De l’herbier à l’urbier : un semestre d’atelier d’écriture avec Pierre Senges

Virginie Tahar 

L’écrivain contemporain Pierre Senges intéresse de plus en plus les chercheuses et les chercheurs du fait de ses « fictions encyclopédiques » et de son « invention érudite », pour reprendre les titres d’ouvrages universitaires qui se penchent sur son œuvre. La botanique n’échappe pas au large spectre de connaissances qui nourrit son imaginaire, comme le met en évidence son roman Ruines-de-Rome (2002), ce « roman d’une sédition botanique » dans lequel un employé du cadastre tente de saboter la ville en la couvrant d’arbustes et de fleurs. Le texte joue avec subtilité de la poésie des noms des végétaux, et ce dès ce titre en trompe-l’œil qui désigne en réalité une petite plante qui pousse entre les briques.

Pierre Senges semblait donc tout désigné pour s’associer au projet Urbanature. Sa participation a commencé par l’animation, entre septembre et décembre 2020, d’une série d’ateliers d’écriture avec les 18 étudiants de la licence 3 Lettres, Création et Numérique de l’Université Gustave Eiffel, dans le cadre d’une unité d’enseignement dédiée à la création littéraire. L’objectif était de faire émerger et d’interroger, par la création, diverses représentions de la nature en ville ancrées dans notre époque.

Pour ce faire, nous avons proposé aux étudiants, en guise de contrainte formelle, de partir du modèle de l’herbier avec deux références en tête : L’Herbier des villes de l’oulipien Hervé Le Tellier (2010) qui a beaucoup fait parler de lui depuis en raison du succès de son roman L’Anomalie (prix Goncourt 2020) – et Les Carnets d’une urbotaniste de Lullie (2011). Ces deux livres ont en commun de reprendre le modèle de l’herbier scientifique et de le détourner pour en faire un herbier poétique et urbain – un « urbier » pour reprendre le mot-valise de Le Tellier – les objets collectés pouvant aussi être des détritus ou des petits objets industriels. Les étudiants ont été invités à s’inspirer librement de ces modèles pour créer leur propre herbier des villes.

Pierre Senges a également nourri ce projet d’écriture de nombreuses références allant de la Flore laurentienne de Frère Marie-Victorin aux Notes de chevet de Sei Shonagon, afin de travailler sur l’art de la description et de la classification, sur le sens du détail ou encore sur le lexique. Notre démarche créative s’inscrit en cela dans le prolongement de la réflexion menée par l’historien Romain Bertrand dans Le Détail du monde. L’art perdu de la description de la nature. Dans cet essai, l’historien constate que le divorce entre les arts et les sciences, qui a débuté au XIXe siècle et s’est affirmé au XXe siècle, a conduit à un appauvrissement de nos moyens langagiers pour dire la nature, qui traduit en réalité un appauvrissement de notre rapport à la nature : « on s’aperçoit que mille mots nous font défaut pour dire nos forêts, et surtout que si nous ne savons plus aimer êtres naturels, c’est que nous ne savons plus les nommer » (Seuil, 2019, p. 13). Le projet d’écriture que nous avons proposé avait justement pour objectif – entre autres – la recherche d’une langue littéraire permettant de « croquer le monde au cas par cas, s’efforçant de saisir les choses dans l’éclat de leur apparition, ourlées de la dentelle de l’instant », comme le dit élégamment l’historien (Ibid.). Il s’agissait plus précisément de saisir comment cette nature dialogue avec l’espace urbain de différentes façons, et de chercher comment l’écriture peut rendre compte de ce dialogue.

Ce travail effectué en création littéraire a été associé à un travail de création graphique dans le cadre d’une unité d’enseignement animée par le graphiste-typographe Wanja Ledowski, qui a encadré la création de maquettes de livre avec InDesign. Le projet d’écriture était d’ailleurs associé à un travail d’illustration, le modèle de l’herbier invitant à collecter des visuels (photographies ou dessins) et à écrire des textes en regard.

Rappelons qu’aux contraintes littéraires et graphiques s’est ajoutée la contrainte – beaucoup moins stimulante de l’enseignement à distance à partir du mois de novembre 2020 en raison de la situation sanitaire. Bien que ce travail d’atelier et de création ne soit pas du tout adapté à l’enseignement derrière un écran, et malgré le contexte particulièrement difficile pour la communauté étudiante, tout le monde est parvenu à bout de ce projet de livre et les créations se sont révélées riches et enthousiasmantes.

Comme cela arrive souvent dans les ateliers d’écriture, certains participants ont un peu détourné la consigne initiale. L’attrait toujours très vif de la narration en prose a ainsi poussé quelques étudiants à écrire un récit plus ou moins ample dans lequel le thème de la nature en ville apparaît davantage comme un motif, ou comme un prétexte au récit. C’est le cas par exemple de Julie Tolosana dans Le 560, court roman noir dont chaque chapitre porte un nom de fleur et fait l’objet d’une illustration dessinée représentant la fleur en question.

D’autres ont choisi de rester plus près du modèle de l’herbier et de placer en regard de chaque visuel un texte relativement bref qui lui réponde. Ainsi, Sémélé Parachini, dans Instants urbains, propose d’explorer différentes formes de présence de la nature dans la capitale pour en tirer de courtes proses en forme de méditation ou de rêverie. Dans l’exemple ci-dessous, les feuilles d’automne qui côtoient les mégots sous la grille évoquent une nature urbaine en cage et deviennent le prétexte d’une rêverie vers un ailleurs, vers une autre forme de nature plus sauvage.

Sémélé Parachini, Instants urbains, p. 2.

Étant donné la période de confinement, les étudiants ont souvent choisi d’explorer un périmètre proche de leur lieu de vie. Ainsi Marving Le Pennec a-t-il écrit dans Herbier de mon village des quatrains à partir de photographies de Rozay-en-Brie, croisant systématiquement un élément naturel et un élément urbain, qui se rencontrent parfois harmonieusement (« Église et mousse », « Lavoir et nénufars ») et parfois « comme par erreur » (« supermarché et champs »). La consigne a donc invité les étudiants à observer leur lieu de vie à travers un angle particulier et à interroger le mariage plus ou moins heureux de l’urbain et du végétal. Jules Seigneur a lui aussi choisi d’explorer dans Courants d’ère son village de Trilport. L’extrait suivant choisit cependant un point de rencontre inattendu entre la ville et le végétal, reposant sur une homonymie entre un nom de voie (très commun) et un nom de plante (moins connu).

Jules Seigneur, Courants d’ère, p. 8-9.

Certains projets ont orienté leur focale non pas vers une ville en particulier mais sur les transports en commun qui les relient, comme Eva Lebois dans Attention à la plante en descendant du train, qui souligne la présence discrète de la nature par des dessins superposés aux photos, et propose en regard des définitions poétiques fondées sur la contrainte de l’acrostiche.

Eva Lebois, Attention à la plante en descendant du train, p. 16-17.

L’univers des transports en commun apparaît également dans Camaïeu de Margaux Lefèvre, mais donne lieu en l’occurrence à une fable faisant dialoguer une plante verte et un téléphone portable tentant chacun de défendre leur caractère indispensable.

Margaux Lefèvre, Camaïeu, p. 13.

D’autres ont préféré se libérer des restrictions du confinement et ont choisi un champ d’exploration beaucoup plus vaste en s’appuyant sur des photographies prises dans différents pays, qui préexistaient au projet d’écriture. C’est le cas d’Anna Lamrani dans Statues qui choisit un angle d’attaque original : celui de la représentation du vivant et du végétal dans l’espace urbain par le biais de sculptures donnant lieu à une présence paradoxale de la nature, qui se voit comme absorbée par la matière urbaine.

Anna Lamrani, Statues, p. 12.

Dans son Encyclopédie extraordinaire des plantes  (sans doute le projet ayant épousé au plus près le modèle formel de l’herbier), Anaïs Rubis a elle aussi orienté son regard vers des situations où l’espace urbain imite, volontairement ou non, la nature, à la différence qu’il ne s’agit pas en l’occurrence d’œuvres d’art mais plutôt d’éléments architecturaux ou de mobilier urbain dont les formes imitent la nature et y puisent leur esthétique. Les descriptions, particulièrement astucieuses, inversent le regard en décrivant ces objets comme s’il s’agissait effectivement de plantes, ce qui permet d’estomper, par le jeu, la frontière entre l’urbain et la nature.

Anaïs Rubis, Encyclopédie extraordinaire des plantes, p. 4 et 5.

Une sélection de ces travaux sera prochainement présentée au Munaé (Musée national de l’éducation) dans le cadre d’une exposition sur la nature en ville.

Étudiants de la licence 3 Lettres, Création et Numérique ayant participé à l’atelier : Mélissa Baumgertner, Manon Borgne, Amandine Féret, Sarah Filipinni, Anna Lamrani, Marving Le Pennec, Eva Lebois, Margaux Lefevre, Claire Lejcowski, Océane Mahé, Zoé Margeridon, Léna Neuilly, Solenn Noël, Sémélé Parachini, Anaïs Rubis, Jules Seigneur, Lou Stabler, Julie Tolosana.

Projet mené en partenariat avec la Maison des écrivains et de la littérature.

Sur Pierre Senges, voir Laurent Demanze, Les Fictions encyclopédiques : de Gustave Flaubert à Pierre Senges, Paris, éd. Corti, 2015 ; Audrey Camus, Laurent Demanze (dir.), Pierre Senges, l’invention érudite, Paris, Lettres Modernes Minard, 2018.

Illustration de couverture de l’article : Sémélé Parachini

 

Savoirs et cultures de la biodiversité urbaine (XIXe siècle-XXIe siècle)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search