XXe siècles, Presses Universitaires de Valencienne, Collection animalités, 2023.

BLANC Nathalie, La nature dans la cité. Géographie. Université Panthéon-Sorbonne – Paris I, 1995.

BLANC Nathalie, Les animaux et la ville, Paris, Odile Jacob, 2000.

BLANC Nathalie, « La blatte, ou le monde en images », dans : FRIOUX Stéphane, PÉPY, Émilie-Anne (dir.), L’animal sauvage entre nuisance et patrimoine : France, XVIe-XXIe siècle, Lyon, ENS Éditions, 2009, p. 103-114.

BLANC Nathalie, « L’animal dans le viseur de l’écologie urbaine », dans : SALOMON CAVIN Joëlle, GRANJOU Céline (dir.), Quand l’écologie s’urbanise, collection Ecotopiques, UGA Editions, Grenoble, 2021, p. 79-101. https://doi.org/10.4000/books.ugaeditions.26524

BLATIN Henry, Nos cruautés envers les animaux au détriment de l’hygiène, de la fortune publique et de la morale, Paris, Hachette et Cie, 1867.

BOUCHET Ghislaine, Le cheval à Paris de 1850 à 1914, Mémoires et documents de l’École des Chartes, 37, Genève/Paris, Librairie Droz, 1993.

CHAMPOUTHIER Georges, Au bon vouloir de l’homme, l’animal, Paris, Denoël, 1990.

COIFFET Anne-Sophie et POUILLARD Violette, « Animaux et figurations animales », Captures, 7(2), 2022.

ESTEBANEZ Jean, « Les animaux et la ville. Une histoire sociale, politique et affective à poursuivre », Histoire urbaine, 2016/3 (47), p. 125-129. www.cairn.info/revue-histoire-urbaine-2016-3-page-125.htm

FAURE Olivier, « Le bétail dans la ville au XIXe siècle : exclusion ou enfermement ? », Cahiers d’histoire, 42(3/4), 1997. URL : http://journals.openedition.org/ch/309

FEDI Laurent, « Pitié pour les animaux : une leçon de morale laïque et ses antécédents philosophiques », Romantisme, 142, 2008, p. 25-40.

FRANJU Georges, Le sang des bêtes, Documentaire consacré aux abattoirs parisiens de Vaugirard et de la Villette dans les années d’après-guerre, 1949, 21 mn.

FRIOUX Stéphane, « Les insectes, menace pour la ville à la Belle Epoque ? », dans : FRIOUX Stéphane, PÉPY Émilie-Anne (dir.), L’animal sauvage entre nuisance et patrimoine: France, XVIe-XXIe siècle, Lyon, ENS Éditions, 2009, p. 115-130.

GARNIER Bernard, « Les marchés aux bestiaux : Paris et sa banlieue », Cahiers d’histoire, 42(3/4), 1997, URL : journals.openedition.org/ch/310

LEBLEU Olivier, Les avatars de Zarafa première girafe de France. Chronique d’une girafomania, 1826-1845, Paris, Arléa, 2006.

LÓPEZ Laurent, « Quand les ” vaches ” des villes de la Belle Époque n’étaient pas encore des ” poulets ” », Animaux et forces de l’ordre à la fin du XIXe siècle, Histoire urbaine, 44(3), 2015, p. 61-79.

MICHELET Jules, L’insecte, Paris, Hachette et Cie, 1858.

MICOUD André, « Mais qu’ont-ils donc tous à s’occuper des animaux ? », dans : FRIOUX Stéphane et PÉPY Émilie-Anne (dir.) L’animal sauvage entre nuisance et patrimoine. France, XVIe-XXIe siècle, Lyon, ENS éditions, 2009, p. 177-187.

PERCHERON Bénédicte, « Les hommes face aux animaux à Rouen au XIXe siècle. Représentations, études zoologiques et perceptions », Histoire urbaine, 2016/3 (47), p. 87-105. URL : https://www.cairn.info/revue-histoire-urbaine-2016-3-page-87.htm

PIERRE Éric, « La zoophilie dans ses rapports à la philanthropie, en France, au XIXe siècle », Cahiers d’histoire, 42(3/4), 1997. URL : http://journals.openedition.org/ch/313

PORCHER Jocelyne, Vivre avec les animaux. Une utopie pour le XXIe siècle, Paris, La Découverte, « Textes à l’Appui – Bibliothèque du MAUSS », 2011 (réédition 2014).

PORTE Emmanuel, POUILLARD Violette, « Sauvages domestiqués, domestiques ensauvagés. Une approche du concept de sauvage à hauteur animale », dans : BARATAY Éric (dir.), L’animal désanthropisé. Interroger et redéfinir les concepts, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2021, p. 93-102.

POUILLARD Violette, « Entre affections et violences. Visiteurs et animaux de zoo du XIXe siècle à nos jours », Revue semestrielle de droit animalier (Université de Limoges-Université de Montpellier), 2, 2015, p. 309-325.

POUILLARD Violette, « Quelques éclairages sur l’histoire des relations entre hommes et animaux de zoo, issus du jardin zoologique de Londres (1828-vers 2000) », Histoire urbaine, 44(3), 2015, p. 125-138.

POUILLARD Violette, Histoire des zoos par les animaux : Impérialisme, contrôle, conservation, Paris, Champ Vallon, 2019.

RÉMY Catherine, La Fin des bêtes : une ethnographie de la mise à mort des animaux, Paris, Economica, « Études sociologiques », 2009.

TRAÏNI Christophe, La Cause animale, 1820-1980 : essai de sociologie historique, Paris, Presses universitaires de France, 2010.

VAN-PRAËT Michel, « Muséums et collections d’histoire naturelle : quelle place dans l’histoire des musées ? », Histoire de l’art, 62, 2008. Musées, collections, collectionneurs, 62, 2008, p. 11-18. www.persee.fr/doc/hista_0992-2059_2008_num_62_1_3216

VINCENT Jean-Christophe, « La mise à mort des animaux de boucherie : un révélateur des sensibilités à l’égard des bêtes à l’époque contemporaine », Cahiers d’histoire, 42(3/4), 1997. URL : http://journals.openedition.org/ch/311

ZASC Joëlle, Zoocities. Des animaux sauvages dans la ville, Paris, Premier Parallèle, 2020.

 

  • Responsable : P. Matagne 
  • patrick.matagne@univ-poitiers.fr