Anticipation et science-fiction : l’écologie à l’épreuve du futur urbain

Responsable : Claire Barel-Moisan (CNRS Lyon et ANR Anticipation)

La projection dans le futur a permis aux auteurs d’anticipation de questionner les effets de l’industrialisation dans la société contemporaine et d’interroger les modalités de l’urbanisme qui se développe à partir de la seconde moitié du XIXe siècle. On peut ainsi dégager une série de thématiques récurrentes : pollution et destruction des espèces vivantes (Albert Robida, La Vie électrique, 1892 ; Jean Rameau, Un empoisonnement au XXIe siècle, 1887) ; lien entre conception de l’urbanisme et systèmes politiques et sociaux (Jules Verne, Les Cinq cents millions de la Bégum, 1879 ; Émile Zola, Travail, 1901), évocation de villes idéales ou en ruines (Émile Calvet, Dans mille ans, 1883 ; Octave Béliard, La Découverte de Paris, 1911), alliance entre l’homme et les espèces animales dans la ville du futur (J. H. Rosny aîné, La Mort de la Terre, 1910 ; Jean Chambon, Cybèle. Voyage extraordinaire dans l’avenir, 1891).

Pour leur part, les fictions climatiques contemporaines influencées par l’écologie, la climatologie, la géophysique et l’éthique environnementale proposent un changement de paradigme, d’une vision du monde anthropocentrique à une vision biocentrique (Pierre-Yves Touzot, Jean-Marc Ligny…).

Illustration : Camille Flammarion, La Fin du monde, Paris, Ernest Flammarion, 1894, p. 289.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.