Conférence – Cette grande demeure où n’habite personne

Nacima BARON

Université Gustave Eiffel – Institut Universitaire de France  

Vendredi 10 décembre 2021 – 18h 30

Forum de la Maison des Science de l’Homme de Paris
54, boulevard Raspail – 75006 PARIS 

Avec Larbaud et Houellebecq, Huysmans et Ponge, Zola et Simenon – ou tout simplement avec leurs valises – des lecteurs passent son porche. Certains s’engouffrent en courant, d’autres considèrent attentivement la façade. Ils hésitent. Attendre. Partir ?

La gare n’est pas seulement un motif littéraire dense et joliment inactuel. Elle a rendu la civilisation urbaine imaginable car imagifiable. Infrastructure sismographe des chocs de la modernité, maillon central de la fabrique métropolitaine, miroir de temporalités qui se superposent, s’entrechoquent, se recouvrent. Elle est – ou peut-être n’est-elle définitivement plus – l’âme d’une ville, le reflet de sa personnalité cachée. Son épaisseur métaphysique se nourrit de son insignifiance existentielle, voire de son indicible vulgarité.

En couleurs ou plutôt en gris sur noir. Tantôt mugissante, tantôt dépeuplée. Paysage subjectif, labyrinthe existentiel. «Pôle d’échange» où seuls désormais les robots communiquent. La gare faite littérature transfigure le récit.

Fouillant au-delà des apparences, on échouera certainement et même magistralement à atteindre toute essence, à forger toute définition. Mais en collectionnant ces fictions, on aura pu suivre autrement la piste d’une naturalité des mondes techniques, et explorer ainsi l’intempestive urbanature.

Photographie : Sébastien Liger


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.